Bordeaux - Nice
La joie des Bordelais à côté du portier niçois, Walter Benitez | AFP - NICOLAS TUCAT

Coupe de la Ligue : Bordeaux élimine Nice en tremblant en 8e de finale

Publié le , modifié le

Humilié à domicile samedi en championnat par Monaco, Bordeaux a réagi en dominant Nice (3-2) en 8e de finale de Coupe de la Ligue au Matmut Atlantique. Les Niçois, leaders de L1 qui n'avaient plus perdu depuis 5 matches, ont subi la loi des Girondins menés par Plasil, premier buteur (14e), et Ménez, décisif sur le doublé de Laborde (22e, 55e). Mais Nice s'est donné l'espoir avec un nouveau but de Plea (42e), et un de Balotelli sur penalty (83e), offrant une fin de match haletante.

► Le fait: Le réveil bordelais

Apathique samedi, agressif mercredi, Bordeaux a changé de visage. Et Nice a fait le chemin inverse, même si la fin de match les a remis sur de bons rails. Sans victoire depuis trois matches, et battus à domicile lors des deux dernières rencontres avec une énorme claque contre Monaco (4-0), les Girondins de Bordeaux ont retrouvé des couleurs contre Nice. Les Niçois, pourtant sortis déçu d'un nul au Parc des Princes dimanche (2-2), n'avaient plus perdu depuis cinq rencontres. Le match a été globalement dominé par les hommes de Jocelyn Gourvennec, très entreprenants, qui ont néanmoins souffert jusqu'au bout, avec notamment un sauvetage sur sa ligne de Pallois à la 88e minute, sur une tentative de Donis

► La phase de jeu: le duo Ménez-Laborde

Un copi-collé. Un débordement sur le côté de gauche de Ménez, dont la frappe puissante du gauche était repoussé par le gardien argentin Benitez, sur un Laborde qui, en renard des surfaces, finissait le travail en propulsant le ballon au fond des filets. Cette action, les Bordelais l'ont réalisée à deux reprises durant ce match pour inscrire le 2e et le 3e but de l'équipe (22e, 55e). 

► La décision du match: Le 1er but bordelais

A quelques milliers de kilomètres de Bordeaux, ce matin, l'arbitrage vidéo a été utilisé pour la première fois dans une compétition internationale, pour signaler un penalty lors du Mondial des clubs, pour les Japonais de Kashima contre les Colombiens de l'Atlético Nacional. Mais ce soir, au Matmut Atlantique, la vidéo n'était pas de mise, ni même la "goal line". C'est donc l'arbitre de surface de réparation qui a joué son rôle pour valider le premier but bordelais, oeuvre de Plasil alors que Souquet était revenu tacler le ballon pour éviter qu'il franchisse la ligne.

► La statistique:​ Alassane Plea en "serial buteur"

►La déclaration: Lucien​ Favre

"il faut que tout le monde participe au travail défensif, à la récupération du ballon, il faut qu'on soit vraiment concerné par cela, c'est le b.a.-ba du football. Là, il y avait trop d'espaces, trop de possibilités de percuter entre les lignes. Ce n'est pas une question de fatigue car on termine bien. Bien sûr nous sommes déçus parce que c'est une défaite mais je ne suis pas euphorique après une victoire alors je ne vais pas exagérer non plus après une défaite."

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze