Montpellier Marseille Gignac Bocaly
Le Marseillais André-Pierre Gignac au duel avec le Montpellierain Bocaly | AFP - Pascal Guyot

Marseille, une coupe avant la Ligue 1 ?

Publié le , modifié le

Marseille et Montpellier se retrouvent en finale de la Coupe de la Ligue, samedi (20h45). L'an passé, la victoire de l'OM en finale avait relancé leur fin de saison avant un titre de champion de France en Ligue 1. Pour Montpellier, un sacre serait une récompense mérité, au terme d’une saison plus qu’aboutie pour les Héraultais. L’occasion de retrouvailles également pour les deux formations, une semaine après la victoire de l’OM en championnat (1-2).

Suivez la rencontre Marseille-Montpellier :
L'avant-match 1ère partie (19h30)
L'avant-match 2e partie (20h10)
Le match en direct (20h36)

L’OM finit la saison en trombe. Un temps distancé cette saison, Marseille est revenu dans les échappements de Lille, en tête du championnat de France, et s’est qualifié pour la finale de la Coupe de la Ligue. Comme lors de l’exercice 2009-2010, les Phocéens visent le doublé. L’an passé, leur victoire face à Bordeaux (3-1) avait mis fin à une disette de 18 ans sans titre et avait gonflé leurs ambitions de fin de saison.

Marseille a donc de quoi être légitimement favori de la rencontre. D’autant que Heinze et consorts ont été plutôt gâtés lors de leur parcours, s’imposant face à Guingamp, Monaco, et Auxerre (2-0) avant de rallier St-Denis. Mais le onze de Didier Deschamps sait que l’heure est à la prudence. Samedi dernier, Montpellier avait ouvert la marque, avant que Marseille ne revienne dans la partie par l’intermédiaire de Gignac et Taiwo (1-2). Didier Deschamps reste conscient que l'absence de titre pour Montpellier depuis de longues années peut aussi décupler leur motivation : "L'an dernier était l'occasion pour certains de gagner leur premier titre. Ça va être un peu ça pour Montpellier qui n'a rien gagné depuis de longues années", prévient Deschamps. Pas d'euphorie donc. D’autant plus que pour ce qui est de l’animation offensive, ils ne pourront pas compter sur Loïc Rémy, suspendu trois matchs pour une claque sur Abdelhamid El Kaoutari. Une décision jugée "anormalement sévère" par Jean-Claude Dassier, le président de l’OM.

Giroud : le super-hérault

Pour sa part, Montpellier a aligné les succès dans la douleur en Coupe de la Ligue, n’étant pas épargné par les tirages au sort. Les hommes de Louis Nicollin ont enchaîné trois succès face à de gros calibres : Ajaccio, Lille et le PSG (1-0) à la Mousson. Des victoires de prestige, même si la compétition est souvent jugée dispensable. De quoi donner suffisamment de confiance à leur président (en poste depuis 37 ans) à la veille de la rencontre (samedi, 20h45): "Si on perd cette finale, ça ne fera pas trop de bruit. Marseille, c’est Marseille. Mais je ne sais pas pourquoi, j’y crois. Si j’y croyais pas, ça serait grave, on a les arguments pour battre l’OM". Et l’un de ses arguments s’appelle Olivier Giroud.

Buteur la semaine passée, Olivier Giroud affiche des stats intéressantes contre Steve Mandanda, premier gardien de Ligue 1 face à qui il avait inscris un but lorsqu’il jouait à Grenoble en L2 (et Mandanda au Havre). Pour un club sevré de titres depuis 1990, et une victoire en Coupe de France, l’avant-centre est conscient que l’attente autour de cette rencontre est énorme. L’ancien tourangeau reconnait que "ce serait historique" pour son club de s’imposer face à un club aussi mythique.