Corinne Diacre
Corinne Diacre | AFP

Corinne Diacre : "C'est un échec sportif mais nous avons gagné le coeur de millions de gens"

Publié le , modifié le

Déçue mais pas abattue. La sélectionneuse de l’Equipe de France Corinne Diacre a admis que l’élimination de son équipe en quart de finale de la Coupe du monde vendredi, face aux Etats-Unis était un échec sportif, mais s’est consolée en reconnaissant que les Bleues avaient aussi gagné le coeur de millions de Français.

"Oui, c’est un échec sportif. Il ne faut pas se cacher. On est loin de notre objectif mais j’espère que nous avons gagné autre chose : le coeur des gens". C’est par cette phrase que Corinne Diacre a résumé le sentiment qui l’animait ce vendredi, en conférence de presse, après l’élimination de l’Equipe de France en quart de finale de la Coupe du monde. 

"J’espère que ce Mondial va aider notre discipline à franchir entre un cap, un pallier. Les filles ont gagné le coeur de millions de gens. Quand on sort d’une telle compétition, qui plus est à la maison, on est forcément malheureuses, d’autant qu’on avait beaucoup d’attentes." a poursuivi la sélectionneuse des Bleues, tout en admettant que son équipe n’avait pas été très loin du niveau de jeu des Etats-Unis, championnes du monde en titre. "Je pense qu’on a quand même vu un beau visage de cette équipe de France. Je n’avais jamais vu les USA terminer à cinq derrière" a-t-elle lancé. 

Déçue de voir la France s’arrêter aux portes du dernier carré pour la deuxième fois consécutive (après 2015), Corinne Diacre n’a pas cherché d’excuses à ses joueuses. Bousculées en première mi-temps malgré un sursaut d’orgueil en seconde, les coéquipières d’Amandine Henry sont passées proches de l’exploit, mais il leur a manqué quelque chose pour faire tomber les favorites de la compétition. "On a manqué de justesse technique, dans nos choix, dans le dernier geste. Même en amenant le ballon sur le côté, si derrière on arrivait pas à centrer, c’était compliqué. On a vu des joueuses en dessous de leur potentiel. Donc c’est déjà difficile contre certaines équipes, mais ça l’est encore plus contre les Etats Unis" a reconnu l’ancienne entraîneuse de Clermont. 

"On ne va pas se chercher d'excuses"

"Je ne vais pas me dédouaner, me chercher d’excuses. Mais on a quand même joué les Etats Unis en quart de finale. Quand on est le pays hôte, on ne peut pas dire que ce soit un cadeau" a par ailleurs regretté la Nordiste, qui avait jusque là refusé d’évoquer la possibilité de rencontrer les Américaines avant les demi-finales comme un aveu d’infériorité. Elle avait affirmé que la France ferait tout pour terminer première de sa poule - ce qui a été le cas - et ce malgré ce risque. 

"On a eu la main mise sur le jeu même si c’était plus prégnant en deuxième mi-temps. Ca n’a pas suffit, malheureusement. A partir du moment où on perd le match, c’est qu’il nous a manqué des choses, et il nous manque encore du travail" a ensuite expliqué Corinne Diacre, qui a paradoxalement tenu à rappeler que cette rencontre s’était joué sur "un détail", refusant de polémiquer autour de la non utilisation du VAR sur la main d’O’Hara en toute fin de match. "On pourrait débattre toute la nuit, cela ne servirait à rien. Le VAR a déjà été en notre faveur. Ce soir ça n’a pas été le cas. On ne doit pas s’arrêter là dessus. Le seul regret qu’on peut avoir c’est ce manque d’attention au bout de quelques minutes seulement" en référence au coup-franc de Megan Rapinoe concédé par les Bleues dès la 4e minute de jeu. 

à voir aussi "On a tout tenté" : les Bleues sans regrets "On a tout tenté" : les Bleues sans regrets

Cette élimination en 1/4 de finale du Mondial sonne comme un coup d'arrêt pour l'Equipe de France, qui restait sur une année 2019 assez exceptionnelle, et pouvait légitimement nourrir des ambitions de victoire à domicile. Avec une élimination aux portes du dernier carré, le contrat n'a pas été rempli, mais les Bleues ne pensaient peut-être pas se frotter aux Américaines aussi tôt. Quoi qu'il en soit, cette défaite ne devrait rien changer à l'avenir de Corinne Diacre, qui a plus ou moins confirmé qu'elle irait au bout de ses engagements avec la FFF. 

"Je ne suis pas du genre à renoncer. Ce n'est pas du tout le genre de la maison" a dit la sélectionneuse, dont le contrat à la tête des Bleues court jusqu'en 2021, "Le président m'a fait confiance sur un bail assez long, mais c'est à lui que revient sa décision. J'ai encore du travail à faire, on a beaucoup de travail à faire ensemble" a-t-elle conclu. 

Coupe du Monde de Football Féminin