Régis Brouard
Régis Brouard | AFP-Fife

Régis Brouard : « Il n’y a pas lieu d’être triste »

Publié le , modifié le

Malgré la défaite en finale de la Coupe de France face à Lyon, l’entraîneur de l’US Quevilly Régis Brouard tentait de garder le meilleur de cette inoubliable soirée.

Que retenez-vous de cette rencontre ?
- Nous avons eu une première mi-temps très difficile. On a vu la différence technique. En deuxième mi-temps, on a été plus présent. On a eu trop de déchet technique en première mi-temps, et ils se sont lâchés un peu plus en deuxième mi-temps. Ce n’est pas une large défaite, mais c’est une défaite quand même.

Etes-vous déçu ?
- Ce n’est pas de la déception. Il y a une part de frustration qui est présente. Il faut tirer un coup de chapeau à Lyon. C’est la plus belle équipe que nous avons affrontée. Un grand bravo à eux. Il n’y a pas lieu d’être triste, ou d’être déçu. On a fait avec les moyens. On a la sensation que c’est très près, mais c’est très loin. Cela restera une belle soirée pour moi.

Est-ce que vous sentez que cela ne s’est pas passé à grand-chose ?
- On a toujours la sensation qu’on est pas bien loin. On aurait pu avoir très mal en première mi-temps. Ils ont eu du mal à rentrer dans le rythme du jeu. Lyon a beaucoup joué en première intention à l’image de Gourcuff, ce qui nous a déstabilisés. On a beaucoup couru en première mi-temps. On a senti qu’ils étaient venus là pour gagner. Je ne crois pas que c’était un problème physique, mais c’était beaucoup plus fort en face.

Quels sont les côtés positifs de cette finale ?
- On a fait du Quevilly en deuxième mi-temps, et c’est une satisfaction. Un très grand merci au public de Quevilly. Cela fait beaucoup de bien à la région de Rouen. Ils ont répondu présent. On a reçu de très nombreux messages d’encouragement tout au long de la semaine, cela faisait chaud au cœur. Imaginez une ville de 20 000 habitants, ils sont venus à plus de 150 cars, le Stade était aux couleurs jaunes et noires, c’était une vraie et belle image.

Romain Bonte