Saint-Etienne Bordeaux Bergessio Ciani duel vitesse Coupe de la Ligue 10 2010
Olivier Giroud (Montpellier) | AFP - Philippe Merle

Les Verts éjectent Bordeaux, OK pour Montpellier, VA et Monaco

Publié le , modifié le

Dans le choc de la soirée, Saint-Etienne a battu Bordeaux à l'énergie 1 à 0. Monaco a éliminé Lorient aux tirs aux but (1-1, 5-3) à l'issue d'un duel plutôt âpre. Valenciennes et Montpellier se qualifient facilement pour les quarts de finale respectivement face à Boulogne (4-0) et Ajaccio (2-0).

Saint-Etienne s'est qualifié pour les  quarts de finale de la Coupe de la Ligue grâce à un but inscrit par Guirane N'Daw au  début d'un match très animé. Les Verts, 2es de la Ligue 1, qui restaient sur un résultat nul à domicile samedi face à Caen (1-1) renouent avec le succès.Ils n'avaient plus gagné depuis trois matches en Championnat (2 nuls, 1 défaite) alors que Bordeaux concède sa seconde défaite consécutive après avoir  perdu à domicile samedi contre Brest (2-0) en L1. Les Girondins se créaient pourtant la première occasion du match, un tir de Plasil bien écarté par un Janot vigilant (3e). Mais ce sont les Stéphanois qui ouvraient la marque à la 11e minute: bien lancé en profondeur sur le côté droit de la surface de réparation adverse, Emmanuel Rivière adressait un bon centre en retrait à destination de Guirane N'Daw. L'ancien Nantais plaçait alors un tir du gauche imparable qui allait se nicher dans la lucarne droite du but de Cédric Carrasso (1-0). Réhabilité depuis deux rencontres par Christophe Galtier après trois mois de purgatoire (et un séjour régénérant en CFA), le Sénégalais avait parfaitement saisi cette "seconde chance".

Dix minutes plus tard, Monsoreau manquait de très peu de doubler la mise sur un corner fuyant admirablement tiré par Battles. Côté bordelais, on utilisait surtout la puissance du Nigérien Maazou pour tenter de secouer l'arrière garde verte. Bien trop peu au regard de la domination forézienne matérialisée par une nouvelle action très chaude à la 24e: Battles décalait Sako sur l'aile gauche. Le centre tendu du latéral stéphanois trouvait in extremis le pied de Bergessio à l'affût mais le tir trop mou de l'Argentin était repoussé par un Carrasso de nouveau décisif. Saint-Etienne était passé tout près du K.O. Bordeaux n'abdiquait pas et Maazou tentait une frappe audacieuse, assez nettement au dessus tout de même (32e).Quelques instants plus tard, l'arbitre refusait d'accorder un penalty (pas évident à siffler) pour un bras un peu suspect de Bayal sur Maazou. La fin de première période était clairement girondine mais les Verts résistaient bien et procédaient en contre.

Les hommes de Jean Tigana partaient à l'abordage dès l'entame du second acte, mettant la pression sur la cage adverse. Janot soulageait les siens sur un tir de Plasil (53e). Même si Matuidi dévissait sa frappe face à Carrasso, c'est bien Bordeaux qui dominait territorialement (et dans la possession du ballon) les débats. Sans toutefois se créer d'énormes occasions. Ce sont mêmes les Verts qui manquaient une première balle de match, Bergessio manquant de promptitude (sur son tir) puis de vista (oubliant deux coéquipiers et préférant dribbler). Dans la foulée, Jussié remplaçait Saivet pour tenter de forcer la décision. Puis Modeste inquiétait Janot d'un tir puissant (64e). Avant qu'un tir de Matuidi ne passe légèrement à côté. Si les Girondins dominaient, les occasions étaient pour les deux équipes, Saint-Etienne jouant à fond les contres. Sako et Bergessio manquaient de percussion dans la surface bordelaise à l'entame du dernier quart d'heure.

A la 78e, Janot se montrait encore décisif sur un tir puissant sans angle du remuant Maazou. Avant de sortir d'une claquette parfaite un tir de Plasil qui filait sous la barre. Puis de sauver les Verts d'une pichenette de la main gauche sur une tête à bout portant de Ducasse. Carrasso répondait à Janot en sortant courageusement dans les pieds de Saadi (84e). Cette fin de match était haletante entre des Bordelais entreprenants et des Stéphanois très fatigués (à l'image de N'Daw demandant à Galtier de le sortir avant de se rendre compte que l'entraîneur avait déjà effectué ses trois changements). Finalement, les Verts tenaient leur succès (1-0) au forceps, au mental. Ils joueront les quarts de finale !

La logique dans les affrontements entre les clubs de D1 et les clubs de D2 est respectée. Montpellier et Valenciennes ont assuré sans puiser dans leurs réserves. Les Héraultais ont fait le plus dur en première période face à Ajaccio. Le Turc Hasan Kabze a conclu d’une frappe placée un mouvement collectif bien emmené (32e, 1-0). Giroud a ensuite manqué de peu le but du break puisque sa tentative s’est écrasé sur le poteau (45e).  A défaut de se créer de nouvelles occasions, Montpellier gérait la rencontre  sur un faux rythme. D'une frappe de 25 mètres, le jeune attaquant Fodé Koita a fini le travail dans les arrêts de jeu (90e, 2-0).  Le club du président Louis Nicollin, friand des épreuves de Coupe, se hisse  pour la première fois depuis 2006 en quarts de finale d'une telle compétition.

