Zlatan Ibrahimovic - Coupe de la Ligue
Zlatan Ibrahimovic félicité par ses coéquipiers en finale de la Coupe de la Ligue | AFP - LOIC VENANCE

Bastiais et Parisiens ne perdent pas de temps

Publié le , modifié le

A l'image de leurs supporteurs qui ont rapidement quitté le Stade de France une fois le match terminé, les joueurs bastiais n'ont pas été nombreux à commenter leur défaite en finale de la Coupe de la Ligue contre le PSG (4-0). Du côté des Parisiens, engagés dans une série impressionnante de matches, le passage devant la presse était aussi rapide. Mais avec le sourire.

"Le rouge est sévère". Voilà le commentaire "light" du capitaine bastiais Yannick Cahuzac. Il est minuit passé lorsque les premiers joueurs passent devant la presse. Le match est terminé depuis 1h30, et personne n'a envie de s'attarder. Pour les joueurs corses, le pillule est encore plus difficile à avaler. "L'arbitre a gâché le spectacle. On aurait bien aimé se battre avec toutes nos armes. C'est dommage", ajoute-t-il. Son coéquipier Sébastien Squillaci, expulsé au bout de vingt minutes, glisse qu'il n'a "jamais connu un sentiment d'injustice pareil en 15 ans de foot à haut niveau. Le match était tué au bout de vingt minutes. J'ai beaucoup de mal à accepter cette expulsion. J'ai l'impression d'avoir laissé mes coéquipiers." Guillaume Gillet parle d'un "rêve qui se transforme en cauchemar. Mais on n'a pas grand-chose à se reprocher."

Alors que les supporteurs corses ont longtemps poussé derrière leur équipe, la remise du trophée aux Parisiens s'est passée sans eux. Image incroyable de cette cérémonie, avec une tribune Sud totalement vide, et un stade au 3/4 encore plein de supporteurs parisiens, heureux de fêter cette deuxième Coupe de la Ligue consécutive.

La majorité des joueurs sont passés en coup de vent dans cette salle, passage obligé pour tous. Les Parisiens n'ont pas perdu de temps non plus. Ils avaient juste le sourire et leur coupe individuelle en plus. Dans quatre jours, ils affrontent le FC Barcelone en Ligue des Champions. L'échéance fait saliver Lucas, entré en jeu et de retour à la compétition: "Je suis très heureux. Cela fait deux mois que je ne joue pas. Mais il faut encore travailler. Il y a beaucoup de matches qui arrivent. Je suis prêt, pas à 100% physiquement. Mais j'en ai fini avec les douleurs. Jouer le Barça, c'est toujours très bien. Ce sera un gros match, très disputé. On va tout donner sur le terrain." Nicolas Douchez, le gardien de but du PSG dans les coupes nationales, reconnaît que l'expulsion "est un tournant qui nous a facilité la tâche. Mais on est resté concentré. Pour nous, c''est une soirée parfaite avec les retours de Lucas, Cavani, pas de blessés, pas de prolongation. Le Barça, c'est la grosse échéance pour nous. Jusque-là, on a fait le job."