Blanc: "pas de joueur de CFA sur la pelouse"

Blanc: "pas de joueur de CFA sur la pelouse"

Publié le , modifié le

L'entraîneur du Paris SG Laurent Blanc a déclaré vendredi qu'il n'y aurait "pas de joueur de CFA sur la pelouse" samedi en finale de la Coupe de la Ligue contre Bastia, alors qu'il avait évoqué cette possibilité mercredi pour alerter sur le calendrier surchargé de son équipe.

Bastia est une des rares équipes à vous avoir battus cette saison. La craignez-vous ?

Laurent Blanc: "Sur le match de janvier, je pense qu'ils gagnent sur leur deuxième période. Mais en première période, c'est un match qui est très, très dominé par le PSG. On les respecte, on connaît leurs qualités et leurs défauts. Leur entraîneur a dû regarder énormément de matches du PSG. On va jouer notre jeu, on est sur une bonne dynamique. On est régulier dans nos performances techniques. Ca nous permet de dominer l'adversaire. J'espère que ça sera encore le cas demain en sachant que c'est une équipe vaillante, qui a du coeur et de l'agressivité."
   
Avec le match contre Barcelone, mercredi, êtes-vous tenté de ménager certains joueurs ?

L.B. : "Si ça se passe mal, s'il y a des pépins physiques, c'est moi qui trinquerai. Je l'ai vu contre Caen (quatre joueurs parisiens s'étaient blessés, NDLR). On va voir comment certains ont récupéré. Mais bien sûr qu'il n'y aura pas de joueur de CFA sur la pelouse."
   
Vous avez été souvent critiqué cette saison. Est-ce que les résultats actuels sont une revanche pour vous ?

L.B. : "Non, non, non. C'est une question qui revient souvent. D'abord, ça n'a pas grand-chose à voir avec le match de demain. Sincèrement, je m'en fous. Je suis là pour faire mon travail du mieux possible et gagner des titres. Vous jugez, vous avez le droit, mais ne me demandez pas ensuite de commenter vos  jugements passés."
   
Avez-vous peur de l'agressivité annoncée des Bastiais ?

L.B. : "L'agressivité fait partie du foot. Un match de foot, c'est un spectacle, mais avec des duels, de l'engagement. Et une finale ça se joue aussi sur ça. Sans agressivité, on ne joue plus au foot. C'est un jeu de contact et ça doit le rester."
   
Ibrahimovic n'a jamais joué avec Paris au Stade de France...

L.B. : "Il était blessé en finale contre Lyon la saison dernière et encore cette année contre Lens. J'espère que c'est un terrain qui va lui plaire. Même s'il traverse comme tous les joueurs des moments plus difficiles, même si sa saison est un peu chaotique, il reste capable de faire des choses hors-norme."
   
Areola, prêté par le PSG, gardera les buts de Bastia. Qu'est-ce que cela vous inspire ?

L.B. : "Je pense qu'il faudra légiférer sur les joueurs prêtés. Il n'y a pas de règlement, il y a des accords ou des paroles. Il y a des problèmes, la situation n'est pas claire et il y a des questions à se poser. Alphonse il est chez nous. Il faudrait une solution claire et nette. Je ne pense pas qu'il sera perturbé, c'est un grand garçon. Il est en pleine progression. Tant mieux pour le PSG et pour Bastia." 

AFP