Valérie Gauvin
Valérie Gauvin | CHRISTOPHE SIMON / AFP

Mondial féminin : Valérie Gauvin a répondu présent

Publié le , modifié le

Remplaçante face à la Corée lors du premier match suite à plusieurs retards aux entraînements, Valérie Gauvin a retrouvé le onze face à la Norvège, et le chemin des buts.

Punie et remplaçante au premier match, l'attaquante de l'équipe de France Valérie Gauvin a répondu en ouvrant le score contre la Norvège (2-1), mercredi à Nice pour le deuxième match des Bleues au Mondial féminin.

"J'étais déçue sur le premier match, mais j'ai montré que je peux être présente et j'ai donné le meilleur de moi. Pourquoi j'ai été écartée au premier match? J'ai eu des retards, pas à l'entraînement, mais des retards. Voila c'est passé. Mon but, j'espère que c'est le premier d'une longue lignée", a-t-elle commenté sur Canal+.

Face à la Norvège, Gauvin est encore arrivée en retard... Elle a surgi juste après la pause pour marquer enfin (46e), après une première période fantomatique. Ses précédents retards, lui avaient coûté sa place de titulaire pour le match d'ouverture contre la Corée du Sud (4-0). La Réunionnaise de 23 ans avait été sanctionnée par la sélectionneuse, Corinne Diacre, qui ne badine pas avec la ponctualité. "Elle avait à coeur de montrer qu'elle pouvait apporter à cette équipe, a dit la sélectionneuse. C'est bien, mais il ne faut surtout pas qu'elle s'arrête là. Elle a été un peu en difficulté sur la première période. L'idée c'était qu'elle soit décisive rapidement en deuxième, c'est ce qu'elle a fait."

Remplacée numériquement par la dribbleuse Delphine Cascarino, et en pointe par Kadidiatou Diani, elle n'était entrée en jeu que pour les vingt dernières minutes au Parc des Princes, alors qu'elle semblait avoir conquis sa place en pointe pendant la préparation. Titulaire (21 sélections) ce mercredi, elle s'est d'abord montrée lente et maladroite, gâchant les bons services de Diani (18, 24).

Elle a lancé sa Coupe du monde

Elle a aussi tenté une tête en arrière à la demi-heure de jeu, vraiment inefficace, et ne semblait pas dans son match. Comme Eugénie Le Sommer était surveillée de très près sur son côté gauche, l'animation offensive des Bleues reposait uniquement sur les accélérations de Diani.

Mais au retour des vestiaires, la Montpelliéraine a surgi pour reprendre un excellent centre d'Amel Majri, en profitant de l'écran malin de Gaëtane Thiney. Son 11e but en bleu l'a libérée. Gauvin s'est ensuite montrée bien plus incisive. Ses partenaires l'ont trouvée plus souvent, et elle a eu une occasion de doublé sur une astucieuse frappe croisée (60e). "Valérie est un très bon point d'appui, a souligné sa capitaine, Amandine Henry, elle a un très bon jeu de tête, en plus elle a été réaliste. Ce but nous a remis dans le droit chemin, nous a redonné confiance."

Tout n'était pas encore parfait: la N.13 française a écrasé sa frappe sur une bonne remise de Thiney (57e). Mais la pointe des Bleues a lancé pour de bon sa Coupe du monde, elle qui visait ouvertement l'équipe de France alors qu'elle faisait encore l'ascenseur entre l'équipe Une du Toulouse FC, en 2e division, et les U19. Elle a bien grandi et poursuit maintenant avec ses coéquipières le rêve fou d'une première étoile sur le maillot des filles. Gauvin a fait sa part contre la Norvège. Elle est sortie en fin de match, relayée par sa concurrente, Delphine Cascarino (81e). Mission remplie, et retard pardonné.

AFP

Coupe du Monde de Football Féminin