Kylian Mbappé et la joie des Parisiens
Kylian Mbappé et la joie des Parisiens | AFP - JEAN-FRANCOIS MONIER

Coupe de la Ligue: Le PSG qualifié en 20 minutes, Amiens renverse Rennes

Publié le , modifié le

Avec une équipe remaniée, le PSG a vaincu sans trop de soucis la formation du Mans (4-1), lors des 8e de finale de la Coupe de la Ligue. En inscrivant trois buts en vingt minutes, les Parisiens ont tué le match. Dans les autres rencontres, Amiens a mis fin à une série de 5 matches sans victoire en renversant Rennes (3-2). Bordeaux s'est incliné à Brest (2-0), alors que Strasbourg est allé vaincre Nantes (1-0), comme Saint-Etienne Nîmes (2-1).

PSG, le plus rapide

Avec une équipe revisitée (Choupo Moting, Sarabia, Kouassi, Kehrer, Dagba, Kurzawa et Rico titulaires), le PSG a pris son temps avant d'appuyer sur la pédale de l'accélérateur. A la 21e minute, un centre d'Angel Di Maria était repris au deuxième poteau par Pablo Sarabia du gauche (1-0), pour le premier but des matches du soir. Dix-neuf minutes après, sur une faute sur Di Maria, Marco Verratti jouait rapidement le coup franc pour trouver Kylian Mbappé dont le centre en forme d'offrande faisait le bonheur d'Eric Choupo Moting (40e, 2-0), juste avant que l'Italien ne lui délivre une nouvelle passe décisive (41e, 3-0). Son sixième match consécutif avec au moins un but inscrit.

En vingt minutes, la messe était dite entre les Manceaux, de retour cette année en Ligue 2 et actuellement en 18e position, et les Parisiens, leaders de Ligue 1. Sans surprise. Malgré une belle prestation, les Manceaux ont craqué, un peu plus avec le but de Di Maria au retour des vestiaires (47e, 4-0), avant de réduire le score par Manzala, d'une superbe frappe en pleine lucarne (53e, 4-1). Le Mans s'est battu, a opposé une certaine résistance, mais la différence était faite trop rapidement pour rêver d'un possible retour.

Amiens, le plus improbable

Sans victoire depuis cinq rencontres, Amiens recevait Rennes, emmené dans une dynamique de 5 victoires de rang. Sur le papier, il n'y avait pas photo, surtout que les Bretons ouvraient le score par Benjamin Bourigeaud dès la 27e minute. Et comme Luka Elsner, le coach picard, avait regretté avant la rencontre "nos statistiques offensives trop faibles", ses joueurs se sont chargés de rectifier le tir. D'abord sur un coup franc de Monconduit, repris par le Sud-Africain Zungu (24e), avant que l'improbable n'intervienne que six minutes après. Un but comme on n'en voit plus: un dégagement du gardien Dreyer, et Steven Mendoza filait au but pour battre le portier rennais et donner l'avantage aux siens. 

Mais les Rennais finissaient par égaliser sur un superbe plat du pied enroulé de Adrien Hunou (73e) avant que Monconduit n'offre la victoire à la 90e minute. Une victoire au forceps qui pourrait faire beaucoup de bien aux Amiénois.

Brest, le plus solitaire

Un contre débuté un peu après la ligne médiane, une course échevelée sans trouver personne sur son chemin, puis au bout de cette chevauchée, une frappe du gauche qui rentrait avec l'aide du poteau. Voilà l'oeuvre de Samuel Grandsir, à la 50e minute, pour une réalisation en solitaire qui a débloqué le score face à Bordeaux. 

La suite est presque du même acabit, puisque sur une longue ouverture depuis la ligne médiane de Belaud, Gaëtan Charbonnier se chargeait de fusiller, en solitaire, Benoit Costil (63e). Brest passe pour la première fois de son histoire, Bordeaux s'arrête.

Saint-Etienne, la soirée des premières

Pour se rendre chez la lanterne rouge de la Ligue 1, Nîmes, Saint-Etienne a pu compter sur ses jeunes pousses. Face à une formation en quête de son quatrième succès de la saison (toutes compétitions confondues), Bilal Benkhedim s'est illustré en ouvrant le score dès la 37e minute de la rencontre, en reprenant du droit une frappe de Trauco repoussée par Lucas Dias. Le jeune joueur de 18 ans était d'ailleurs le premier buteur stéphanois, en avril dernier, en Coupe Gambardella que les Stéphanois avaient remporté pour la première fois depuis 21 ans.

Et 11 minutes après, en 2e période, une passe en retrait mal ajustée de Saint-Luce était récupérée en plein dans l'axe par Edmilson Correia (19 ans), qui trompait le portier des Crocodiles (49e, 2-0) pour s'offrir son premier but chez les professionnels. Et si le Nîmois Stojanovski, à la 67e minute, réduisait la marque, la victoire était au bout.

Strasbourg, le plus tardif

Dans une rencontre longtemps fermée, le tenant du titre, Strasbourg, a fini par trouver le chemin des filets à Nantes à la 78e minute, grâce à Nuno Da Costa. Un centre en retrait de Ndour pour l'attaquant alsacien, dont la frappe puissante prenait la direction du portier nantais Olliero, qui manquait totalement son intervention pour laisser aux Strasbourgeois la victoire (1-0). Un but et puis c'est tout.