Corinne Diacre

Corinne Diacre : "Ne pas jouer le match avant l'heure"

Publié le , modifié le

En conférence de presse, Corinne Diacre a prévu qu'il ne faut "pas jouer le match avant l'heure". La sélectionneuse de l'équipe de France féminine se veut prudente, avant l'entrée en lice des Bleues lors du match d'ouverture du Mondial-2019 à domicile, vendredi (21h00) contre la Corée du Sud au Parc des Princes.

Quel est l'état d'esprit de votre équipe avant ce grand rendez-vous tant attendu ?

Corinne Diacre : "On vient d'arriver au Parc des Princes, les filles ont pu fouler cette magnifique pelouse. Je sens mon groupe très serein. Pour ma part la nuit a été très bonne, comme d'habitude (sourire). Rien à signaler de particulier. Peut-être qu'on peut penser qu'il y a une émotion différente à la veille de l'ouverture du Mondial. L'idée c'est de ne pas jouer le match avant l'heure."

Comment gérer la pression d'un match d'ouverture d'un Mondial, qui plus est devant son public ?

C. R : "Vendredi, cela va être notre premier match officiel depuis deux ans. Ce match aura un goût particulier, en plus le stade sera plein. Comment les filles vont réagir, et agir ? Malheureusement, seules elles ont la réponse. On peut anticiper plein de choses mais ça... L'idée c'est de ne pas être dans l'émotion mais dans la performance."

Après les petits pépins physiques de votre capitaine Amandine Henry et de votre défenseure Griedge Mbock cette semaine, avez-vous en tête votre équipe de départ ?

C. R : "Bonne question mais comme d'habitude je ne répondrai pas. Il y a beaucoup de Coréens dans la salle. Si vous le permettez, je garderai le secret."

Avez-vous eu des discussions avec vos homologues masculins par rapport à l'Euro-84, au Mondial-98 et à l'Euro-2016, et l'expérience d'un match d'ouverture à domicile toujours très compliqué ?

C. R : "Oui. Très sincèrement, c'est quelque chose qu'on appréhende. Mais après on peut anticiper plein de choses... Chacun vivra comme elles auront décidé de le vivre. On sait que le premier match sera important mais en cas de non succès, on sait qu'il y aura deux autres matches de poules."

Quel sera votre discours pour galvaniser vos joueuses en conséquence ?

C. R : "Je vais vous révéler un secret. Je fais toujours des causeries galvanisantes (rires) ! Vendredi ce sera la même chose."

Au-delà de l'aspect psychologique, quelles sont vos attentes sur le terrain ?

C. R : "On est prêtes. On sort de deux matches de préparation concluants, avec des adversaires différents. On peut estimer que le match contre la Chine (victoire 2-1) a été meilleur que celui de la Thaïlande (victoire 3-0). Et si tout va bien, on peut espérer que celui de la Corée du Sud sera meilleur que contre la Chine."

Que craignez-vous justement de cette équipe de Corée du Sud ?

C. R : "C'est un adversaire que l'on va prendre très au sérieux, qui s'appuie sur Ji So-yun (Chelsea), que connaissent bien certaines de mes joueuses. Il n'y aura pas de plans particulier. J'ai plusieurs possibilités de onze de départ. Je vais me permettre de réfléchir encore un peu. C'est compliqué de mettre un plan +anti telle personne+. On préfère s'appuyer sur un collectif."

Le déclic tant attendu aura-t-il enfin lieu cette année à domicile, alors que l'équipe de France féminine n'a jamais remporté de titre international majeur ?

C. R : "Rien ne me permet de dire que la France va dépasser les quarts et faire mieux que 2011 (demi-finale). On a cette ambition par contre. Je pense qu'il faut y aller étape par étape. Il faut sortir de la poule déjà, rester sérieuses et humbles. Vous pouvez compter sur nous, on a l'ambition."

AFP

Coupe du Monde de Football Féminin