Jocelyn Gourvennec
Jocelyn Gourvennec | CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Europe et maintien, ce paradoxe auquel Guingamp est confronté

Publié le , modifié le

Finaliste de la Coupe de la Ligue, l'En avant Guingamp touche l'Europe du doigt. Paradoxe de cette fin de saison, les Guingampais sont tout aussi proches de la relégation en Championnat. Un scénario qui permettrait théoriquement aux Bretons de jouer la Ligue Europa la saison prochaine... tout en étant en Ligue 2.

Ce sont les deux travaux de Jocelyn Gourvennec en cette fin de saison, éviter la relégation d'une part et remporter la Coupe de la Ligue de l'autre. Pour cela, les Bretons ont rendez-vous samedi face à Strasbourg en finale, au Stade Pierre-Mauroy. Habitué des Coupes nationales, les Guingampais vont disputer leur troisième finale en dix ans, après leurs 2 victoires en Coupe de France, en 2009 et 2014. "Trois finales en 10 ans, ça reste exceptionnel. Il y a peu de clubs qui le font. Ça embelli une saison.", raconte Jocelyn Gourvennec dans un entretien accordé à Ouest France. 

Pour l'entraîneur de l'EAG, les Coupes nationales ont toujours une saveur particulière. "Gagner une Coupe ça ne se planifie pas. Un parcours en Coupe ça se construit, c'est d'abord le tirage du premier tour, du deuxième tour, etc. Vous ne planifiez pas ça, sauf pour Paris. Il y a un petit côté magique dans les tours de Coupes et dans les exploits qu'on peut réaliser.", confie-t-il. "Une mentalité de Coupe, ce n'est pas une mentalité de championnat. (...) C'est un parfum un peu spécial.", poursuit le coach. 

Hauteurs d'un parcours assez miraculeux (avec 3 matches remportés aux tirs au but), les hommes de Jocelyn Gourvennec semblent bénis des dieux dans cette compétition. Les Bretons se sont entre autres payés l'OGC Nice, l'AS Monaco et surtout le Paris Saint-Germain en quart de finale, 2 buts à 1. Samedi en finale face à Strasbourg, l'enjeu sera de taille puisqu'un titre propulserait les Guingampais au deuxième tour des qualifications de la Ligue Europa. 

Jouer en Ligue Europa et en Ligue 2, Guingamp l'a déjà fait

Après cette parenthèse enchantée, qui offre à Guingamp des perspectives européennes pour la saison prochaine, une autre réalité (de taille) attend les rouges et noirs en cette fin de saison. S'ils se battent pour la gagne en Coupe de la Ligue, en Ligue 1 les Guingampais luttent pour ne pas perdre et surtout ne pas être relégués. "Une fois la finale passée, j’espère qu'on aura un titre, mais il faudra se remettre dans le Championnat très très vite. On n'aura pas le temps d'apprécier l'issue favorable, si elle l'est.", a reconnu Jocelyn Gourvennec. 

18es du Championnat avec 22 points, les Bretons restent à 1 petit point de Dijon 19e et à 2 points de Caen, lanterne rouge de Ligue 1. Si l'EAG est à l'heure actuelle sous le coup des barrages pour le maintien, à 9 journées de la fin du Championnat, le moindre faux pas pourrait être synonyme de relégation automatique. Un cas de figure qu’espère éviter l'entraîneur guingampais : "Ce groupe a parfois besoin d'être dos au mur pour performer", a-t-il déclaré. 

à voir aussi Coupe de la Ligue : Strasbourg touche à nouveau l'Europe du doigt Vidéo 01:24 Coupe de la Ligue : Strasbourg touche à nouveau l'Europe du doigt

Car en effet, en cas de relégation et de victoire samedi face à Strasbourg, les hommes de Gourvennec pourraient disputer la Ligue Europa la saison prochaine, tout en étant en deuxième division. Un scénario paradoxal, mais qu'à déjà connu le club des Côtes d'Armor. C'est même le dernier club français à avoir joué une compétition européenne en étant pensionnaire de Ligue 2. En 2009, Guingamp, alors 13e de Ligue 2, remporte la Coupe de France, en éliminant 3 clubs de Ligue 1 au passage. Propulsés en barrages de Ligue Europa, l'euphorie avait été de courte durée pour les Bretons, éliminés sèchement par les Allemands d'Hambourg (8-2 en cumulés).

Il manque encore quelques conditions pour que pareil scénario se reproduise. Un scénario qui fait fantasmer l'opinion publique, bien moins que Jocelyn Gourvennec, qui compte bien faire partie des 20 clubs en Ligue 1 la saison prochaine : "Aujourd'hui la Coupe c'est en plus. C'est quelque chose de merveilleux à vivre mais cela n'a pas du tout été planifié. En revanche on a planifié un maintien."