L'attaquant égyptien de Liverpool Mohamed Salah taclé par le défenseur de Monterrey, Leonel Vangioni
L'attaquant égyptien de Liverpool Mohamed Salah taclé par le défenseur de Monterrey, Leonel Vangioni | AFP - Giuseppe CACACE

Coupe du monde des Clubs: Liverpool arrache au forceps sa qualification pour la finale

Publié le , modifié le

Pour la quatrième fois de son histoire, Liverpool va disputer la finale de la Coupe du monde des Clubs (appelée anciennement Coupe Intercontinentale). En battant avec difficulté les Mexicains de Monterrey dans le temps additionnel (2-1) en demi-finale à Doha avec une équipe mixte (Firmino, Mané, Van Dijk sur le banc au départ), les Reds se sont offerts une nouvelle opportunité de soulever pour la première fois ce trophée. Ils joueront la finale contre Flamengo, l'équipe brésilienne titrée une seule fois dans cette épreuve, en 1981, aux dépens de... Liverpool.

Jurgen Klöpp avait pourtant bien préparé son affaire. Face à l'enchevêtrement de matches, l'entraîneur de Liverpool avait fait le choix de partir avec ses joueurs habituels à Doha dès dimanche, laissant aux moins de 23 ans de son club l'honneur de défendre les couleurs en Coupe de la Ligue anglaise mardi contre Aston Villa (défaite 5-0). Mais finalement, l'Allemand a presque raté son rendez-vous. Car outre cette lourde défaite éliminatoire des jeunes Reds, il a failli rater la qualification pour la finale de la Coupe du monde des Clubs. 

Face aux Mexicains de Monterrey, le collectif anglais avait pourtant la faveur des pronostics. Mieux encore, il était favori pour conquérir enfin ce titre, qui a toujours échappé aux joueurs de la Mersey, malgré trois finales, toutes perdues. Mais les Mexicains ont fait mieux que se défendre. Sans Van Dijk, malade, mais également sans Mané ni Firmino, laissés sur le banc, Liverpool avait choisi de ne pas jeter toutes ses forces dans la bataille. Mauvaise pioche. Alors que Keita avait ouvert le score dès la 12e minute sur une passe de Mohamed Salah, Monterrey a rapidement égalisé, sur un but de Rogelio Funes Mori dès la 14e minute (1-1). 

Firmino, serial buteur

Mais il a fallu attendre la toute fin de match pour que la décision se fasse. Firmino faisait son entrée à la 85e minute, recréant le trio infernal à la pointe de l'attaque (avec Salah et Mané). Et six minutes après, alors que le temps additionnel avait débuté, il a trouvé le chemin des filets, sur une passe d'un autre entrant, Alexander-Arnold (90e+1).

Ce but, en toute fin de match, fait le bonheur des Reds, passés tout près d'une grosse désillusion. Comme en 1981, ils feront face à Flamengo. A l'époque, les Brésiliens s'étaient imposés avec Zico dans leur rang. Aujourd'hui, ils ont "Gabigol" pour les sauver. Suffisant ? Pour la cinquième fois, un club brésilien sera opposé à un club anglais. Pour la quatrième fois de l'histoire (après Inter Milan-Independiente 1964-1965, Real Madrid-Penarol 1960-1966, Boca Juniors-Milan AC 2003-2007), deux clubs se retrouvent une nouvelle fois en finale dans cette compétition, qui sera totalement vêtue de rouge.