Gustavo
L'OM sort frustré de sa phase aller en Ligue europa. | STRINGER / AFP

Coupes d’Europe : une phase aller catastrophique pour les clubs français

Publié le , modifié le

Trois petites victoires en 18 matches. Le pire bilan depuis 46 ans pour les clubs français après trois journées de Coupe d’Europe. Seuls Paris, Lyon et Rennes sont parvenus à s’imposer sur la scène européenne pour une seule victoire de prestige, celle de l’OL sur la pelouse de City. Une très mauvaise opération pour l’indice UEFA.

Ils étaient six au départ des phases de poules. A l’arrivée, ils seront probablement moins. Ce vendredi, les clubs français concluent une mauvaise semaine européenne, à l’image de lur phase aller. Hier soir, en Ligue europa, la France a vécu un triste soirée : l'OM s’est inclinée face à la Lazio au Vélodrome (3-1), Rennes contre le Dynamo Kiev à domicile (2-1) et Bordeaux au Zénith Saint-Pétersbourg (2-1). Ce fut à peine mieux en Ligue des champions puisque Lyon s’est fait rejoindre dans les dernières secondes à Hoffenheim (3-3), Paris a sauvé les meubles également au bout du suspense (2-2) devant Naples et Monaco n’a ramené qu’un point de Bruges (1-1).

L’exploit lyonnais, Paris et Rennes sans prestige

Ils ont le mérite d’avoir remporter un match. Sur ces trois victoires, une seule sort véritablement du lot, celle de Lyon sur la pelouse de Manchester City. L’OL s’est offert la première grosse sensation de cette Ligue des champions en s'imposant 2-1 en terre anglaise. Après ce début de campagne idéal, les joueurs de Bruno Génésio ont enchaîné deux matches nuls face au Chakhtior Donetsk (2-2) et à Hoffenheim (3-3), sûrement le plus rageant.

Paris et Rennes ont aussi gagné, face à des adversaire bien plus modestes. Le club de la capitale a écrasé l’étoile de Belgrade (6-1) dans un match imprégné par le soupçon de rencontre truquée. Cela n’enlève rien à la démonstration des Parisiens. On retiendra surtout les deux chocs face à Liverpool et Naples. Le premier aura montré le manque de densité et de repères de l’équipe de Thomas Tuchel, mal menée par le collectif de Liverpool (3-2). Le second s’avère plus inquiétant. Un mois après et sur sa pelouse, Paris décroche in extremis le point du match nul (2-2).

En Ligue europa, Rennes peut se féliciter d’avoir gagné un match, face à … Jablonek. Hatem Ben Arfa, pour son grand retour à la compétition, donne la victoire au Stade Rennais (2-1) dans le temps additionnel, sur penalty. Une première victoire historique en phase de poule de Ligue europa. Depuis, une défaite loin de leur terre, à Astana (2-0) et une autre sur sa pelouse face au Dynamo Kiev (1-2).

Marseille et Monaco, le point de l’honneur

Malade en Ligue 1, Monaco ne se porte pas mieux en C1. Un point sur neuf possibles. Sa campagne européenne avait commencé sur une ouverture du score, par Samuel Grandsir. Mais l’ASM s’incline sur sa pelouse de Louis II face à une équipe de l'Atlético Madrid dominatrice. La rencontre qui suit, face à un autre gros de la compétition, montre les failles du Rocher : défaite nette contre Dotrmund (3-0), en Allemagne. Mercredi, le plus modeste de ses adversaires a rivalisé sans complexe. L’arrivée de Thierry Henry n’a – pour l’heure – rien changé. Après une série de 5 défaites consécutives, le coach parvient tout de même à stopper l'hémorragie avec un match nul quasi inespéré (1-1).

Les Marseillais étaient si proche d’emporter une quatrième victoire pour le clan français, à Chypre, lors de la deuxième journée. Battus à domicile lors de la première journée face à Francfort (1-2), les Marseillais se compliquent la tâche en se faisant rejoindre dans le temps additionnel après avoir menée 2-0.

Copie blanche pour Bordeaux

Bordeaux a confirmé hier que sa campagne européenne était un calvaire. Après avoir perdu leurs deux premiers matches - contre le Slavia Prague (1-0) puis Copenhague à domicile (2-1) - les Bordelais avaient pourtant ouvert le score par Jimmy Briand, qui a repris d'une tête plongeante un centre de Karamoh côté gauche (26e). Artem Dzyuba s'est chargé d'égaliser pour les Russes (41) mais, dans les derniers instants, Daler Kuzyaev a délivré le stade russe. La qualification relève désormais du miracle.

Le pire bilan français depuis la saison 1972 (3 victoires en 18 matches) aura des répercussions sur l’indice UEFA, répartissant les places européennes par championnats. En comparaison, la France n’a déroché en moyenne 1,11 point par match, seule la Russie fait moins bien parmi les nations où deux clubs au minimum sont engagés. Vivement la phase retour !

France tv sport francetvsport