Avant la venue de Lille dimanche, les Valenciennois peuvent remercier Aboubakar, 19 ans à peine. Dans un derby toujours difficile à négocier, l’attaquant a réalisé un triplé pour sa 2e titularisation en dix matches: une tête sur un centre de Bong (1-0, 11e), une volée après  un coup-franc de Danic (3-0, 65e) et en profitant d'une erreur de Cassard (4-0,  86e). Bong avait lui inscrit le deuxième but (37e, 2-0). Après avoir éliminé Nantes (L2), Clermont (L2) et Toulouse (L1), l'USBCO,  invaincu en L2 (2 v, 10 n), a lui subi sa première défaite de la saison. Pour Aboubakar, ça valait bien des pirouettes. Trois pirouettes.

Monaco a eu beaucoup plus de difficulté. En panne offensive en Ligue 1, Monaco s'est qualifié au dépend de Lorient au terme de la séance de tir au but (5-3). Les deux équipes n'ont pas marqué dans le temps réglementaire. La prestation de Monaco a été dans la lignée des précédentes. Sans jeu  collectif, privés de ballon, les hommes de Lacombe livraient une première  mi-temps d'une médiocrité affligeante. Les Lorientais, en 4-4-2, avaient dès le début la mainmise technique sur la  rencontre. Les Monégasques pensaient avoir fait le plus dur en ouvrant le score par Petter Hansson. Sur un coup-franc profond de  Coutadeur, le défenseur suédois devançait la sortie du jeune Lecomte pour ouvrir la marque  d'une tête renversée (1-0, 99e). Les Lorientais parvenaient à égaliser dans les arrêts de jeu. Parti seul de loin  sur le côté, il effectuait deux crochets extérieurs et décochait un missile du  gauche: le ballon heurtait le poteau avant de franchir la ligne (1-1, 118e).

Montpellier-Ajaccio
René Girard (entraîneur de Montpellier):  "Nous avons fait l'essentiel, à savoir passer ce tour. Nous sommes restés  costauds en ne prenant pas de buts et en marquant à deux reprises. Toutefois,  par moment, nous avons été laborieux, poussifs. Nous avons manqué de simplicité.  Il est vrai que l'on sort d'un match difficile à Rennes et que certains joueurs  n'ont pas 90 minutes dans les jambes. Il y a de quoi être satisfait. On gagne à  Rennes, on se qualifie pour les quarts de finale: que demande le peuple. On va  jouer cette Coupe à fond, même si le maintien reste notre priorité. La route est  encore longue, d'autant qu'il reste de bons clients"

Valenciennes - Boulogne
Philippe Montanier (entraîneur de Valenciennes): "On a pris le match au  sérieux. Je reste persuadé que la victoire est méritée mais très sévère pour  Boulogne. On a eu un maximum d'efficacité, de réussite. Le score est très  sévère. C'était un match à ne pas prendre à la légère et on ne l'a pas pris à la  légère. On est content d'être qualifiés pour les quarts. C'est bien pour  Vincent. Il est de plus en plus performant. C'est beau un coup du chapeau. Mais  c'est ponctuel. Il ne faut surtout pas. Il faut qu'il continue à travailler.  C'est bien qu'il soit récompensé. Comme tous les buteurs, il a besoin de marquer  pour être en confiance. Mais ce n'est pas une fin en soi. Laurent est un ami. Il  a le droit d'être mécontent. Mais un match ne se joue pas dans les déclarations.  Je voulais simplement faire passer le message: Boulogne est une très bonne  équipe et qu'une Ligue 1 recevant une Ligue 2, ce n'est jamais facile"

Monaco - LorientGuy Lacombe (entraîneur de Monaco): "C'est une victoire qui amène les  joueurs à se fédérer et être unis. C'est dans la douleur que les groupes se  forment. Ce soir, ça a été dans la douleur. On a eu le jeu à notre compte durant  20 minutes. En deuxième mi-temps, l'apport des trois joueurs qui entrent et  notamment Mathieu Coutadeur, a été important. On retrouve le Mathieu qu'on  connaît. Avant, ça ne l'était pas. Il a pris le ballon et il a joué. J'espère  que c'est de bon augure pour la suite. Je suis également content que Mbokani ait  marqué le pénalty décisif. Je l'avais réservé spécialement pour lui. Le public,  qui a soutenu l'équipe, a aussi été important. Les joueurs n'ont rien lâché.  C'est la différence. La pression n'était pas plus forte. Un incendie éteint?  D'incendie, il n'y a pas. Mais une remise en question, oui. On avait la pression  car si on passait le tour, on savait qu'on aurait plus de confiance pour  dimanche. C'est vrai que ça +urge+ et il faudra être très fort dimanche.  J'aimerais qu'on prenne les vertus de la coupe pour les transposer en  Championnat. Etre en quart de finale de la Coupe de la Ligue, ça ouvre des  ambitions et peut ouvrir des perspectives en Championnat. Monaco est passé mais  cela ne s'est joué à rien. Et il faut rester humble devant ça."

Mathieu Baratas