Emiliano Sala cache son visage dans son maillot lors de Rennes - Nantes en Ligue 1, le 11 novembre 2018
Emiliano Sala cache son visage dans son maillot lors de Rennes - Nantes en Ligue 1, le 11 novembre 2018 | JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

« On dirait que l'avion va tomber en pièces » : le terrifiant message d'Emiliano Sala avant de décoller

Publié le , modifié le

Le média argentin Olé a publié ce mardi un enregistrement vocal d’Emiliano Sala juste avant le décollage de l’avion qui a disparu dans la nuit de lundi à mardi alors qu’il se dirigeait vers Cardiff. Le message, transmis sur WhatsApp par le joueur à plusieurs de ses amis glace le sang et sonne 24 heures plus tard comme une prémonition.

Voilà qui ne va pas aider à croire à une happy end dans la disparition d’Emiliano Sala. Un message envoyé par l’ancien joueur du FC Nantes à plusieurs de ses amis via l’application WhatsApp a été diffusé par le media argentin Olé. Alors qu'il s'apprêtait à quitter la Loire-Atlantique pour rejoindre Cardiff, son nouveau club où il venait d’être transféré, le joueur a expliqué ne pas se sentir serein au moment de prendre place dans l’avion affrété par le club de Premier League. 58 secondes de frissons et d’inquiétude pour une disparition de plus en plus troublante.

Parti de l’aéroport de Nantes à bord d’un Piper PA-46 Malibu, un petit avion monomoteur propriété du président du club de Cardiff, Sala poste un message vocal dans une conversation privée avec plusieurs de ses amis. "Salut les frérots, comment ça va mes petits fous ? Je suis crevé" entend-t-on avec le bruit de l’engin en fond. L’attaquant explique avoir dû faire une somme de choses à Nantes, où il avait souhaité faire un dernier au revoir à ses anciens coéquipiers, comme il l’avait posté sur ses réseaux sociaux. La phrase suivante de Sala sur la carlingue est terrifiante. "Je suis dans l'avion et on dirait qu'il va tomber en pièces."

Ces mots résonnent ce mardi soir comme un funeste présage alors qu’aucune trace de l’appareil n’a été jusqu’alors trouvée. Entre fatigue et inquiétude, Sala poursuit. Et imagine le pire.

"On verra ce qui se passe. Et vous, tout va bien ? Si dans une heure et demie, vous n'avez pas de nouvelles de moi, je ne sais pas s'ils vont envoyer quelqu'un me chercher parce qu'ils ne vont pas me trouver. Punaise, comment j'ai peur."

Si Emiliano Sala ne semble pas paniqué au moment d’envoyer ce message terrible, sa voix est tout sauf assurée. Ces quelques mots ne devraient pas tarder à faire reagir sur les conditions de vol, alors que 20 Minutes annonçait plus tôt dans la journée que l’Argentin avait déjà signalé son inquiétude lors du vol aller de Cardiff vers Nantes à son ami et ex-coéquipier Nicolas Pallois. C’est bien dans ce même avion qui a ensuite été utilisé lundi soir que ce premier trajet a eu lieu, comme cela a été confirmé dans la journée de mardi. Il reste pour le moment introuvable, les recherches autour des îles anglo-normandes reprendront mercredi matin. L’espoir de retrouver Sala et le pilote de l’appareil, annoncé comme chevronné par les médias anglais, s’affaiblit, lui, d’heure en heure.