Le milieu de terrain de Sochaux Kallou Traore face au Stéphanois Aubameyang
| AFP - Jeff Pachoud

Coupe de la Ligue: Saint-Etienne en quarts

Publié le , modifié le

Saint-Etienne a décroché sa place pour les quarts de finale de la Coupe de la Ligue mardi en allant s'imposer à Sochaux 3-0. Une victoire logique des Verts qui ont globalement dominé collectivement les débats. Rennes et Troyes ont fait valoir la hiérarchie face à des clubs de Ligue 2 pour se qualifier. Rennes l'a emporté (1-0) face à Arles-Avignon, et Troyes est allé gagner sur la pelouse de Monaco (2-1).

Saint-Etienne maîtrise les débats

Saint-Etienne attendait beaucoup de ce déplacement dans le Doubs, pour ce qui était une revanche face à une équipe de Sochaux qui était venue l'emporter à Geoffroy-Guichard en championnat. Les Verts ont depuis trouvé un peu plus d'équilibre et surtout de la constance dans le jeu, et ils l'ont montré dans cette rencontre en dépit de déchets techniques sans lesquels ils auraient sans doute pu faire gonfler le score.   

Christophe Galtier (entraîneur de Saint-Étienne): "Ce soir le club et les supporters ont le sourire. L'objectif de la qualification est atteint. Le fait d'avoir ouvert rapidement le score nous a facilité les choses même si on s'est un peu endormi en fin de première période. Heureusement, Stéphane Ruffier a sorti les arrêts qu'il fallait à ce moment. La Coupe de la Ligue représente un objectif pour le club, on ne le cache pas".

Dès les premières minutes, les hommes de Galtier ont démontré leur domination tactique notamment en milieu de terrain, même si le match avait du mal à s'emballer. Les Stéphanois cherchaient le rythme mais avaient le monopole du ballon. Les deux équipes hésitaient à se livrer. Pourtant, la rencontre allait rapidement basculer sur une attaque stéphanoise rondement menée par Gradel, sur laquelle intervenait Carlao, mais ensuite les Sochaliens ne parvenaient à se relancer proprement. Le ballon était récupérer par Ghoulam qui servait Hamouma dans l'axe. L'ancien Caennais trompait Cros et ouvrait le score 1-0 (10e). Les Verts ensuite prenaient totalement la mesure de Sochaliens trop timides sur leurs contres, et menant quelques actions sporadiques trop esseulées pour prendre en défaut l'organisation collective des Stéphanois. Même si ces derniers se laissaient parfois aller par un manque d'impact.  

Sochaux a bien tenté d'aller de l'avant en début de deuxième période, mais la défense des Verts ne se faisait vraiment peur qu'à deux ou trois reprises devant Camara ou Boudebouz. Mais dans la cage Stéphane Ruffier veillait. A l'heure de jeu, les Verts faisaient exploser le milieu sochalien et surtout donnaient le tournis à une défense souvent bien passive. Après plusieurs tentatives de Gradel, Brando ou Cohade, et quelques interventions de Pouplin (qui avait succédé à Cros, blessé), les Stéphanois trouvaient une nouvelle fois la faille sur une longue ouverture de Lemoine, bien négocié par Hamouma qui débordait sur l'aile droite et venait s'offrir un doublé (2-0, 68e). Dès lors, avec la mainmise sur les débats, les coéquipiers de Perrin déroulaient tranquillement alors que les Doubistes perdaient le fil du match. Face à une défense sochalienne absente, Alonso portait l'estocade (88e) et permettait aux Verts de conforter leur confiance actuelle en obtenant un succès mérité dans une compétition dont ils ont fait un objectif cette saison. 

Rennes au petit trot, Troyes avec le coeur

Le Stade Rennais s'est qualifié sans forcer pour les quarts de finale de la Coupe de la Ligue en dominant (1-0) mardi à domicile une faible équipe d'Arles-Avignon. les Bretons n'ont pas puisé dans leurs réserves. Ils se sont contentés de mettre la pression sur une formation d'Arles-Avignon qui a fait avec ses moyens. Un coup franc des 25 mètres d'Alessandrini (18e) que personne n'a dévié leur a suffi même s'ils auraient dû corser l'addition par la suite. Leurs nombreuses maladresses dans le dernier geste (Diarra, 21e, 68e, 72e; Pitroipa, 45e; Féret, 49e, Sané, 90e+3) ont permis aux hommes de Thierry Laurey, qui ont tiré pour la première fois au but à la 75e minute, de menacer Costil jusqu'au bout sur une frappe dangereuse de Rocchi puis une tête de Plessis (80e). A trop se reposer sur ses certitudes après avoir ouvert le score, le Stade Rennais a bien failli se faire piéger et pousser à la prolongation. Malgré tout l'essentiel est sauf. Éliminé par des équipes plus faibles que lui ces deux dernières saisons dans les deux coupes nationales, le club breton a déjà fait mieux et c'est peut-être un signe.

Mal en point en championnat, Troyes ne savait pas vraiment dans quelle disposition aborder cette rencontre face au leader de Ligue 2 Monaco et son équipe formatée pour retrouver l'élite au plus tôt. Mais le moins que l'on puisse dire, c'est que les Aubois n'ont pas voulu céder facilement sans se battre même s'ils ont laissé de l'énergie dans cette rencontre. D'abord mené par un penalty transformé par Yannick Ferreira-Carrasco en première période, l'Estac a réagi tardivement, d'abord à la 65e par un but de son défenseur brésilien Rincon, puis en toute fin de rencontre grâce à une réalisation signée Quentin Othon (81e). Un but synonyme de délivrance pour une formation troyenne qui avait besoin de se rassurer.  

Claudio Ranieri (entraîneur de Monaco): "C'est une déception. Ce n'est pas une bonne chose de sortir de la Coupe. On aurait aimé aller beaucoup plus loin. On avait bien débuté et fait une bonne première mi-temps. Sur leur premier but après la pause, ils ont marqué. Ensuite, il y a eu des erreurs. Mais c'est le football... 

Jean-Marc Furlan (entraîneur de Troyes): "A la mi-temps, j'ai été un peu dur avec mes joueurs. Je trouvais qu'on était naïf. La première mi-temps a été faible de notre part. Il fallait être plus pragmatique pour se qualifier. L'important dans ces matches de Coupe, c'est de croire à la victoire. C'est ce que les joueurs ont fait après mon recadrage important. Cela nous permet de rester sur une dynamique très positive. Pour moi, c'est une première de me qualifier en quart de finale de la Coupe de la Ligue. 

Christian Grégoire