Del Bosque :"On commence une nouvelle étape"

Del Bosque :"On commence une nouvelle étape"

Publié le , modifié le

Les "rôles" des équipes de France et d'Espagne "se sont inversés" en raison de leurs performances au Mondial, a estimé le sélectionneur de la Roja, Vicente Del Bosque, à la veille du match amical entre les deux sélections.

Question: Comment abordez-vous ce rassemblement, sans voir les têtes de Xavi, Xabi  Alonso et Villa ?
Vicente Del Bosque: "C'est un rassemblement de plus, il y a toujours eu quelques  changements, là c'est vrai qu'il y a eu huit nouveaux par rapport au Mondial.  On est revenu au travail normalement. On commence une nouvelle étape. Les  précédentes, il s'agissait de gérer le succès, ce n'était pas facile, et cette  fois il faut gérer la défaite, en tout cas une période où nous n'avons pas  atteint notre objectif, nous en sommes là".
   
Q: Comment avez-vous géré la défaite ? qu'avez-vous dit à votre groupe ?
VDB: "J'ai donné l'exemple de joueurs qui ne sont plus là: Xavi et Xabi  Alonso, qui ont été exemplaires avec nous, qui ont insufflé un état d'esprit,  Villa aussi. J'ai parlé du passé pour évoquer l'état d'esprit qu'il faut avoir  en sélection".
   
Q: Au vu de ses performances au Mondial, la France est-elle devenue  meilleure que l'Espagne ?
VDB: "Il est possible que les rôles se soient inversés. La France a fait un  bon Mondial et a perdu en quart de finale contre l'Allemagne qui n'a pas été  supérieure, loin de là. L'Espagne a été éliminée dès le premier tour. Alors  oui, les rôles se sont inversés. On parle d'une équipe de France forte, qui  travaille depuis un an avec pratiquement les mêmes joueurs. Depuis le barrage,  ils ont suivi une ligne très bonne".
   
Q: Allez-vous aligner deux onze différents contre la France et la Macédoine  ?
VDB: "Nous allons essayer d'utiliser un maximum de joueurs qui sont avec  nous, parce que ce sont deux matches d'affilée. Nous allons faire en sorte de  n'infliger 180 minutes de jeu à aucun joueur, si c'est possible. Dans le match  de lundi à Valence, il y a trois points en jeu, il est beaucoup plus important.  On est un peu dans l'inconnu avant de retourner à la compétition, et contre un  adversaire aussi grand que la France, il faut donner un bon signal".
   
Q: L'absence de Ribéry est-elle un avantage pour vous ?
VDB: "J'aurais aimé sincèrement qu'il joue parce que c'est un des grands  joueurs qu'a eu la France. On a toujours porté une attention particulière sur  lui parce qu'on savait qu'il pouvait porter le danger, même si notre latéral  Arbeloa l'a toujours bien contrôlé".
   
Q: Piqué a fait état d'une blessure à la hanche mais a joué avec le Barça...
VDB: "Il n'y a là aucune contradiction. Piqué m'a dit qu'il n'était pas bien,  qu'il avait une gêne à la hanche et au dos, mais il pouvait jouer, et il a  joué. S'il y a une personne qui connaît bien son état de santé c'est son  entraîneur (au Barça) Luis Enrique, et s'il a décidé de le faire jouer, ça le  regarde".

AFP