Rennes sort Reims aux tirs au but

Rennes sort Reims aux tirs au but

Publié le , modifié le

Rennes s'est qualifié aux dépens de Reims aux tirs au but (1-1, 5 tirs au but à 4) jeudi dans le dernier match des 16e de finale de la Coupe de France, au terme d’une partie animée mais qui a souvent manqué de justesse technique pour lui donner davantage de relief. En 8e de finale, le Stade de Reims se déplacera à Monaco.

Rennais et Rémois n’avaient pas l’intention de faire l’impasse sur ce match de Coupe et se présentaient dans une équipe classique où les cadres tenaient leur place. Dès l’entame, les Bretons montraient les meilleures intentions, avec de la vivacité et de bonnes combinaisons. Mais Toivonen ou Pajot étaient trop courts pour concrétiser les premières occasions. Tout comme Ngog du côté champenois. Le match se décantait à la 28e minute lorsque Pedro Henrique après un débordement sur le flanc gauche était stoppé irrégulièrement par Glombard à l’entrée de la surface de réparation. L’arbitre M.Desiage n’hésitait à indiquer le point de penalty. Et face à Agassa, Sylvain Armand ouvrait tranquillement la marque pour les Rennais (1-0, 29e).

Peu avant la mi-temps, Glombard encore lui était tout près de récidiver après une mauvaise passe en retrait vers son gardien, contraint de plonger dans les pieds de Toivonen. Mais cette-fois, l’arbitre ne sifflait pas de penalty. Les Rémois avaient eu chaud. D’autant qu’ils avaient essayé aussi de faire du jeu, mais avec trop de maladresse. Ils rentraient au vestiaire avec ce but de retard en espérant renverser la vapeur  après la pause.

Reims à l’arraché

Ils le montraient d’ailleurs en allant créer le danger sur le but breton, dans une phase brouillonne, mais Costil très sûr sauvait la situation. De Préville essayait bien d’impulser des offensives, tout comme Ngog et Charbonnier, mais les ballons rémois avaient du mal à trouver preneurs. Les Champenois insistaient néanmoins alors que les Rennais devenaient plus attentistes. Et sur une nouvelle action initiée par De Préville, éliminant deux joueurs, celui-ci lançait parfaitement Grejohn Kyei, qui venait de remplacer Ngog. Le jeune attaquant trompait Costil et permettait au stade de Reims d’égaliser (1-1, 70e).

Occasions manquées 

Quelques minutes plus tard, les Rennais se procuraient une grosse occasion avec Doucoure, bien lancé en profondeur par Henrique, mais qui échouait lamentablement sur Agassa. Comme il échouait cinq minutes plus tard sur une volée. Ces occasions manquées étaient près de coûter cher puisque Kyei voyait son tir cadré repoussé par Costil. Mais aucune des équipes ne parvenait sur un coup de boutoir à faire la différence dans le temps réglementaire.

La prolongation était essentiellement rémoise. Les hommes de Vasseur montraient davantage l’envie d’aller chercher une qualification. Ils mettaient la pression sur la cage rennaise, d’abord par Conte qui parvenait à marquer sur une reprise après un coup-France mais dont le but était invalidé pour une position de hors-jeu. Puis par Charbonnier qui voyait sa frappe repoussée par le poteau. C’était ensuite au tour de Kyei de se mettre en évidence. Reims poussait mais sans parvenir à faire sauter le verrou d'un stade rennais, qui semblait alors n'avoir plus de répondant physique et attendre la séance de tirs au but. La décision devait se faire sur cet exercice toujours aléatoire. Et le calcul des Rennais s'avérait finalement payant puisque Costil s'interposait trois fois contre deux seulement à Agassa et signait la victoire des siens. . 

Christian Grégoire