Euro 2016 Suisse France Didier Deschamps
Le sélectionneur français Didier Deschamps | AFP - Franck Fife

Deschamps veut enfin dompter l'Italie chez elle

Publié le , modifié le

L'Italie n'a jamais perdu sur son terrain fétiche de Bari. Didier Deschamps espère bien enfin faire tomber la Squadra Azzura jeudi lors du match amical de rentrée. Mais au-delà il va devoir se projeter sur le match contre le Bélarus, comptant pour les qualifications pour le prochain Mondial.

Ce match contre l'Italie doit-il permettre à certains de vos joueurs de monter en puissance avant le second au Belarus ?
Didider Deschamps: "C'est rentré dans ma réflexion, mais il y a un match à jouer. Il y en a qui ont joué plus que d'autres à ce stade, je n'ai pas de baguette magique pour les mettre tous à 100%. Les remplacements répartiront le temps de jeu. Il faut aussi ne pas prendre de risque avec certains joueurs. Les matches de début de saison sont compliqués. Leur date a été avancée, il faut gérer au mieux."

Compte tenu de sa situation en club, Blaise Matuidi a précisément besoin de temps de jeu...
Didier Deschamps: "Ce n'est pas spécifique au fait que c'est le match de rentrée, mais ça arrive ponctuellement d'avoir des joueurs en sélection qui sortent d'une période pas très positive en club. C'est le cas pour Blaise. Mais je ne suis pas là pour faire plaisir. Dans l'optique de ce match et du suivant (au Belarus), je devrai donner du temps de jeu. Blaise est content d'être là, physiquement il n'a pas de souci, bien au contraire. Il a envie de jouer. Je ne pourrai pas satisfaire tout le monde, je dois faire en sorte d'amener une équipe en forme au Belarus, mais je ne peux pas négliger non plus l'Italie, qui est une grande nation. Il faudra être performant dès demain."

Vous avez fini l'Euro avec un système en 4-2-3-1. Allez-vous poursuivre avec ?
Didier Deschamps: "C'est une question de choix... De condition physique aussi, pour répartir le temps de jeu. J'ai pas mal cogité dans ma tête, même si ce n'est pas un souci que ce soit d'un match à l'autre ou en cours de match, de passer d'un système à l'autre. Il y en a d'autres aussi que je peux utiliser. Il faut faire en sorte au maximum que les joueurs soient dans le registre (dans lequel) ils sont habitués à évoluer."

L'Italie n'a jamais perdu à Bari, et jamais une équipe française, club compris, ne s'y est imposée. Serez-vous les premiers à y parvenir ?
Didier Deschamps: "Il y a eu neuf matches de l'Italie à Bari ? Huit victoires ? Ah... Mais en 1991 (défaite de Marseille en finale de la C1 contre l'Etoile Rouge de Belgrade, ndlr), je n'y étais pas. Ça, c'est leur côté "porta-fortuna" (porte-bonheur) qui les fait venir à Bari Mais plus ça va, plus on se rapprochera du jour où les Italiens perdront ici. On va faire en sorte de changer l'histoire."

Christian Grégoire