OL
Hegerberg félicitée par ses partenaires. | DPPI

D1F : L'OL surclasse le PSG et file vers le titre

Publié le , modifié le

Les Lyonnaises accueillaient les Parisiennes pour le compte de la 11ème journée de D1F. Un match décisif pour le titre puisque les deux équipes phares du championnat se sont accaparé les deux premières places. Partant avec deux points d'avance, grâce à un sans faute, c'est l'OL qui s'est imposé 1-0 et s'est adjugé pour l'occasion le titre de champion d'automne. Une victoire par un but d'écart certes, mais pas moins méritée.

Après deux défaites concédées en 2017 en Coupe de France et surtout en finale de Ligue des Champions, les Parisiennes avaient l'occasion de prendre leur revanche face aux Lyonnaises. Mais dès le coup d'envoi, il était possible de sentir la crainte des filles de Patrice Lair. Ce dernier alignant une défense à 5 pour contenir la redoutable Hegerberg, meilleure buteuse du championnat, et Eugénie Le Sommer, positionnée en faux-pied sur le côté gauche. Raté. Hegerberg n'aura mis que 13 minutes avant d'ouvrir le score d'une tête décroisée sur un centre de Bronze, face à une défense apathique.

Avec un milieu récupérateur formé par Formiga et Shirley Cruz (1m62 de moyenne), les Parisiennes n'ont jamais réussi à tenir le ballon, ni à avorter une offensive lyonnaise avant leur surface de réparation. Et dans la transition offensive elles n'ont pas pesé non plus. La relance du PSG consistait à sauter le milieu de terrain en allant chercher directement Diani ou Katoto dans le camp adverse sur de longs dégagements, ce qui a expliqué en partie le peu d'occasions créées.

Lors de la première mi-temps, Sarah Bouhaddi n'a été mobilisée qu'à deux reprises. Tout d'abord sur un centre-tir (13') et surtout sur une frappe à bout-portant de Katoto (30') venue couper un centre de Lawrence au premier poteau. Son homologue parisienne, Christiane Endler, venue pallier le forfait de Katarzyna Kiedrzynek, de son côté, a dû s'employer beaucoup plus.  Dès la première minute face à Hegerberg, partie seule au but, ou encore à la 25ème minute sur une tête smashée de Bronze. Et tout cela sans compter les nombreuses frappes non cadrées des Lyonnaises.

Une seconde mi-temps plus serrée

A la mi-temps, Patrice Lair, le coach du PSG, opère deux changements. Geyoro et Diallo remplacent Cruz et Hermoso dans l'entre-jeu pour apporter plus d'impact dans l'entre-jeu. L'ajustement tactique a apporté beaucoup plus de sérénité au milieu parisien, qui a cessé de courir après le ballon. D'ailleurs, les occasions de la seconde mi-temps ont plutôt été parisiennes, à l'image d'un rush de Diani (65') parti seule face à Bouhaddi avant de frapper au dessus de la barre alors que Katoto attendait en retrait. 

Pour tenter de forcer la décision, le coach parisien fait sortir la défenseure Erika pour Boquete à un quart d'heure de la fin du match, enterrant sa défense à 5, en vain. Paris aurait même pu encaisser un deuxième but sur un déboulé de Cascarino (87'), entrée deux minutes plus tôt. Finalement l'OL ne s'impose que par un but d'écart, un but crucial dans la course au titre. Lyon a clairement pris une option, Paris, relégué à 5 points, devra croire au miracle.