Troyes - Saint-Etienne
Tannane tout à sa joie | AFP - FRANCOIS NASCIMBENI

Saint-Etienne arrache son quart à Troyes en prolongation, Nantes renverse Bordeaux

Publié le , modifié le

Saint-Etienne a souffert pour arracher sa qualification pour les quarts de finale de la Coupe de France. Sur le terrain de Troyes, les Verts ont attendu l'heure de jeu pour ouvrir le score par Tannane (62e), mais Nivet a égalisé sur un superbe coup franc (78e). En prolongation, Maupay a offert la victoire aux hommes de Galtier. A Bordeaux, c'est un match complètement fou qui a permis à Nantes, à l'issue de la prolongation, de s'imposer (4-3) avec deux buts dans les cinq dernières minutes.

Dans un sens, et puis dans l'autre. Telles les vagues sur les côtes françaises en cette semaine de tempête, deux des matches opposant des équipes de L1 entre elles ont alterné la domination d'un camp puis de l'autre.

Entre Bordeaux et Nantes, pour ce qu'on appelle le derby de l'Atlantique, les Canaris ont pris un départ canon. Dès la 6e minute, Bammou effectuait un superbe enchaînement pour trouver le chemin des filets bordelais dans un trou de souris (1-0). Comme ils en ont l'habitude depuis plusieurs matches, les joueurs de Willy Sagnol totalement raté les premières minutes du match. Ils ont dû attendre l'égalisation de Crivelli (23e, 1-1), sur un coup franc de Vada pour qu'ils prennent enfin le match à leur compte et dominent leurs adversaires. Les Girondins semblaient désormais à leur aise, d'autant que Poko, sur un une-deux avec Ounas, doublaient la mise au début de la deuxième période (51e, 2-1). Mais à la 65e minute, sur une glissade coupable et d'Ambroise, déjà auteur d'une faute similaire à Bastia en championnat, Sigthorsson égalisait (65e, 2-2). Et là, les hommes de Michel Der Zakarian survolaient leurs rivaux, passant de peu à côté de reprendre les commandes. Mais c'est en prolongation que les deux équipes devaient se départager.

14e match sans défaite pour Nantes

Et pour son deuxième match sous ce maillot, le Brésilien Malcolm inscrivait son premier but, du gauche (une frappe contrée par Moimbé) sur un bon service de Touré (98e, 3-2). Six minutes après, le même Malcolm temporisait et servait merveilleusement Haj Hassen, pour la première fois avec les pros, mais sa tête piquée à bout portant était repoussé sur sa ligne par B. Touré (104e). Et en deuxième période de cette prolongation, Prior sortait deux énormes arrêts, devant Sala puis Bedoya (106e), alors que la défense bordelaise était à l'agonie. L'égalisation intervenait huit minutes après, sur un coup franc le long de la ligne de corner, joué en retrait pour Cana, dont le tir n'était pas capté par Prior, ce dont profitait Adele à bout portant (114e, 3-3). Et quatre minutes après, à deux minutes de la séance des tirs au but, c'est Bedoya, sur une remise de la tête de Cana, qui trompait Prior (118e, 4-3) pour offrir la victoire et la qualification aux Nantais. Ils en sont désormais à 14 matches consécutifs sans défaite. A Bordeaux, il s'agit de la 4e défaite sur les cinq derniers matches, avec 16 buts encaissés pour 9 marqués. Une vraie opération portes-ouvertes...

Le Nantais Bedoya très heureux face à la détresse d'un Bordelais
Le Nantais Bedoya très heureux face à la détresse d'un Bordelais

