Coupe de la Ligue : une victoire en finale peut-elle faire changer d'avis les supporters lyonnais vis-à-vis de Rudi Garcia ?

Publié le , modifié le

Auteur·e : Denis Menetrier
Rudi Garcia lors du derby au Groupama Stadium, le 1er mars dernier
Rudi Garcia lors du derby au Groupama Stadium, le 1er mars dernier | Romain Biard / DPPI via AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Pour la première fois depuis 2014, l’Olympique Lyonnais va participer à une finale ce vendredi, contre le Paris Saint-Germain en Coupe de la Ligue. Une compétition que n’a encore jamais remporté Rudi Garcia, l’entraîneur de l’OL, qui pourrait offrir au club rhodanien son premier titre depuis 2012. Un paradoxe tant l’ancien coach de Marseille et de Lille fait (presque) l’unanimité contre lui à Lyon depuis son arrivée en octobre dernier. Et une victoire ce vendredi contre le PSG n'apparaît pas de nature à faire changer d’avis les supporters lyonnais.

Lors de son arrivée à l’Olympique Lyonnais en octobre dernier, Rudi Garcia avait été prévenu : les supporters du club ne seraient pas tendres avec lui. À l’occasion de son premier match à la tête de l’OL en Ligue 1, le 19 octobre contre Dijon (0-0) au Groupama Stadium, les Bad Gones - principal groupe de supporters lyonnais - avaient transmis leur message de manière bien claire à l’aide d’une banderole : "Garcia, notre patience sera égale au respect que tu as montré pour le club : nulle".

Bien conscient de cette hostilité, qui remonte à des propos tenus à l’époque où il était entraîneur de l’Olympique de Marseille, Rudi Garcia avait manié l’humour quelques jours avant la rencontre en conférence de presse : "Je cumule plusieurs défauts. Ce n’est pas seulement que je suis passé à Marseille, j’ai aussi démarré mon métier d’entraîneur adjoint chez le voisin vert". Après huit mois d’une cohabitation compliquée, entrecoupée de quatre mois sans compétition en raison de l’épidémie de Covid-19, le technicien a pourtant l’occasion de gagner le cœur des supporters lyonnais ce vendredi.

En gagnant la finale de la Coupe de la Ligue contre le Paris Saint-Germain, Garcia pourrait faire remporter à l’OL son premier trophée depuis 2012, une éternité pour un club comme Lyon. Et par la même occasion apaiser les tensions avec les fans des Gones. "En cas de victoire, c’est sûr qu’il s’offrira un répit important, souligne Sofiane, mieux connu sous le nom d'Eddy Fleck sur les réseaux sociaux. Son seul moyen de s’offrir ce répit, c’est de dépuceler le club avec un titre."

"Des résultats en trompe-l'œil"

Alors que son nom est hué à chacune des rencontres jouées au Groupama Stadium, Rudi Garcia "peut espérer entendre moins de sifflets à son retour au stade" en cas de trophée, reconnaît de son côté Olivier, membre d’un groupe de supporters lyonnais dans le virage Sud qui précise que son avis négatif sur l'entraîneur n'évoluera pas. Sofiane admet que "le désamour pourrait s'atténuer très nettement" si Lyon gagne la finale, mais "ce serait une bêtise". Car les supporters de Lyon ont encore en tête une année très compliquée, "l’une des pires de ces dernières saisons". Si l’OL peut encore remporter la Coupe de la Ligue et que le club est encore engagé en Ligue des champions, avec un avantage face à la Juventus après sa victoire en huitièmes de finale aller (1-0), le club a terminé 7e de Ligue 1 et pourrait ne pas participer à une compétition européenne la saison prochaine pour la première fois depuis près de 25 ans.

à voir aussi Une attaque conquérante, une défense inquiétante, l'Olympique Lyonnais en clair obscur Une attaque conquérante, une défense inquiétante, l'Olympique Lyonnais en clair obscur

"Les résultats en Coupe de la Ligue et en Ligue des champions sont en trompe-l’œil", juge Wiloo, notre consultant et youtubeur qui suit de près l’actualité de l’OL. "Rudi Garcia est venu avec le mandat d’être le pompier et d’éteindre l’incendie après les premiers mois ratés de Sylvinho, et les résultats ne sont pas meilleurs, poursuit Wiloo. Surtout, avec Garcia, l’OL perd les gros matches, alors que le club était capable de se surpasser dans ces grands rendez-vous". Au-delà des résultats décevants et d'un fond de jeu qui laisse encore à désirer, c’est la personnalité et la communication de l’entraîneur qui irritent les supporters. Deux éléments fondamentaux, qui avaient déjà provoqué des remous auprès des fans de l'OM, qui font qu’une victoire en finale de la Coupe de la Ligue n’atténuerait pas nécessairement les tensions entre les deux parties.

Gones et Garcia, un amour impossible ?

