Wendel: "On a vu le vrai Bordeaux"

Publié le , modifié le

Satisfait du succès sur Lyon (2-0), le milieu brésilien Wendel estime que Bordeaux, désormais 13e de L1, se doit d'"enchaîner les victoires pour arriver dans le peloton d'élite" avant d'aller défier Nancy mercredi en Coupe de la Ligue et Caen samedi en championnat. "On a vu le vrai Bordeaux contre Lyon, j'espère qu'on va le voir contre Nancy, Caen et Lorient", a-t-il confié.

Q: Au lendemain d'une victoire sur Lyon, comment on se sent ?
R: "Ca fait du bien de venir (devant la presse) après un 2-0 contre Lyon. En discutant entre nous, on sent de la joie. Depuis un moment, on venait à l'entraînement, triste, frustré, ce n'était pas le cas ce matin. J'espère que cela va continuer comme ça".

Q: Qu'est-ce qui a changé depuis le match de Nice ?
R: "Quand un Lyonnais avait le ballon, il y avait parfois trois Bordelais sur lui. Il n'y a pas d'autres explications. Il y avait de l'envie, de l'engagement, de la solidarité, c'était le plus important. Il ne faut pas, comme le coach l'a dit, sauter au plafond. Il faut rester tranquille, concentré. Il y a d'abord un match difficile à Nancy, sur un terrain où on n'est pas habitué à jouer et aller, pourquoi pas, plus loin en Coupes. Alou (Diarra) nous a dit de ne pas nous enflammer. Il faut enchaîner les victoires en championnat pour arriver dans le peloton d'élite, c'est-à-dire les premières places".

Q: N'y aura-t-il pas de rechute ?
R: "On n'est pas sûr de répéter ce type de match avec la même envie, le même engagement. (Dimanche) on a vu un autre Bordeaux, une équipe solide, compacte. Il n'y a pas de raisons de changer. Il est vrai qu'on répond présent sur les grands matches: la Ligue des Champions, Paris, Lyon, Marseille, mais contre d'autres équipes on n'est pas aussi costaud, on n'a pas autant envie. Pour les grands matches, on n'a pas besoin de se parler. Il faut tout donner contre des équipes qui sont considérées d'un calibre différent de Lyon, Marseille ou le PSG".

Q: Comment expliquez-vous ces deux états d'esprit ?
R: "Depuis janvier, c'était le cas. On était présent dans les grands rendez-vous mais pas du tout contre les autres équipes. On a vu le vrai Bordeaux contre Lyon, j'espère qu'on va le voir contre Nancy, Caen et Lorient. Il faut mettre le maillot de Lyon, de Marseille sur les autres équipes pour avoir plus d'envie et plus d'engagement (rires)".

Q: Avez-vous justement envie de gagner la Coupe de la Ligue ?
R: "Ce groupe-là a déjà deux Coupes de la Ligue. L'an dernier on a fini deuxième (finaliste contre Marseille, 1-3). Je l'aime bien cette Coupe. On est capable d'aller loin surtout que les autres équipes sont concernées par l'Europa League, la Ligue des Champions. Il y aura peut-être de la place pour nous".

Q: Vous allez jouer sur un terrain synthétique. Avez-vous de l'appréhension ?
R: "On a connu ça au Trophée des Champions à Montréal (en juillet 2009 contre Guingamp, 2-0). Le ballon va plus vite. A nous de nous adapter sur ce terrain. Les équipes qui sont allées là-bas ont très bien joué le coup".

AFP