Brandao
Brandao a ouvert le score face à Rennes en finale de la Coupe de la Ligue. | FRANCK FIFE / AFP

Brandao, Monsieur Coupe de la Ligue

Publié le , modifié le

Il y a des joueurs capables de se transcender lors des matches importants, et Brandao en fait incontestablement partie. Déjà décisif l’an passé lors de la précédente finale de Coupe de la Ligue remportée par l’OM, le porte-bonheur brésilien a cette fois permis à l’AS Saint-Etienne de battre en finale le Stade Rennais (1-0) et de renouer avec un titre tant attendu par "le peuple vert".

Evaeverson Lemos da Silva, dit Brandao possède ce petit quelque chose en plus qui le rend à la fois attachant pour ses supporteurs, et énervant pour la grande majorité de ses adversaires, comme l’a récemment rappelé le gardien du PSG dans un geste d’humeur. Véritable boute-en-train dans les vestiaires, le Brésilen joue un rôle essentiel dans cette équipe. Encourageant sans cesse ses coéquipiers, malgré des passes mal ajustées, l’enfant de Sao Paulo a un effet positif sur les Stéphanois. Outre ses 10 buts en L1, le joueur qui fêtera ses 33 ans en juin a assurément sa part de responsabilité dans les bons résultats de l’ASSE cette saison.

Malgré ses airs de nonchalant, et manquant parfois de lucidité comme l’attestent certaines de ses passes au Stade de France, le N. 14 de Sainté a néanmoins la capacité de sortir le grand jeu lors des soirs de gala. Il est en mesure de réaliser le geste qui va faire la différence, comme il l’a démontré à la 18e minute de cette finale face à Rennes, en reprenant du plat du pied gauche un centre d’Aubameyang. Il était encore présent pour placer une tête à bout portant à la 26e, détournée sur la ligne par Costil. Brandao n’est certes pas Ronaldo, mais son engagement sur le terrain en a toujours fait un redoutable guerrier.

"Un homme à trophées"

Les Verts ont peut-être déjà oublié que l’ancien joueur de l’OM les avait éliminés à lui tout seul en inscrivant un doublé et délivrant une passe décisive en huitième de finale de Coupe de la Ligue 2010. C’est par ailleurs en 16e de finale de cette compétition que l’attaquant avait inscrit son tout premier but avec le maillot de l’ASSE (face à Lorient). "C'est un homme à trophées, (…) un compétiteur hors-pair, une locomotive", résumait cette semaine son entraîneur Christophe Galtier.

Après ce nouveau trophée, le Brésilien a la particularité de n'avoir jamais perdu en treize matches de Coupes de la Ligue (avec Marseille et Saint-Etienne). Auteur désormais de neuf buts dont celui qui avait permis à l'OM de remporter la finale la saison dernière contre Lyon (1-0 a. p.), il reste toutefois à six buts du meilleur de la compétition, un certain Pedro Miguel Pauleta (15 buts). Vainqueur de la Coupe d’Ukraine en 2008, il vient de soulever sa quatrième Coupe après la Coupe de la Ligue remportées à deux reprises avec l’OM (2010 et 2012), et celle-ci avec Saint-Etienne. A bientôt 33 ans, il peut encore en gagner une ou deux supplémentaires...

Romain Bonte