"Son crédit en tant que personne est entamé depuis son arrivée au club", souligne Olivier. Pierre-Louis, supporter sympathisant de l’OL, pense "qu’il ne pourra jamais y avoir de relation de proximité entre Rudi Garcia et les supporters lyonnais. C’est impossible". Et ce, même en cas de victoire ce vendredi contre le PSG. Depuis la reprise, certains supporters lyonnais se sont agacés de deux sorties de Rudi Garcia. Début juillet, alors que des fans demandaient "plus d'intensité" lors des matches, l'entraîneur lyonnais leur a répondu : "Chez les supporters ?" De même, vendredi dernier, les fans du club rhodanien ont déploré les propos de Garcia à l'issue du match amical remporté contre le Royal Antwerp (3-2). "On a perdu en agressivité à cause de la facilité du match. (…) Anvers est une équipe qui ne vaut que par son agressivité et sa taille, ils n’ont que des grands costauds", a ainsi déclaré l’entraîneur lyonnais après la rencontre.

"Aujourd'hui, on laisse trop peu de chance aux nouveaux entraîneurs", déplore de son côté Thierry Boirivent, vice-président du groupe de supporters Rouge et Bleu qui se veut plus nuancé sur Rudi Garcia. "Il souffre du fait qu'il vient de l'OM, et personnellement, je suis dans une position d'attente. Son identité marseillaise lui collera à la peau mais je veux voir ce qu'il va faire dans les prochains mois", affirme-t-il. Un avis plus mesuré sur Garcia que certains supporters lyonnais "n'oseraient même plus afficher" selon le vice-président des Rouge et Bleu. "Personnellement, à son arrivée, j'avais sous-estimé la détestation dont il faisait l'objet", reconnaît Hugo Hélin, rédacteur en chef de Libéro Lyon, site qui suit de près l'actualité de l'OL.

Garcia, le désaveu de la nouvelle direction sportive

L’arrivée de Rudi Garcia au club en octobre a également coïncidé avec le départ de Sylvinho, entraîneur brésilien arrivé dans les valises de Juninho, le nouveau directeur sportif du club depuis l’été dernier. Pour certains supporters, le choix de Garcia a pu apparaître comme un désaveu d’une nouvelle direction sportive prise par l'OL. "Le club a eu peur du gros revirement en matière de principes et de philosophie et il est revenu sur ce choix en nommant Rudi Garcia, explique Wiloo. Mais il est difficile d’imaginer l’avenir du club avec lui, rien ne permet de se projeter avec Garcia."

"Un match, même une victoire en finale, ne résout pas tout. Le travail d'un entraîneur, c'est le jeu"

Le contrat de l’entraîneur lyonnais se termine en juin 2021, comme celui d’une grande partie du staff. Alors, forcément, avec la perspective d’un départ l’été prochain, les Ultras lyonnais déjà distants vis-à-vis de Garcia ne cherchent pas particulièrement à s’attacher à lui. "Je n'ai qu’une envie, c’est de gagner la Coupe de la Ligue, mais je serai content pour les joueurs et le club et je détacherai tout ça de Rudi Garcia", souligne Pierre-Louis. Même constat pour Sofiane, qui juge surtout que "c’est une anomalie pour l’OL de ne pas être allé en finale depuis 2014. Pour ce club, ça doit être le minimum chaque saison. Niveau oxygène, une victoire serait méritée pour les supporters. Mais si on prend de la hauteur, ce serait une mauvaise nouvelle à terme." Thierry Boirivent envisage les choses différemment : "Si on gagne la Coupe de la Ligue et qu'on va plus loin en Ligue des champions, ce ne serait pas anodin. On pourrait lui confier les clés du camion au moins la saison prochaine, voire plus". "Si on gagne et que la prestation est complètement convaincante, on pourra peut-être se rappeler que c'est intrinsèquement l'un des meilleurs entraîneurs français. Mais pas certain que ça efface le reste", nuance Hugo Hélin.

Selon Wiloo, "un match, même une victoire en finale, ne résout pas tout. Le travail d'un entraîneur, c'est le jeu. Et si l'OL gagne la Coupe de la Ligue sans amélioration visible, continue à perdre contre des rivaux et fait des matches nuls insipides, ça deviendra compliqué." Pour le youtubeur, le désamour des supporters à l’égard de Rudi Garcia persistera même si l’OL venait à battre le PSG vendredi. Un sentiment général qui se dégage des différentes discussions avec les supporters lyonnais interrogés. En décembre dernier, Le Progrès demandait à ses lecteurs s’ils pensaient que Rudi Garcia était l’homme de la situation pour l’OL. Les résultats du sondage étaient quasiment unanimes : 78% avaient voté non. En cas de victoire vendredi, Garcia se sera peut-être offert un répit auprès des supporters. Mais le chemin sera encore long avant d'obtenir une place dans le cœur des Gones.

Coupe de la Ligue