Un coup franc de Nivet envoie en prolongation

A Troyes, la lanterne rouge de L1, promise à la relégation, recevait un candidat à l'Europe, Saint-Etienne. La rencontre devait être déséquilibrée. Mais les Stéphanois étaient bien trop brouillons offensivement pour briller en première période, ce qui amenait 45 premières minutes fermées. Mais après l'ouverture du score de Tannane, sur un joli travail sur le côté de Nolan Roux (62e, 1-0), les Verts semblaient bien partis pour se qualifier. Seulement voilà, à l'approoche des dix dernières minutes, Nivet se chargeait de placer dans la lucarne un coup franc à 25m (78e, 1-1). Tout était donc à refaire pour les hommes de Christophe Galtier, contraints d'en passer par la prolongation. La pression s'intensifiait sur le but de l'ESTAC, et finalement, à la 107e minute, Maupay, entré en cours de jeu, bien lancé par Eysseric, remportait son duel avec le portier adverse pour offrir le succès et la qualification à Saint-Etienne (2-1). Mais cela fut dur, et l'entraîneur des Verts aurait certainement préféré s'éviter la prolongation. La fin de saison risque d'être très longue pour Troyes, qui avait fait de cette Coupe de France son dernier objectif pour retrouver le sourire.

Réactions​

Mohamed Bradja (entraîneur de Troyes): "On  a été éliminé mais on a donné une bonne image. On est abattu pour les joueurs.  On est fortement déçu quand on voit le contenu. Les deux buts viennent de deux  grosses erreurs, c'est frustrant. On a manqué de maîtrise. On a été présent  dans la combativité et la solidarité même si on aurait peut-être pu plus  enflammer le match. Mais ce n'était pas évident de le faire face à un  adversaire aussi fort. Les joueurs n'ont jamais baissé les bras et affichent un  très bon état d'esprit. Il va falloir panser les plaies morales et physiques  pour repartir au combat dès samedi à Ajaccio."

Christophe Galtier (entraîneur de Saint-Etienne): "On a obtenu ce qu'on  était venu chercher. Ca a été très dur, mais on s'en doutait. On pensait avoir  fait le plus dur mais comme aux tours précédents, l'adversaire est revenu.  Comme on ne jouait pas assez, on s'est dit qu'on allait se rajouter du temps de  jeu... C'est dommage mais ça pousse les joueurs dans leurs retranchements. On  avait une équipe très modifiée et on a trop peu accéléré. Certains ont démarré  avec peu de rythme car il y a de la fatigue, des joueurs blessés. Mais le plus  important était de se qualifier. C'est notre troisième victoire à l'extérieur  consécutive donc il faut savoir rester positif, même si tout ne fut pas  parfait, loin de là."

Willy Sagnol (entraîneur de Bordeaux):  "Le match délivré par les joueurs a été plutôt bon en terme de jeu. Mettre  trois buts à Nantes, c'est tout sauf évident, mais aujourd'hui on a fait  beaucoup trop de cadeaux sur des erreurs individuelles, comme depuis  trois-quatre matches, et on est puni à chaque fois. C'était Noël avec un mois  et demi de retard. Les erreurs individuelles, on ne peut pas forcément les  prévoir. Défensivement, on n'a pas été forcément en danger, pas comme contre  Saint-Etienne où on avait été débordé de toutes parts. Sur l'état d'esprit et  l'envie d'aller de l'avant, il n'y a pas grand chose à reprocher aux joueurs,  mais les conséquences sont parfois difficiles à avaler. C'est surtout à 2-1 que  je regrette d'avoir pris ce but du 2-2. Ce n'est pas une production négative  mais elle est entachée par des fautes individuelles, une passe, une erreur de  main, un marquage non effectué. Tant que vous ne gommerez pas ça, ce sera  impossible d'avancer."
   
Michel Der Zakarian (entraîneur de Nantes): "C'était un match un peu fou,  un match de Coupe. On a très bien entamé en menant au score. C'est dommage  qu'on prenne ce coup de pied arrêté assez vite. Derrière, on a continué à  jouer, même si on a baissé de pied en jouant trop direct. En deuxième mi-temps,  on était beaucoup mieux dans la maîtrise. C'est dommage que l'on ne puisse pas  marquer à 2-2. On a su s'arracher pendant la prolongation, pour une fois sur  phases arrêtées, ce que l'on n'avait pas réussi à faire cette saison. On s'est  dépucelé ce soir. Il faut toujours faire des fautes pour prendre des buts. Ou  c'est un problème de marquage ou de lecture de jeu, ça arrive. Le principal, en  Coupe, est d'être dans le panier pour le tirage prochain. Cela fait 14 matches  qu'on continue notre série, les joueurs ont envie que cela perdure, ils ne  lâchent rien."