Cristiano Ronaldo
Cristiano Ronaldo | MANUEL BLONDEAU / AOP PRESS / DPPI MEDIA

Cristiano Ronaldo évoque son après-carrière

Publié le , modifié le

L'attaquant portugais Cristiano Ronaldo compte jouer encore "cinq, six, sept, dix ans" mais il espère "vivre comme un roi" quand sa carrière prendra fin, explique-t-il dans une interview au supplément dominical du quotidien espagnol El Mundo.

Le triple Ballon d'Or, qui fêtera le mois prochain ses 31 ans, assure dans cet entretien qu'il ne se voit pas devenir  entraîneur ou dirigeant et qu'il compte bien "faire ce qui lui plaît" après  sa carrière, dans la mode ou dans l'aide à l'enfance.

La mode plutôt que le football

"Ma vie est très conditionnée par le fait que je vis pour le football", précise le joueur du Real Madrid. "Mais je ne veux pas donner l'impression que je me plains. Non. Ma vie est géniale mais je pense que je prendrai plus de plaisir quand ma carrière s'achèvera et que j'aurai le temps de faire ce qui me  plaît....Un exemple: il y a un combat de boxe à Las Vegas et j'aurais  aimé emmener ma famille et mes amis le voir. Mais je ne peux pas parce que je n'ai pas le temps. Je ne peux pas me plaindre maintenant parce que je me sacrifie, entre guillemets. Mais ensuite, je veux vivre comme un roi", a expliqué le Portugais.

Après sa carrière, Ronaldo s'attend à vivre une "autre vie", loin du  football. "Au début je pense que ce sera un peu difficile pour moi mais si on me demande aujourd'hui si je veux devenir entraîneur, je réponds non. Ni dirigeant d'un club, ni président", a-t-il expliqué, disant vouloir continuer à s'investir notamment dans la mode. "Depuis l'âge de 27 ans je développe ma marque de vêtements et je veux qu'elle continue à croître parce que le football prendra fin dans cinq, six, sept, dix ans", a poursuivi "CR7".

Un autre de ses projets en gestation est de créer une fondation pour  l'enfance. "C'est quelque chose que nous étudions et qui, sincèrement, me plaît  (...). Je ne suis pas obligé de faire cela mais je me sens bien quand j'aide  les autres, un peu ou beaucoup"

Christian Grégoire