L’OM en habitué

L’OM en habitué

Publié le , modifié le

Marseille s’est qualifié pour sa troisième finale de la Coupe de la Ligue consécutive. L'OM s'est imposé devant Nice (2-1), mercredi en demi-finales au Stade vélodrome. Les Olympiens retrouveront Lyon, vainqueur à l'arraché de Lorient (4-2 a.p.) en finale le samedi 14 avril.

Les Niçois sont entrés les premiers dans la partie, en mettant un pressing assez haut sur des Marseillais attentistes, qui ne semblaient pas inquietés par les vagues azuréennes. La défense de l’OM restait vigilante, à l’image de sa vigie N’Koulou. Les Marseillais laissaient venir en prenant le dessus au milieu de terrain, pour amorcer quelques contres. Sur l’un d’eux, après le quat d’heure de jeu, Remy se trouvait seul dans la surface de réparation niçoise. Il ajustait un extérieur qui trompait Ospina. Marseille 1-Nice 0 (18e).

Après ce but, les Niçois remirent un peu de temps à relever la tête. Ils étaient toujours dans le match, mais hésitaient à se livrer, de peur de prendre un 2e but synonyme de KO. Leurs attaques manquaient de mouvement et ils perdaient beaucoup de ballons. Toutefois, les joueurs de l’OM, maladroits dans leurs actions offensives, n’en profitaient pas.

Et finalement, les hommes de Marsiglia sortaient la tête de l’eau. A leur tour, sur un contre rondement mené, et alors que les Marseillais semblaient un peu statiques défensivement, ils trouvaient Grondin dans l’axe, lequel servait Dja Dje Dje dont le centre parfait était repris par Antony Mounier, lequel égalisait juste avant la pause (1-1, 44e).

Le début de deuxième période ressemblait à celui de la première. L’égalisation leur ayant redonné de la confiance, les Niçois prenaient la direction des opérations. Encore une fois, Marseille laissait venir, se contentant de ratisser les ballons au milieu. Mais ils ne manquaient pas une occasion d’aller porter le danger sur le but d’Ospina. Sur l’un de ces ballons récupérés d’ailleurs, Marseille mettait la pression sur le camp niçois ; et profitant d’un mauvais renvoi de François Clerc, Brandao se retrouvait seul face au portier adverse qu’il se faisait un plaisir de fusiller. (2-1, 57e).

L’OM avait fait le plus dur en se remettant en position de diriger les opérations. En face, les Niçois mettaient de l’envie pour revenir, mais ils avaient du mal à se créer des occasions.
Le carton rouge infligé à Mathieu Valbuena après une décision arbitrale controversée, obligeait les Marseillais à resserrer leur défense.
Le match devenait équilibré sans que d’un côté comme de l’autre, on ne se mette véritablement en position dangereuse. Ce qui faisait l’affaire des Marseillais, d’autant que les Niçois se montraient volontaires pour aller vers l’avant, mais manquaient de percussion.

L’arbitre, M.Turpin, mal inspiré, infligeait ensuite un carton rouge au Niçois Dja Dje Dje pour une faute imaginaire (83e) ce qui n’arrangeait pas les Aiglons de plus en plus laborieux, alors que le match devenait de plus en plus haché. Les derniers efforts niçois restaient vains. Marseille était même tout près de faire le break par Morel qui, seul face à Ospina, ne trouvait pas le cadre, puis un peu plus tard par Kabore. Deux échecs qui finalement n’étaient pas préjudiciables puisque l’OM, double tenant du titre, conservait son avantage et s’offrait le droit d’aller disputer sa 3e finale de Coupe de la Ligue consécutive face à Lyon.

Les Niçois, qui ont beaucoup donné mais se sont montrés parfois fébriles, et ont peut-être manqué d’ambition devront quant à eux se recentrer sur l’opération maintien en championnat.

Christian Grégoire