Que valent les Verts en Coupe ?

Publié le , modifié le

Désormais leader du championnat, Saint-Etienne aborde les 16e de finale de Coupe de la Ligue dans une situation que le club n'a plus connu depuis 1982... Dans un tel contexte, Christophe Galtier va-t-il faire de cette compétition un objectif ? Début de réponse contre Nice, une équipe qui n'a pas à rougir non plus de son début de saison. Monaco ouvre les débats ce mercredi face à Lens. Egalement au programme, Bordeaux va se jauger à Nancy.

SUIVEZ LES MATCHES EN DIRECT VIDEO

Si la Coupe de la Ligue n'a jamais souri au club stéphanois, celui-ci peut s'appuyer sur sa solide expérience en Coupe de France (six titres) et de beaux parcours en Coupe d'Europe (finale de C1 en 1976, demi-finale en 1975 et 1969, et quart en 1977). Mais le gros de ce palmarès commence à dater. Les plus belles années de l'ASSE remontent déjà à près de trente ans ! Il suffit de regarder le parcours du club dans cette jeune compétition (débuts officiels en 1995) pour s'apercevoir qu'outre une demi-finale en 2004 (perdue contre Sochaux 2-3), les Verts ont souvent peiné en Coupe de la Ligue. En position idéale au classement, la tentation sera grande pour l'entraîneur stéphanois de favoriser le championnat, et de faire souffler son groupe (Payet est d'ores et déjà forfait suite à un problème musculaire). Mais il est toujours difficile de ne pas profiter de la vague du succès, et de risquer d'en briser tous les bénéfices. Surtout, l'adversaire du jour n'est pas à prendre à la légère. Nice pointe à la 7e place, avec une seule défaite en six journées (pour trois nuls et deux victoires). Mais quelle défaite ! Corrigés 4-0 par Sochaux, les Aiglons vont probablement vouloir afficher un tout autre visage et prouver qu'il ne s'agissait que d'une erreur de parcours.

A l'inverse, Sochaux aura à coeur de confirmer ce résultat. Opposé à Bastia, devenue une modeste équipe de National, Sochaux ne devrait théoriquement pas avoir de mal à s'imposer, même si en Coupe, tout est toujours possible. 5e à trois points du leader stéphanois, l'équipe doubienne reste surtout la meilleure attaque de Ligue 1.
Duel d'anciens vainqueurs entre Monaco et Lens. Lauréat de l'édition 1998-1999, Lens retrouve la compétition alors que sa position en championnat n'est guère reluisante. Là encore le dilemme perdure, que ce soit en tête ou en queue de championnat, pour savoir quelle priorité attribuer à une telle compétition par rapport au championnat. Pour Monaco, vainqueur en 2002-2003.

Revigoré par son succès sur Lyon (2-0), Bordeaux effectue un déplacement à sa portée sur le terrain de Nancy. "Nous donnons la priorité au championnat. Après, la Coupe de France et la Coupe de la Ligue sont importantes mais le championnat passe avant", a déclaré sobrement Jean Tigana. "Nous allons jouer coup par coup. Il n’y a pas de plan prédéfini. Cela d’autant plus que l’effectif n’est pas chargé, nous comptons plusieurs blessés. Je vais protéger certains joueurs qui ne sont pas à l’aise sur le synthétique", a déclaré le coach bordelais. Car Nancy est l'une des deux équipes de l'élite (avec Lorient) à avoir adopté le synthétique.

Ces 16e de finale proposeront un derby breton entre Guingamp et Rennes. Relégué en National, l'EAG aimerait sans doute se rappeler au bon souvenir des pensionnaires de l'élite, mais en a-t-il aujourd'hui les moyens. Surtout, le Stade Rennais qui joue les premiers rangs en L1, lui en donnera-t-il l'occasion ? Autres rencontres à suivre, d'abord celle opposant l'éternelle lanterne rouge de l'élite, Arles et ses six défaites au compteur, à une équipe de Caen plus solide. Enfin, Boulogne qui vient de redescendre en L2, accueille Toulouse, qui a perdu les commandes de la L1.

Romain Bonte