Cristiano Ronaldo éternel, Bruno Fernandes trop facile... ce qu'il ne fallait pas manquer du week-end européen

Publié le , modifié le

Auteur·e : Andréa La Perna
Cristiano Ronaldo
CR7 n'en finit plus d'empiler les records. | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Derrière le Classique et la guerre des chefs en Ligue 1, le week-end européen a été animé. A retenir, les nouveaux records de Zlatan Ibrahimovic et Cristiano Ronaldo, la facilité de Bruno Fernandes ou encore une célébration insolite en Belgique.

• Ronaldo et Zlatan ont trouvé la fontaine de jouvence

Il est d’usage de dire que la carrière d’un athlète de haut niveau décline une fois qu’il passe la barrière de la trentaine. Mais il arrive que des monstres physiques continuent de dominer la concurrence malgré le poids des années, quand certains joueurs ont déjà entamé une seconde vie. LeBron James, Roger Federer ou encore Zlatan Ibrahimovic font évidemment partie de ceux-là. Ce dernier, auteur d’un doublé avec Milan contre Crotone (4-0), a d’ailleurs franchi le cap des 500 buts inscrits en club à maintenant 39 ans.

La veille, c’est Cristiano Ronaldo qui y allait de son record, du haut de ses 36 ans tout juste soufflés. En ouvrant le score contre l’AS Rome lors de la victoire de la Juventus Turin (2-0), le Portugais a tout simplement marqué son 300e but en compétition officielle depuis qu’il a fêté ses 30 ans (clubs et sélection compris). Vertigineux.

• C’est trop facile pour Bruno Fernandes

On le savait comme un poisson dans l’eau à Manchester United depuis le début de l’année 2020. On le savait essentiel à la bonne santé des Red Devils. Bruno Fernandes a livré une nouvelle démonstration de son talent face à Everton ce samedi. Au-delà d’avoir marqué son 13e but en Premier League cette saison et d’être directement impliqué sur 23 buts en autant de rencontres, le milieu portugais a surtout donné l’impression que le football était un jeu un peu trop facile pour lui.

Après avoir laissé passer le ballon avec une décontraction totale, il a été servi dans les pieds par son latéral droit Aaron Wan-Bissaka. Là où beaucoup se seraient précipités soit pour centrer soit pour s’approcher de la surface adverse, Fernandes a tout simplement fait deux pas en marchant en prenant le temps d’évaluer la position du gardien adverse. Une petite feinte pour seule fioriture et une frappe soudaine décochée pour lober Robin Olsen. Déconcertant.
 

• Lopetegui et Bordalas en viennent aux mains

Le FC Séville nourrit beaucoup d’inquiétudes à l’égard de l’ancien marseillais et monégasque Lucas Ocampos. L’ailier argentin est sorti en pleurs sur civière après que le défenseur de Gefate Djené Dakonam s’est essuyé les crampons sur sa cheville. Ce dernier a été expulsé, mais il n’est pas le seul à avoir vu rouge.

Son entraîneur José Bordalas et celui de Séville, Julen Lopetegui, ont aussi reçu leur carton rouge, après qu’ils ont échangé des noms d’oiseaux. "Je m'excuse publiquement. J'aurais pu réagir d'une autre manière. J'ai réagi à chaud et je n'aurais pas dû", a tenu à dire Lopetegui, se présentant volontairement face caméra après la rencontre.

• Il s'applaudit en tribunes après avoir marqué

Spécialiste dans l'art de se faire remarquer, Didier Lamkel Zé s'est distingué ce week-end avec le Royal Antwerp contre le Beerschot en D1 belge. L'attaquant camerounais, passé chez les jeunes du LOSC, a ouvert le score à la 89e minute pour son équipe et décidé de célébrer en s'asseyant en tribunes pour s'applaudir.

Celui qui vient de marquer quatre buts en cinq matches depuis sa réintégration dans le groupe anversois a alors reçu une boule de neige de la part de son coéquipier Nill de Pauw pour redescendre sur terre. Beerschot a égalisé une minute plus tard. Antwerp s'en est quand même sorti dans le temps additionnel pour s'imposer 2-1.

• Le sabordage de Liverpool contre Manchester City

L'affiche du week-end entre le champion d'Angleterre et le leader de la Premier League promettait un affrontement serré entre deux équipes ambitieuses. Pendant 70 minutes, aucune des deux formations n'a souhaité prendre trop de risques, les deux équipes se tenant à 1-1.

Mais les Reds ont coulé après deux boulettes consécutives de leur gardien Alisson, encaissant 3 buts dans les 20 dernières minutes (défaite 4-1). Ilkay Gündogan, Phil Foden et l'ancien de la maison Raheem Sterling ont participé à la fête des Citizens, rendant le but de Mohamed Salah sur penalty inutile. 

à voir aussi Premier League : Ilkay Gündogan et l'habit du buteur Premier League : Ilkay Gündogan et l'habit du buteur