Vahid Halilhodžić

Vahid Halilhodžić : "La préparation du PSG avant Manchester, c'est une faute grave"

Publié le , modifié le

Interrogé par Le Parisien avant la demi-finale de Coupe de France prévue mercredi contre le PSG, Vahid Halilhodžić n'a pas gardé la langue dans sa poche. Le coach du FC Nantes s'en est pris au club de la capitale et à ses dirigeants, dont l'incompétence, pour lui, a conduit à la déroute face à Manchester.

De retour sur un banc de Ligue 1 en octobre dernier, Vahid Halilhodžić est réputé pour son franc-parler. Cash, mais "pas tyrannique", l'entraîneur franco-bosnien insiste. Celui à qui on colle régulièrement l'étiquette d'homme dur et froid, s'est longuement confié dans les colonnes du Parisien mardi à la veille d'une demi-finale de Coupe de France contre le PSG.

Il est évidemment revenu sur la disparition d'Emiliano Sala, semblable à celle d'un fils pour lui. Ses larmes à l'entraînement des Canaris fin janvier avaient suscité l'émotion. "A Paris, on m'a collé cette étiquette de tyran. (...) Je serai toujours un dictateur, un méchant. Mais je ne suis pas cette marionnette ! Si vous saviez combien, au contraire, je suis sentimental", a-t-il martelé.

Vainqueur de la Coupe de France et deuxième de Ligue 1 avec le club de la capitale en 2004, "Coach Vahid" n'a pas gardé un très bon souvenir de ses derniers mois à Paris. "Si un jour je devais dire tout ce qui s'est tramé derrière moi pour me faire partir, les gens seraient surpris. Il y a eu des coups politiques pour me dégager", peste-t-il avec amertume. Malgré une première saison réussie, il avait ensuite été pris en grippe par une partie du vestiaire et noué des relations houleuses avec la presse.

"Tu as agi comme un petit, donc tu as le résultat d'un petit"

Depuis son retour en France, il a réussi à déconstruire le portrait que le public français avait de lui, avec un adoucissement de ses apparitions médiatiques. Mais, Vahid Halilhodžić n'a pas perdu son franc-parler. Quand on lui demande s'il a été surpris par l'élimination du PSG en Ligue des champions, il n'a pas hésité à écorner le club champion de France en titre. "J'étais certain que le PSG serait au minimum en finale", a-t-il concédé, mais il n'a pas apprécié le laxisme de la direction parisienne.

Battre le PSG : "pourquoi pas ?"

"Comment a-t-on pu accepter que les joueurs viennent tous seuls au stade deux heures avant le match. Pour leur faire plaisir ? La préparation de Paris avant Manchester, c'est une faute grave. C'est indigne d'un grand club. (...) La leçon, c'est : 'Tu as agi comme un petit, donc tu as le résultat d'un petit'", a asséné un Coach Vahid sans concessions. Thomas Tuchel n'a pas souhaité répondre aux critiques de son confrère.

Les deux s'étaient déjà rencontrés le 22 décembre avec une défaite 1-0 de Nantes au Parc des Princes sur un but de Kylian Mbappé. Mercredi, les coéquipiers de Valentin Rongier vivront leur deuxième déplacement dans la capitale de la saison avec en vue une possible qualification en finale de Coupe de France. Loin d'être résigné, Vahid Halilhodžić prend les exemples de Guingamp en Coupe de la Ligue, tombeur de Paris cette saison, et de l'Algérie qu'il avait failli mener au succès face à l'Allemagne lors de la Coupe du monde 2014. Alors, pourquoi pas?