Les supporters de Saint-Etienne
Les supporters de Saint-Etienne sur la pelouse de Geoffroy-Guichard après la qualification de l'Asse face à Lille en demi-finale de la Coupe de la Ligue | JEFF PACHOUD / AFP

La "Fièvre verte" est de retour !

Publié le , modifié le

Une anomalie de l'histoire a été réparée hier soir. Victorieuse de Lille aux tirs au but, l'AS Saint-Etienne disputera une grande finale au Stade de France pour la première fois de son histoire le 20 avril.

L'attente a été si longue. Les Verts avaient goûté au stade Yves-Du-Manoir de Colombes (trois victoires en Coupe de France en 1962, 1968 et 1970) et au Parc des Princes (1974, 1975 et 1977 pour trois nouveaux triomphes, 1981 et 1982 pour deux échecs contre Bastia et le PSG) mais ils n'avaient jamais évolué au Stade de France. Ou plutôt si, mais en Ligue 2 à l'occasion d'un match face au Red Star en 1999 qui avait tout de même attiré plus de 50 000 personnes dans l'enceinte dyonisienne.

50 000 Stéphanois au SDF ?

La finale de la Coupe de la Ligue sera un événement d'une toute autre ampleur. Un rendez-vous que les supporters stéphanois de moins de 40 ans ne peuvent pas connaître. Un match qui suscitera un engouement énorme dans le Forez et parmi tous les clubs de supporters que compte l'ASSE dans l'hexagone. On peut s'attendre à voir déferler sur Saint-Denis une foule verte sevrée de grands moments depuis des décennies. Le contingent de places attribué à chaque équipe finaliste varie entre 15 000 et 20 000. Avec les tickets grand public, il pourrait même y avoir 30 000 supporters ligériens en Seine-Saint-Denis.

Bernard Caiazzo, le président du  conseil de surveillance de l'AS Saint-Etienne, se fait carrément "marseillais": "Amener 50.000 Verts au Stade  de France sera une grande émotion. Nous irons au Stade  de France mais c'est embêtant car trois jours avant nous aurons joué un quart de finale de Coupe de France", a-t-il prévenu sans savoir si son équipe sera encore de la partie à ce moment-là. "J'avais dit à Christophe Galtier que l'ASSE est  présent encore dans toutes les compétitions nationales à mi-janvier et à quatre  points des places européennes en championnat. C'est une année exceptionnelle. Nous avons été critiqués sur notre mois de décembre. Saint-Etienne est dans un  projet pour 2014. Geoffroy-Guichard a été extraordinaire ce soir (hier soir). Le Stade de  France sera extraordinaire pour la finale et quand le Chaudron fera 41.500  place, il sera aussi extraordinaire".

Galtier: "Beaucoup d'émotion"

Même son de cloche du côté de l'entraîneur stéphanois: "Ce soir, je suis fier", a confié Christophe Galtier, ému. "Nous avons une équipe d'hommes. Le  match a été préparé de la meilleure manière possible avec des hommes qui ont eu  envie d'aller jusqu'au bout. L'objectif était au moins d'aller au Stade de  France. Après, nous verrons bien ce qui se passera là-bas. Je suis vraiment  fier de mes joueurs. J'ai beaucoup d'émotion et j'ai des pensées pour mes  proches. J'ai la joie de voir Geoffroy-Guichard ainsi, beaucoup d'amour vis à  vis du maillot et des joueurs. Tout le monde a le sourire dans une période  difficile. Si nous avons pu donner du bonheur et de la fierté d'être  supporteurs de l'AS Saint-Etienne, c'est une bonne chose. Nous n'avons joué que  des clubs de Ligue 1 dont les deux derniers, Paris et Lille qui sont des  équipes de Ligue des Champions avec des budgets autres que celui de l'ASSE. De  cela aussi, je suis fier. J'y croyais de manière féroce".

Dominique Rocheteau, conseiller de  l'AS Saint-Etienne, avait lui les yeux embués : "L'erreur de l'histoire (ndlr: pas de trophée à l'ASSE depuis le championnat en 1981) sera réparée quand nous aurons gagné la finale", a expliqué l'Ange vert (son surnom dans les seventies). "C'est le but  maintenant. Quand on est joueur, durant le match on se libère. Pas lorsque l'on  est dirigeant. La fierté ou l'émotion, ce n'est pas par rapport à moi mais  plutôt par rapport au club et surtout de pouvoir emmener le peuple vert au  Stade de France".