Quevilly 022012
Anthony Laup et Pierrick Capelle attendent l'OM de pied ferme. | KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Quevilly en route vers l'exploit

Publié le , modifié le

Héroïque lors de sa campagne 2010, le "petit poucet" Quevilly tentera de renouer avec son glorieux passé, en défiant l'Olympique de Marseille, ce soir (20h30) à Caen en quarts de finale de la Coupe de France. Alors qu'un exploit normand était inenvisageable il y a encore quelques semaines, aujourd'hui tout est possible face à des Olympiens amorphes et sans inspiration.

Un habitué des coups fumants

Il faut se le dire, Quevilly n'est pas au mieux depuis le début de l'année 2012. En effet, l'USQ (National) présente un bilan peu glorieux en championnat : huit rencontres consécutives sans victoire, dont cinq défaites. Pourtant, deux ans après leur extraordinaire épopée, qui s'était achevée aux portes de la finale (1-0, face à Paris), les Normands ambitionnent de réitérer cette performance dans une compétition qu'ils affectionnent particulièrement. "Je ne sais pas ce qu'il y a entre la Coupe de France et ce club, a commenté le défenseur Frédéric Weis, au club depuis 2008. Cela revient souvent donc ce n'est forcément pas un hasard. Il se passe un truc de bizarre, après comment l'expliquer..." Car si les pronostics sont en sa défaveur, le club de la banlieue de Rouen va tenter d'écrire une nouvelle page de son histoire, ce soir (20h30) face à Marseille, son bourreau de 1927 dans cette même compétition.

Marseille au bord de l'implosion

Mais, justement, qu'arrive-t-il à l'OM ? Auteurs d'une incroyable remontée entre octobre et janvier, les Phocéens ont par la suite enchaîné deux matchs nuls et cinq revers de suite en Ligue 1. Pire série pour le club depuis 1979 ! Seule satisfaction du côté de Didier Deschamps : la double confrontation victorieuse contre l'Inter Milan, qui les maintient en lice sur trois tableaux (Ligue des Champions, Coupe de la Ligue et Coupe de France). Pour cette rencontre contre le "petit poucet", l'entraîneur olympien va procéder à des changements. "Non pas parce que c’est Quevilly, car cette équipe sera très compétitive, a ajouté son adjoint Guy Stephan. Des joueurs, qui n'ont pas joué ces derniers jours, vont jouer étant donné la succession de matchs". Objectif avoué : faire respecter la hiérarchie à d'Ornano, et éviter à tout prix la crise.

Yohan Roblin @yohanroblin