Le Parisien Daniel Alves
Le Parisien Daniel Alves | AFP - DPPI - STEPHANE ALLAMAN

PSG - Daniel Alves, le chercheur d'or

Publié le , modifié le

Deux jours après avoir fêté son 35e anniversaire, Daniel Alves devrait soulever un nouveau trophée, lors de la finale de la Coupe de France entre le PSG et Les Herbiers, mardi. Avec le 5e club de son parcours professionnel, le défenseur brésilien pourrait ainsi conquérir son 38e titre. Un nouveau sacre dans son palmarès incomparable, en attendant le plus important qui lui manque toujours: la Coupe du monde avec le Brésil, l'un des favoris pour la victoire en Russie en juin prochain.

Une carrière, cela tient à peu de choses. Du talent d'abord, du travail ensuite, et des bons choix de carrière. Avec tout ça, Daniel Alves est le footballeur le plus titré. Chez les professionnels, c'est bien simple, partout où il est passé, il a gagné quelque chose. De la Coupe du Brésil avec le club de Bahia à ses débuts, à la Coupe de France qui ne devrait pas échapper au PSG mardi soir au Stade de France face aux Herbiers.

"Le fruit de beaucoup de travail

"Dans chaque club, j'ai gagné quelque chose, et c'est le fruit de beaucoup de travail et de la constance", disait-il à la télévision brésilienne Sport TV au soir de la victoire en Coupe de la Ligue. C'était alors son 37e trophée. Bien évidemment, cette impressionnante moisson trouve sa source dans son passage au FC Barcelone: 23 titres récoltées entre 2008 et 2016, dont 3 Ligues des Champions et 6 Liga. Mais s'imposer dans l'une des équipes les plus dominatrices de cette période est aussi une preuve de qualité. Et lorsqu'il a quitté son pays pour venir en Europe, c'est au FC Seville qu'il a posé ses valises, pour récolter deux Coupes de l'UEFA (ancêtre de la Ligue Europa) en 2006 et 2007. Brésil, Espagne, Italie et France, le voyageur est un "conquistador".

C'est aussi pour cette raison que le PSG l'a recruté la saison passée. En plus d'être un ami de Neymar, ce qui a certainement pesé dans la balance à l'heure du choix du N.10 brésilien. A Paris, si ses largesses défensives ont parfois attisé la critique, ses chevauchées ont souvent fait mouche. Six passes décisives en championnat, c'est autant qu'Angel Di Maria et une de moins que Thomas Lemar. Pas mal pour un défenseur latéral...

La Coupe du monde, un Graal à conquérir

Après la Coupe du Brésil, la Coupe du Roi en Espagne et la Coupe d'Italie, Daniel Alves devrait donc soulever une nouvelle coupe, en France. Mais il en demeure une à conquérir: la Coupe du monde. International depuis 2006, il n'a raflé avec la Seleçao que la Copa America et deux Coupes des Confédérations. Pour sa troisième Coupe du monde, en juin, il veut décrocher une 6e étoile pour le Brésil. Et peut-être un 38e titre pour lui.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze