Nice-Metz: Claude Puel, un millénaire en sept dates

Nice-Metz: Claude Puel, un millénaire en sept dates

Publié le , modifié le

Dimanche à Guingamp, Claude Puel a participé à son 1000e match de Ligue 1. Sous les couleurs de Monaco, son seul club, l'ancien milieu de terrain a disputé 488 matches dans l'élite avant d'enfiler le costume d'entraîneur. En Principauté puis à Lille, Lyon et Nice, le Castrais a dirigé 514 rencontres de championnat. Retour en sept dates sur cette carrière gigantesque alors que le technicien de 53 ans et l'OGCN reçoivent Metz ce soir en Coupe de la Ligue (18h30)

Monaco-Nice (1-0), 14 mai1988, 35e journée de D1

Arrivé sur le Rocher à 17 ans, Claude Puel en a dix de plus lorsqu'il fête son deuxième titre de champion de France avec le club asémiste. En 1982, le jeune tarnais était encore tendre pour prendre part aux joutes de la Division 1, l'ancêtre de la Ligue 1. En 1988, il est devenu titulaire indiscutable sous les ordres d'Arsène Wenger. "Quand j'étais gamin, je n'imaginais pas que j'allais devenir professionnel. Mon plaisir c'était de courir, de gambader, témoigne Puel. Et quand je suis devenu footballeur pro, je ne partais jamais titulaire. Mais à l'arrivée, je l'étais tout le temps.Cette persévérance fait partie de ma personnalité". Leader du championnat depuis la 5e journée, l'ASM met l'Hexagone à ses pieds lors d'un derby de la Méditerranée remporté à Louis II. Au milieu du terrain, un garçon se dépense sans compter, tacle, aboie. Il s'appelle Claude Puel.  

Milan AC-Monaco (3-0), 27 avril 1994, 1/2 finale de Ligue des champions

Dix ans avant l'épopée de 2004, le club de la Principauté avait déjà fait trembler l'Europe. Dans l'entrejeu, Claude Puel fait figure de taulier. A l'image de son équipe, le Castrais est dépassé par un Milan AC galactique. Comme un symbole, celui qui est réputé pour sa dureté et son goût du combat écope d'un carton jaune à la 50e minute. Malgré la lourde défaite, Wenger tresse des louanges à son fidèle protégé. "Un joueur comme lui est indispensable dans un groupe. Il est capable d’évoluer à tous les postes en défense ou comme milieu défensif. Claude c’est de l’or". Deux saisons plus tard, il range le maillot pour entrer dans le staff monégasque. La suite, c'est Franck Dumas qui la raconte: "il a été mon coéquipier, mon préparateur physique puis mon entraîneur. On a fait chambre commune pendant un an. C'est quelqu'un que j'apprécie énormément parce qu'il est droit, entier, compétiteur. Pour les joueurs, c'était logique qu'il devienne notre entraîneur. Joueur, il parlait déjà énormément sur le terrain."

Monaco-PSG (1-0), 1er février 2000, 24e journée de D1

Dès sa deuxième saison à la tête de l'ASM, Puel s'empare de la couronne hexagonale. Sous son règne, les jeunes Philippe Christanval, Rafael Marquez, Ludovic Giuly, Marcelo Gallardo et David Trézéguet explosent, profitant de la passion de leur entraîneur pour la formation. Cette saison-là, l'attaquant franco-argentin trouve le chemin des filets à 22 reprises, ce qui en fait le deuxième sniper de l'élite derrière Sonny Anderson. Derrière lui, "El Muñeco" multiplie les caviars comme d'autres les pains avant lui (14 passes décisives). Entourée des expérimentées Marco Simone et Sabri Lamouchi, eux aussi auteurs d'un exercice époustoufflant, les Rouge et Blanc marchent sur l'élite. Le dauphin parisien lâche prise lors de sa visite en terres princières au début du mois de février. A la 84e minute, "Trézégoal" fait trembler les filets et met le club de la capitale à genoux. Monaco et son entraîneur ne seront plus rejoints. "Puel me fait penser à Arrigo Sacchi., juge Marco Simore, auteur de 21 buts. Il est rigide, sévère, mais vraiment très bon. Il a choisi la bonne méthode et pris le bon chemin: celui qui mène à la victoire. Il pense juste, il agit juste et avec grand sérieux. Beaucoup de techniciens français devraient s'en inspirer". 

L'effectif de l'AS Monaco version 1999/2000 entoure son entraîneur Claude Puel
L'effectif de l'AS Monaco version 1999/2000 entoure son entraîneur Claude Puel

Lyon-Lille (1-3), 16 décembre 2005, 19e journée de L1

Quitter Monaco est une déchirure pour un homme qui a posé ses valises sur le Rocher vingt-quatre ans plus tôt. En rebondissant à Lille un an plus tard, l'ancien milieu de terrain met les pieds dans un club peu structuré. Le Losc, promu en 2000, accède à la Ligue des champions dès l'année suivante grâce à une défense de fer. Ce n'est qu'un feu de paille dont Puel va se servir pour allumer un brasier. En 2005, Lyon va s'y brûler les ailes. Avant ce match, l'OL tourne à 2,5 points de moyenne et ne laisse que des miettes à ses adversaires. Mais les hommes de Claude Puel ont terminé juste derrière eux en mai 2005 et nourrissent de grandes ambitons. Odemwingie, Debuchy et Dumont se chargent de transformer tout cela en acte. Gerland tombe et Lille, 3e à l'issue de la saison, se qualifie pour sa deuxième Ligue des champions consécutive. Jean-Michel Aulas vient de tomber amoureux. "Bravo à Claude Puel qui est un excellent entraîneur et qui fait un travail remarquable avec des moyens moins importants que l'OL". 

Milan AC-Lille (0-2), 6 décembre 2006, phase de groupes de Ligue des champions

Le club du président Seydoux fait désormais partie du gratin français. Cabaye, Bodmer, Debuchy, Keita, Makoun, Rami, Odemwingie, Puel a encore su faire grandir de nombreuses jeunes pousses pour les amener au plus haut niveau. Désormais, les Dogues veulent s'inviter à la table des grands d'Europe. Obligés de l'emporter à San Siro pour franchir le cap des poules pour la première fois de leur histoire, ils font tomber l'immense Milan AC, déjà qualifié mais futur vainqueur de la compétition. Cruellement éliminés en 8e de finale par Manchester United, les Lillois ne s'en relèveront pas. Les départs de plusieurs cadres à l'intersaison fragilisent la formation nordiste mais elle a pris la date avec l'avenir. Dautant que Puel profite de l'exil de ses meilleurs éléments pour régénérer son effectif et lancer un certain Eden Hazard. 

Les supporters lyonnais manifestent pour le départ de Claude Puel
Les supporters lyonnais manifestent pour le départ de Claude Puel

Lyon-Bordeaux (3-1), 30 mars 2010, 1/4 de finale aller de Ligue des champions

Lassé du projet lillois et dragué par le septuple champion de France lyonnais, Puel met les voiles à l'été 2008. Convaincu par le technicien français, Aulas lui donne les pleins pouvoirs. Mais tout ne se passe pas comme prévu. Malgré les arrivées de Lloris, Mensah, Makoun, Pjanic et Piquione, l'OL abandonne sa couronne française au profit de Bordeaux et doit même en passer par un tour préliminaire pour s'adjuger une place en Ligue des champions. Paradoxalement, au moment où l'OL semble sur le déclin, l'Europe les remet sur le devant de la scène. Alors que le grand Lyon du début des années 2000 avaient toujours buté sur les quarts de finale, son petit frère rallie le dernier carré. Un doublé de Lisandro Lopez et une réalisation de Bastos laissaient les Girondins trop loin pour qu'ils puissent refaire leur retard à Chaban-Delmas dans le premier quart entre clubs français. Malgré ce résultat, Claude Puel est plus que jamais contesté. L'ex-Monégasque est chahuté dans la capitale des Gaulles. Les supporters gones demandent son départ. Dans la tempête, Aulas joue au para-tonnerre. "J’entends dire que c’est parce que ce serait trop cher de le virer que je m’entête avec lui. Mais ce sont des fadaises. Je suis allé le chercher à Lille parce que c’est un mec formidable, l’Arsène Wenger de demain".

Ajaccio-Nice (0-2), 26 mai 2013, 38e journée de L1

L'aventure se termine mal avec l'Olympique Lyonnais. Puel part avec pertes et fracas et envoie son ancien club aux prud'hommes. En attendant l'arrivée de l'Allianz Arena sensé faire grandir le Gym, le président Rivière a besoin d'un homme capable de laisser s'épanouir ses jeunes joueurs. Puel débarque à l'été 2012. Les Aiglons n'ont plus cotoyé l'Europe depuis 1976. A leur tête, le Castrais fait des miracles. Les recrues Bauthéac, Cvitanich et Kolodziejczak sont à la hauteur. Le buteur argentin enchaîne les prestations de haute volée. Dans son sillage, Nice n'en finit plus de grimper jusqu'à être un candidat crédible au podium. Tenu en échec par Lyon, l'OGCN perd cet objectif mais sauve sa quatrième place en Corse. Du côté d'Ajaccio, les Rouge et Noir décrochent la victoire. Trente-sept après, les ouailles de Puel goûteront à nouveau aux joutes continentales. Le dernier fait d'arme d'un homme qui n'a "jamais calculé" et vit "l'instant présent à fond". 

Jerome Carrere