Monaco - Nancy
Monaco-Nancy | AFP

Coupe de la Ligue: AS Nancy Lorraine, la coupe à coeur

Publié le , modifié le

Tombeur de Nantes à La Beaujoire en quarts de finale (2-0), l’AS Nancy Lorraine veut déloger l’AS Monaco de son rocher, ce mercredi soir, en demi-finales de la Coupe de la Ligue (en direct sur France 3, 21h). Les Nancéiens ne partent pas favoris mais ils sont dans un bonne passe et misent sur leur état d’esprit pour revivre les grands moments du passé en s’offrant une nouvelle grande finale au stade de France 11 ans après.

Nancy et la Coupe, ça n’a pas toujours été une grande histoire d’amour, mais les Lorrains peuvent se targuer d’avoir enlevé les deux coupes nationales, ce qui n’est pas le cas de nombreux clubs. En 1978, Michel Platini et sa bande (Moutier, Jeannol, Curbelo, Rubio, Rouyer) avaient offert à la région le premier grand trophée de son histoire : la Coupe de France. Après des succès sur Valenciennes et Sochaux, Les Rouge et Blanc d’Antoine Redin avaient disposé de l’OGC Nice lors de la finale au Parc des Princes grâce à une réalisation de Platini peu avant l’heure de jeu (1-0).

En 2006, l’équipe déjà dirigée par Pablo Correa et composée de quelques cadres importants (Sorin dans les buts, Biancalani, Puygrenier, Berneguer, Chrétien) avait sorti Lorient, l’AC Ajaccio puis Le Mans avant de terrasser de nouveau Nice (2-1) en finale au stade de France grâce à des buts signés Zerka et Kim.

Résister à la furia monégasque

Pour retrouver le stade de France, les hommes du président Rousselot doivent réussir l’exploit de s’imposer à Monaco. Exploit parce que le club de la Principauté dévaste tout sur son passage et notamment à Louis-II où les cartons sont légions : 6-2 contre Montpellier, 4-0 face à l’OM, 5-0 devant Bastia, 7-0 contre Rennes, 4-0 face à Lorient. Nancy, écrasé 6-0 le 5 novembre, peut en témoigner.
Mais un match de coupe ne ressemble à aucun autre. La formation de Pablo Correa, mal en point(s) début décembre après une défaite à Marseille (3-0), a bien rectifié le tir depuis avec deux succès et deux nuls en Ligue 1 sans oublier des qualifications dans les deux coupes.

Toujours privé de Chrétien (blessé), Aït Bennasser et N’Guessan, retenus à la CAN au Gabon, les partenaires de Vincent Muratori devront se surpasser pour vaincre des Monégasques à l’effectif effrayant. Les Nancéiens se rappelleront sûrement de la performance bastiaise de la saison 2014-15. Alors que tous les observateurs attendaient une finale PSG-Monaco, les Corses avaient résisté à l’ASM pour finalement se qualifier aux tirs au but (0-0, 7-6 t a b). Le chemin est tracé.