David Ginola
David Ginola lors de l'annonce de sa candidature à la présidence de la FIFA | REUTERS - NEIL HALL

David Ginola explique sa candidature à la présidence de la Fifa

Publié le , modifié le

David Ginola (47 ans) a annoncé vendredi qu'il souhaitait se présenter à la présidence de la Fifa, notamment contre le président actuel Joseph Blatter. "Je suis candidat à la présidence de la Fifa et j'ai besoin de vous dans mon équipe. Retweetez pour montrer votre soutien", explique sur le compte TeamGinola l'ancienne gloire du Paris SG.

"Nous savons tous que le système actuel ne marche pas. Je propose de faire campagne avec et pour les gens", a-t-il ainsi expliqué lors d'un échange en live sur le site de l'organisateur de paris Paddy Power. "J'ai été vu dans toute ma carrière comme un joueur individualiste plus que collectif. Maintenant, j'ai besoin de vous dans mon équipe. Il n'y aura pas de remplaçant, tout le monde sera sur le terrain".

"Il faut relancer le foot, changer ça car actuellement il y a beaucoup de déception quand on parle des problèmes du football. Le foot, c'est de la passion. La tâche est immense, c'est pour ça que j'ai besoin de votre soutien. Il ne doit pas y avoir de place pour le doute et la suspicion dans le foot. La confiance est ce dont nous avons le plus besoin", a-t-il poursuivi en faisant allusion aux nombreuses critiques qui touchent depuis plusieurs mois la Fifa sur sa gouvernance actuelle.

Une candidature autorisée ?

Le doute demeure cependant sur le fait de savoir si l'ancien international français sera autorisé à se présenter par la Fifa. Celle-ci exige en effet que les candidats aient joué un rôle actif dans l'administration du football international pendant deux de ces cinq dernières années et soient recommandés par cinq pays membres, conditions que le joueur français aurait peu de chances de remplir, selon les observateurs.

Si sa candidature est validée, David Ginola affrontera donc le Suisse Sepp Blatter, le président sortant, son rival français Jérôme Champagne (ancien conseiller de Blatter à la Fifa) et le prince jordanien Ali Bin Al Hussein qui s’est présenté le 6 janvier avec le soutien affiché de Michel Platini, le président de l’UEFA. Consultant pour Canal +, l'ancien international (17 sélections, 3 buts) passé par Nice, Toulon, le RC Paris, Brest, le PSG et quelques clubs anglais (Newcastle, Tottenham, Aston Villa et Everton) ne partira pas favori.