Diego Maradona soutient l'ancien président bolivien, Evo Morales

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Diego Maradona
Diego Maradona, ancien star du football et à présent entraîneur, salue ses supporters lors d'un match de Superliga, en Argentine, le 2 novembre. | ALEJANDRO PAGNI / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

La légende du football Diego Maradona a exprimé lundi son soutien à l'ancien président bolivien Evo Morales, qui a démissionné de son poste dimanche, et dénoncé "un coup d'Etat orchestré en Bolivie".

Diego Maradona, la légende du football, part à la défense de l'ancien président bolivien Evo Morales, qui a démissionné de son poste dimanche. Le "Pibe de Oro" a posté sur Instagram lundi un message accompagné d'une photo des deux hommes souriants ensemble, prise en 2008. Un message de soutien où le footballeur retraité dénonce également "un coup d'Etat orchestré en Bolivie".

"Je regrette le coup d'État orchestré en Bolivie. Surtout pour le peuple bolivien, et pour Evo Morales, une bonne personne qui a toujours travaillé pour les plus pauvres", a écrit l'ancien capitaine et numéro dix mythique de l'équipe nationale argentine, soutien dans le passé du Cubain Fidel Castro et du Vénézuélien Hugo Chavez avec lesquels il s'était également affiché. 

Maradona, fervent soutien de Morales

En 2008, Maradona, actuellement entraîneur du club argentin de Gimnasia La Plata, a soutenu l'équipe nationale bolivienne, qui revendiquait son droit de jouer à domicile dans sa capitale de La Paz, située à une altitude de 3.600 mètres. Dans un message récent, Maradona avait félicité Morales pour sa victoire revendiquée dès le premier tour à l'élection présidentielle bolivienne, contestée par l'opposition.

Au pouvoir depuis 2006, l'ancien paysan "cocalero" a démissionné de la présidence dimanche, sous la pression de l'armée et des manifestations violentes de ses opposants, en pleine crise déclenchée par sa réélection controversée. Le Mexique lui a accordé l'asile politique lundi à la suite d'une demande de Morales, qui considérait que sa vie était en danger dans son pays.

AFP