Valenciennes Troyes
. | FRANCOIS LO PRESTI / AFP

VA éliminé en Coupe de la Ligue

Publié le , modifié le

Rien ne va plus à Valenciennes. Lanterne rouge de Ligue 1, VA a subi un nouvel affront mardi en s'inclinant à domicile contre Troyes (L2) en 16e de finale de la Coupe de la Ligue. L'Estac s'est imposé au Hainaut 3-1 sur des buts de Court (4e) et Gimbert (31e, 57e). Les Nordistes n'étaient pas à la fête puisque Lille s'est fait surprendre par Auxerre (0-1, a.p.).

L'effet Ariel Jacobs n'a pas eu lieu à Valenciennes. L'arrivée du technicien belge n'a pour l'instant produit aucune amélioration sur la situation des Nordistes. La chute se poursuit avec un nouveau revers mardi face à Troyes. Le doute était dans les esprits. Les idées noires ont vu le jour après 31 minutes. A ce moment, les Aubois menaient déjà 2-0 au Hainaut grâce à Court (4e) et Gimbert (31e). Dossevi avait relancé VA (47e) mais Gimbert a définitivement enfoncé la tête des Nordistes sous l'eau. Il va falloir un sacré électrochoc pour les sortir de cette mauvaise passe.

Rennes et Toulouse s'en sortent

Trois jours après leur large défaite à domicile face à Rennes (0-5), Toulouse s'est bien repris. Alain Casanova avait choisi de laisser Ali Ahamada sur le banc et de titulariser Olivier Blondel. Le Téfécé était pourtant mené à la pause par Créteil sur un but de Belvito (31e). La mi-temps a remis de l'ordre dans le jeu des Violets qui ont renversé la vapeur grâce à Abel Aguilar (51e), Oscar Trejo (79e) et Wissam Ben Yedder (90e). Pensionnaire de Ligue 2, Tours a logiquement battu Amiens (Nat) 3-1. Poussée aux prolongations après un but de Walter dans le temps additionnel, Rennes a finalement pris le dessus sur Nancy grâce à Hountondji (102e).

Auxerre stoppe Lille

La plus grosse surprise des 16e de finale est venue du stade Pierre-Mauroy. Plus à la fête depuis sa descente en Ligue 2, Auxerre s'est rappelé aux bons souvenirs de l'élite en s'imposant à Lille 1-0. L'AJA a été plus que bousculé par le 4e de L1 mais a fait le dos rond. En prolongations, Haller a saisi sa chance en marquant le but décisif (114e). Très solide, Nantes a lui poursuivi sa belle dynamique actuelle. Dans une Beaujoire comble et joyeuse, les Canaris ont mangé les Merlus de Lorient 2-0 grâce à Bedoya (73e) et Nkoudou (90e). En fin d'après midi, Bastia a pris le meilleur sur Ajaccio (1-0).

Réactions

René Girard (entraîneur de Lille): "Je ne  suis pas inquiet car on a joué 120 minutes. On a quatre jours pour récupérer,  et Monaco est dans la même situation. C'est surtout moralement que perdre à la  fin de la prolongation peut être gênant. Les joueurs peuvent récupérer, ce  n'est pas ce qui m'inquiète. On pouvait s'attendre à des difficultés car j'ai  fait beaucoup de changements. Malgré ça on a des occasions pour ouvrir le score  et ça aurait changé la physyonomie du match. Mais on ne l'a pas fait et on est  éliminé. On n'a pas eu la fluidité qu'on pouvait espérer. On aurait pu faire la  différence à un moment donné. Je ne regrette pas d'avoir fait tourner. C'est  important que les garçons qui sont sur le banc nous montrent ce qu'ils savent  faire. Mais il ne faut pas non plus condamner les garçons qui ont perdu ce  soir. Je savais que je prenais un risque mais je pensais qu'on avait la marge  suffisante. On n'a pas été assez efficace à tous les niveaux. Il ne faut pas  tout jeter, on a réussi à se créer des occasions. Mais certains garçons peuvent  et doivent faire beaucoup mieux pour venir frapper à la porte et prétendre à  une place de titulaire."

Bernard Casoni (entraîneur d'Auxerre):  "Cette qualification récompense tous nos efforts. On a réussi à rester bien  organisé et cohérent en sortant au maximum les ballons et en essayant d'aller  de l'avant. Ce n'est pas une victoire imméritée. On a réussi à hisser notre  niveau de jeu, même s'il y avait pas mal d'absents côté lillois. On vient de  battre le Losc qui reste sur une très belle série. C'est intéressant pour nous."

