Sebastien Puygrenier - Monaco
Sebastien Puygrenier | AFP - VALERY HACHE

Puygrenier : "Arles-Avignon est le plus important"

Publié le , modifié le

Même s'il ne dénigre pas la Coupe de la Ligue et le quart de finale qui opposera mercredi sa formation à Marseille, le défenseur de Monaco, Sébastien Puygrenier, cible l'objectif de la semaine: la rencontre en Championnat samedi face à Arles-Avignon.

A la vue de votre situation en L1, ce déplacement à Marseille passe-t-il au second plan ?
"Il y a une opportunité de jouer une demi-finale de Coupe de la Ligue. On ne va pas la négliger. Comme la saison dernière (Monaco a atteint la finale de la Coupe de France, ndlr), nous avons pour ambition de réussir un parcours dans les coupes. On ne lâchera pas ce match. Il faut aussi rester sur une dynamique positive. Après notre deuxième période face à Bordeaux et notre victoire à Nancy (4-0), la confiance revient petit à petit. Il faut l'entretenir. Cependant, on sait que le match le plus important de la semaine est celui qui nous opposera à Arles-Avignon samedi."

Monaco est-il sur la voie de la guérison ?
"A Nancy, on a été très sérieux et rigoureux. Puis, après notre premier but, on s'est libéré. C'est une grosse satisfaction. Il y a eu beaucoup de joie. On reste ainsi au contact. Le classement est très serré. On le voit avec Auxerre, tout va très vite. J'espère qu'on est sur la bonne voie. Depuis longtemps, on a conscience de notre situation. On a vécu des moments durs qui ont pu laisser croire à certains problèmes. Quand on a commencé à perdre, le doute s'est installé. Le manque d'efficacité offensive nous a également fait perdre confiance. Mais le groupe ne s'est jamais désuni. Maintenant, il faut continuer. On est dans la zone rouge, en recherche de points. Mais notre situation n'est pas catastrophique."

Vous avez été plusieurs fois aligné latéral droit. Est-ce une reconversion ?
"Je ne sais pas si je finirai ma carrière à ce poste (rires). Mais ça ne me dérange pas d'y évoluer. Sinon, je l'aurais dit. J'essaie de répondre présent à chaque fois qu'on me demande. Si le coach estime que je peux aider, ça me va. Ce n'est pas un rôle qui me dérange, à partir du moment où l'on connaît mes qualités et mes défauts. Je n'ai pas l'aptitude d'effectuer d'incessants aller-retour sur le côté. J'en ai d'autres. C'est une corde de plus à mon arc. Cela ne me ferme pas les portes pour évoluer dans l'axe."

AFP