Croix gammée
Vendredi dernier, les spectateurs du match Croatie-Italie (1-1) ont pu distinguer le symbole nazi, gravé dans la pelouse de Split. | .

Croix gammée : l'UEFA attaque

Publié le , modifié le

L'instance du football européen a ouvert ce lundi une procédure disciplinaire à l'encontre de la Fédération croate. En cause, les traces d'une croix gammée, gravées dans la pelouse du Stadion Poljud (Split), lors du match qui opposait la Croatie à l'Italie vendredi dernier (1-1).

Sous la mention "comportement raciste", l'UEFA a pointé le symbole nazi visible lors de ce match du groupe H des qualifications à l'Euro 2016, disputé à huis clos en raison de précédentes sanctions. Des employés du stade étaient intervenus à la mi-temps pour tenter d'effacer les traces de la croix gammée, en vain. Par ailleurs, l'institution présidée par Michel Platini se prononcera le 16 juillet prochain. Et décidera à cette occasion, à quelle sauce sera mangée la Fédération croate.   

"Un acte criminel"

Celle-ci avait d'ailleurs présenté des "excuses", dès le lendemain de la rencontre. "Il s'agit de toute évidence d'un acte criminel", avait déclaré l'instance du football croate. "D'un sabotage que nous condamnons et nous demandons à la police et aux organes de la justice de faire la lumière sur cet évènement qui porte préjudice au football et à l'Etat croate". Le président de la HNS, Davor Suker, s'était dit "triste et choqué" samedi lors d'une conférence de presse. "J'ai de la peine pour les joueurs et l'entraîneur, avait-il avancé. Nous sommes tous choqués et embarrassés. C'est un acte honteux qui nous humilie tous". 

Les auteurs de cet acte antisémite sont toujours activement recherchés par les autorités croates. En France, l'apologie de crime contre l'humanité est passible de 5 ans d'emprisonnement. 

Jean Charbon