Lucas Ocampos - marseille - OM
Lucas Ocampos, auteur du 2e but marseillais | JEFF PACHOUD / AFP

L'OM fait respecter son rang

Publié le , modifié le

L'Olympique de Marseille s'est imposée sur la pelouse de Bourg-en-Bresse en huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue (2-3). En dépit d'une belle résistance des pensionnaires de Ligue 2, les Phocéens ont su faire prévaloir une maîtrise largement supérieure.

Distancée en championnat, l'Olympique de Marseille a assuré l'essentiel pour se préserver une chance de remporter un trophée cette saison en se qualifiant pour les quarts de finale de la Coupe de la Ligue. Face à une formation gonflée à bloc, qui disputait son 4e match dans la compétition après avoir sorti Brest, Nancy et Nantes, les partenaires de Cabella ont confirmé leurs dispositions à l'extérieur.

Sans Alessandrini, Diarra et Nkoudou, tous blessés, mais avec Yohann Pelé qui disputait son premier match dans la cage phocéenne, l'OM prenait le match par le bon bout. Avec sérieux et application. Présents à la récupération, les Olympiens ne laissaient pas les pensionnaires de Ligue 2 prendre confiance. Et, à la 13e minute, les joueurs de Michel étaient récompensés de leurs bonnes oeuvres après un mouvement en triangle parfaitement exécuté et conclu par Sarr qui marquait en se jetant seul devant le but (0-1, 13e). Quelques minutes plus tard, les Marseillais manquaient l'occasion d'éteindre presque définitivement le Stade Marcel Verchere quand Cabella perdait son duel avec Callamand, décisif sur la frappe de l'ex-Montpelliérain (17e). Mais, au lieu de persévérer dans cette voie, l'OM desserrait soudainement son étreinte et laissait les Bressans reprendre leur souffle.

Les locaux profitaient de l'aubaine avec réalisme. Une incursion dans le camp adverse, une charge de Sparagna sur Boujedra et il n'en fallait pas plus pour que Boussaha n'égalise sur penalty (1-1, 27e), inscrivant au passage son 5e but dans la compétition. Si Batshuayi, qui enchaînait pivot et frappe enroulée qui rasait les montants bressans sonnait quelque peu la révolte, cette dernière était toutefois bien timorée. Après une belle entame, l'OM s'était de nouveau enlisée dans ses approximations récurrentes cette saison et rejoignait les vestiaires la tête basse. 

Cabella, valeur montante

A la reprise, Benjamin Mendy montrait la voie à suivre. Auteur d'un remarquable débordement, le latéral servait Lucas Ocampos dans les meilleurs dispositions pour que l'Argentin redonne l'avantage aux siens (1-2, 51e). Cette fois, les Phocéens n'allaient pas retomber dans leurs travers. Échaudés, ils maintenaient la pression sur leurs adversaires qui, en dépit de leurs efforts et du soutien du public, ne parvenaient plus à faire face. Logiquement, ils finissaient par céder. Rémy Cabella, malin, chipait le ballon dans les pieds de Perradin et inscrivait le but du break d'une belle balle piquée (1-3, 75e). De plus en plus à l'aise, l'ancien Magpie confirme sortie après sortie qu'il prend de plus en plus d'épaisseur dans le jeu des Marseillais. Ces derniers auraient pu s'offrir quelques sueurs froides en fin de match avec ce penalty accordé à Bourg-en-Bresse dans les dernières secondes (Boussaha transformait 2-3, 90e) mais l'arbitre sifflait juste après la réduction du score. 

La réaction de Yohann Pelé après le match : 

Julien Lamotte