Deschamps favorable à l'absence de match le 5 mai

Publié le

Didier Deschamps, l'entraîneur de l'Olympique de Marseille (Ligue 1), qui, lors du drame de Furiani le 5 mai 1992, se trouvait à Bastia en tant que joueur de l'OM, a assuré samedi que ce serait "une bonne chose" de ne pas jouer au football à l'avenir ce jour-là. Cette catastrophe "restera le drame du football français et ce qui devait être une fête du foot, ça a été un désastre", a-t-il ajouté, lors d'une conférence de presse au centre d'entraînement de l'OM.

Julien Lamotte