Eloge Enza-Yamissi (Troyes) au duel contre Mevlut Erding (Rennes)
Eloge Enza-Yamissi (Troyes) au duel contre Mevlut Erding (Rennes) | DAMIEN MEYER / AFP

Le Stade Rennais est allé la chercher

Publié le , modifié le

Rennes s'est qualifié pour les demi-finales de la Coupe de la Ligue en écartant Troyes (2-1) au terme d'un bon match. Les Bretons ont ouvert la marque dès la 8e minute (Julien Féret) avant l'égalisation de Corentin Jean (22e). C'est Romain Alessandrini qui a signé le but de la victoire à deux minutes du terme après deux parades de Thuram. Les Rouge et Noir rejoignent donc Saint-Etienne, Montpellier et Lille dans le dernier carré.

Rennes attaquait le match bille en tête: dès la première minute, après un ballon perdu par les troyens en milieu de terrain, Julien Féret s'enfonçait dans la défense adverse avant de tirer du droit juste à côté de la cage troyenne. Quatre minutes plus tard, Pitroipa tergiversait trop pour inquiéter Thuram sur son tir du gauche sans élan après crochet. A la 8e minute, l'attaquant rennais se rattrapait en ouvrant le score à bout portant suite à un bon débordement et centre du gauche signé Féret (1-0). 

Troyes fait jeu égal

A la fin du premier quart d'heure, Troyes était tout près d'égaliser, Benoît Costil sauvant les siens devant le jeune Corentin Jean (17 ans) avant que la deuxième tentative de l'Aubois ne soit dégagée sur la ligne de but par Onyekachi Apam. Idem deux minutes plus tard lorsque Costil annihilait une occasion de but de Marcos avant d'être de nouveau suppléé par Apam sur la reprise du gauche de Jean. L'Estac venait clairement de manquer de réussite. Les efforts des visiteurs finissaient toutefois par payer: suite à un centre tendu venu de l'aile gauche –signé N'Sakala, Corentin Jean effectuait une merveille de contrôle au point de penalty pour se dégager de son défenseur avant de croiser son tir du gauche pour tromper Costil (1-1, 22e).

Sonné, le Stade Rennais réagissait et Thuram sortait un tir d'Alessandrini et une tête non cadrée d'Erding. Comme Montpellier-Nice la veille, la rencontre était alerte entre deux formations joueuses. Puis Bahebeck inquiétait Costil d'un tir puissant (30e). Avant un nouvel arrêt du portier breton sur une reprise écrasée de Marcos. Alessandrini se voyait logiquement refusé un joli but (contrôle de l'épaule, reprise de volée du gauche à bout portant). A la 36e, le duo Féret – Alessandrini se mettait de nouveau en évidence mais la demi-volée du premier était repoussée par la défense adverse.

Alessandrini délivre les siens

En début de seconde période, Bahebeck tirait largement au dessus avant que la tentative de Romain Alessandrini n'oblige Thuram à un bel arrêt (51e). Trois minutes plus tard, Troyes ratait une énorme occasion: Costil détournait sur son poteau un beau coup-franc de Bahebeck. La balle revenait sur Florian Jarjat qui tentait de reprendre de volée du gauche mais ratait le cuir. Rennes reprenait ensuite du poil de la bête avec notamment quelques essais signés Pitroipa et Boye (66e). Mais les hommes de Jean-Marc Furlan faisaient mieux que se défendre: ils jouaient crânement leur chance. A la 70e, Féret accélérait au cœur de la surface troyenne mais voyait son tir du droit dévié en corner par un défenseur. Dans la foulée, Costil sauvait Rennes sur un petit lob astucieux de Jean, très remuant pour son premier match chez les pros. 

Benjamin Nivet plaçait une tête juste à côté (78e). Un coup-franc de Féret était renvoyé par le mur (81e). Les deux équipes commençaient à ressentir la fatigue. A cinq minutes de la fin, Thuram se détendait parfaitement pour dévier une belle frappe d'Alessandrini. L'ancien Clermontois était finalement récompensé de ses efforts à deux minutes de la fin en reprenant de près un ballon chaud consécutif à deux tirs rennais repoussés par le brillant Thuram (2-1, 88e).