Joachim Löw
Le sélectionneur de l'équipe d'Allemagne, Joachim Löw. | Marius Becker / DPA

Coupe des Confédérations : Les Allemands de Joachim Löw "sont chauds et affamés"

Publié le , modifié le

Les jeunes joueurs de l'équipe d'Allemagne sont "chauds et affamés" à l'idée d'affronter le Mexique en demi-finale de la 10e édition de la Coupe des Confédérations ce jeudi à Sotchi (coup d'envoi à 20h, heure française), selon leur sélectionneur Joachim Löw. Invaincue en phase de groupes, la Mannschaft, championne du monde en titre, tentera de rejoindre pour la première fois de son histoire la finale de cette compétition internationale.

"Il y aura des changements"

Comment abordez-vous ce match?
Joachim Löw : "Nous allons affronter une équipe extrêmement forte, qui court beaucoup, qui a des joueurs très techniques. C'est une équipe d'un autre calibre que l'Australie et le Cameroun, et du niveau du Chili, avec le même goût pour la profondeur et la même mentalité, avec beaucoup de fierté. Pour nous, c'est un très bon test. Nous voulons évidemment aller en finale, les joueurs sont chauds et affamés, mais il faudra pour cela mieux jouer que lors de la première période face au Cameroun. Nous n'allons pas jouer avec les mêmes joueurs, il y aura des changements".

Y aura-t-il de l'agressivité?
JL : "Dans le sens positif, oui, car le Mexique joue ainsi depuis de nombreuses années. Je me souviens du match contre le Mexique en 2005 (petite finale de la Coupe des Confédérations, 4-3 a.p. pour l'Allemagne, quand Löw était l'adjoint du sélectionneur Jürgen Klinsmann, ndlr). Je connaissais alors peu le Mexique et le foot international. L'équipe qui m'avait le plus enthousiasmé était le Mexique. Jouer d'une manière aussi offensive, on ne le voyait pas tous les jours. Le Mexique s'est développé au fil des années. Son style est de chasser le ballon, et il déploie pour cela une grande énergie. C'est une équipe qui impressionne".

"Un incroyable esprit d'équipe s'est créé"

Il s'agit jeudi de votre huitième demi-finale (deux comme adjoint, six comme sélectionneur)...
JL
: "Je suis particulièrement content d'avoir atteint la demi-finale avec cette équipe-là, parce que nous n'étions pas forcément attendus à ce niveau. Le dernier carré est toujours la priorité. Ça me fait plaisir d'y être arrivé avec des jeunes. J'ai aimé les performances pas seulement individuelles, car un incroyable esprit d'équipe s'est créé : ils restent longtemps attablés ensemble, discutent entre eux, si bien qu'ils font tout pour faire équipe".

Quand avez-vous décidé d'opter pour la jeunesse?
JL : "Dans les mois qui ont suivi la Coupe du monde, je savais qu'il y aurait trois tournois en trois ans, en 2016, 2017 et 2018. Il y a eu des expériences parfois négatives : après le Mondial, énormément de joueurs se sont blessés ou étaient cuits. Un tournoi représente une charge incroyablement lourde. J'ai pris conscience que la troisième compétition en ferait les frais, et j'ai alors pensé à convoquer une autre équipe pour la Coupe des Confédérations. C'était pour moi une bonne occasion de faire jouer des jeunes, parce que ce genre de tournoi, c'est autre chose que des matches amicaux. Comme contre le Cameroun : les jeunes ont fait l'expérience de cette tension, et ça les aide pour l'avenir. En ce sens, nous sommes très satisfaits de notre décision. Certains ont montré qu'ils avaient faim, certains ont été très bons".

AFP