Michel Der Zakarian (entraîneur de  Nantes): "Le qualification est logique sur l'ensemble du match, on a eu pas mal  de situations de marquer. Même si cela n'a pas été un grand match, des  séquences ont été bonnes. Il y a eu beaucoup de déchet technique des deux côtés  avec des joueurs en manque de temps de jeu. L'essentiel était de se qualifier.  On veut aller le plus loin possible, en trois matches on peut être en finale,  on ne sait jamais, on verra le tirage. Dans l'esprit on y était, c'est ça le  plus important. Et on marque deux beaux buts sur des centres de nos latéraux."
   
Christian Gourcuff (entraîneur de Lorient): "Il y a eu un enchaînement  d'erreurs dans la minute du premier but. A part 20 premières minutes  compliquées, on a pris un bel ascendant mais on a manqué de poids offensif  notable en première période. Si on ne peut pas marquer, il faut éviter les  erreurs défensives, comme sur le but (du 1-0). Ensuite le match était tronqué.  Globalement ce n'est pas trop décevant mais on n'a pas été au bout de nos idées  et pas pesé individuellement et sur nos actions collectives dans les 30  derniers mètres, c'est le gros regret avec cette minute d'errements défensive.  Les matches basculent là-dessus, on le sait depuis un moment. On ne s'est pas  créés d'occasions, c'est ça le plus gênant. On peut mettre en cause la  composition de l'équipe évidemment."

Jean-Marc Furlan (entraîneur de  Troyes, L2): "Les garçons étaient vraiment prêts à élever leur niveau de jeu,  c'était indispensable. On a la réussite de marquer rapidement sur des contres,  ce qui nous a facilité la tâche et mis l'adversaire en difficulté. Le scénario  nous a été favorable, c'est une bonne surprise pour nous. En coupe, l'influence  des joueurs est encore plus vraie, il faut du caractère pour des matches à  élimination directe, avec de la pression. Le scénario a été idéal pour mettre  en difficulté un adversaire dans le dur, j'ai connu ça. Face à une équipe  supérieure au niveau du championnat, tout le monde a été très vigilant et  motivé dès le départ, c'était indispensable pour résister à leurs assauts. On  perd deux joueurs sur blessure, j'espère que ça ne nous pénalisera pas pour le  championnat. On voulait progresser dans les matches loin du stade de l'Aube.  Etre en huitième de finale, c'est bien pour les joueurs sur le plan sportif et  pour le président sur le plan comptable... si on arrive à recevoir, même si  recevoir n'est pas un gage de réussite, la preuve".
   
Ariel Jacobs (entraîneur de Valenciennes): "Avant le but, il y avait déjà  eu des situations où on sentait qu'on n'avait pas le caractère qu'il faut. Je  suis franchement gêné. Des excuses auprès des supporteurs ne seraient même pas  suffisantes au vu de notre première période. Je crois que je n'ai jamais été  poussé hors de moi autant que je l'ai été à la mi-temps. On a fait preuve de  volonté pour renverser la situation en début de deuxième période, on a eu  l'occasion de revenir, mais ça n'a pas été le cas, et la façon dont nous  encaissons le troisième but est symptomatique. Chez nous, c'est l'insécurité  collective, et l'adversaire n'a pas besoin de 26 occasions de buts. Et souvent  nous leur donnons. Et sur nos occasions, nous sommes mal positionnés, il y a de  la maladresse, de la précipitation et un peu de malchance... Quand vous donnez  tout, ces ballons-là rentrent d'office. Ce sont beaucoup d'éléments mais avant  tout, la mentalité. Beaucoup de joueurs oublient que c'est une qualité dans le  foot et dans la vie. J'espère que les joueurs se rendent compte qu'on n'a pas  la qualité des équipes de taille dans notre championnat, ce n'est pas une  injure. Mais à partir de ce moment là vous savez qu'il faut vous reposer sur de  la discipline, de l'engagement, de l'abnégation et de la solidarité. Ceux qui  veulent mouiller le maillot pour sauver Valenciennes auront ma préférence à  ceux qui se prennent pour des stars. La Ligue a refusé mais je voulais faire  sept ou huit changements à la mi-temps... Je savais la situation complexe, je  vais me battre pour le club et surtout contre une sorte de nonchalance. Il ne  faut pas se plaindre que le public vous siffle à la mi-temps, on les a lâchés.  Pour le respect du maillot, du club, un jour sans est possible. Mais ne pas  être présent est impardonnable".

Résultats des 16e de finale

Mardi:
Bastia (L1) - Ajaccio (L1) 1-0
Tours (L2) - Amiens (Nat) 3-1
Valenciennes (L1) - Troyes (L2) 1-3
Rennes (L1) - Nancy (L2) 2-1 (a.p.)
Lille (L1) - Auxerre (L2) 0-1 (a.p.)
Créteil (L2) - Toulouse (L1) 1-3
Nantes (L1) - Lorient (L1) 2-0
  
Mercredi:
(18h00) Guingamp (L1) - Evian/Thonon (L1), sur France 4
(20h00) Sochaux (L1) - Montpellier (L1)
(20h55) Reims (L1) - Monaco (L1), sur France 3