Steve Mandanda
Le gardien de l'OM, Steve Mandanda | MAXPPP - ETIENNE LAURENT

OM-PSG : Steve Mandanda "a sans doute joué son dernier match avec l'OM"

Publié le , modifié le

Si Zlatan Ibrahimovic a eu droit à sa sortie triomphale, Steve Mandanda, lui, a été moins gâté par le sort. Quatre buts encaissés et une défaite pour ce qui était "sans doute le dernier match" du portier tricolore sous les couleurs de l'OM. Une triste fin pour ce monument phocéen.

Pour trouver des satisfactions dans la soirée olympienne samedi soir, il faut chercher. Entre les heurts dans les tribunes, les feux allumés à la fin de la rencontre et la défaite sans appel contre le rival pour terminer une saison pourrie, ce n'était pas la fête du côté de l'OM. Et l'annonce, qui n'est qu'une demi-surprise, du départ de Steve Mandanda ne consolera sûrement pas les supporters phocéens. En bon capitaine, Steve Mandanda s'est présenté devant les médias. La voix était grave, la mine défaite. Il n'y avait pas de quoi sourire, il est vrai.

Quatre buts encaissés, une nouvelle fois martyrisé par Zlatan Ibrahimovic, le gardien international accusait le coup. "En en prenant quatre face au PSG, c'est quasiment impossible de les battre", a-t-il déclaré. "On a fait des erreurs et ça ne pardonne pas", a-t-il résumé sans entrer dans le détail, faisant écho à son entraîneur Franck Passi qui a pesté contre son équipe ("on ne peut pas donner les buts"). Faisaient-ils référence au penalty, à ces deux entames de périodes totalement manquées, au ballon perdu qui amène le troisième but? Sûrement à un peu de tout ça... C'est la "déception" qui dominait samedi soir. Déçu de perdre et de ne pas "bien terminer cette saison", mais déçu aussi de quitter l'OM sur ce revers.

Lire aussi : Le PSG domine l'OM et s'offre une 10e Coupe de France

Digne dans la défaite

La question est venue assez rapidement. Car l'avenir de Mandanda ne faisait plus guère de doutes, mais qu'il fallait bien l'officialiser. Oui, après neuf saisons passées sur la Canebière, 474 matches, six titres (Championnat 2010, Coupe de la Ligue 2010, 2011, 2012, Trophée des champions 2010, 2011), Mandanda va partir. "Il y a de grandes chances que ce soir, ce soit mon dernier match. C'est pour ça que la déception, la frustation est encore plus grande". Cette décision, il ne sait pas la dater, mais elle est définitive. Elle marque l'épilogue d'une aventure qui l'aura menée aux Bleus et à la reconnaissance de ses pairs. Elu meilleur gardien de Ligue 1 cette saison, Mandanda a porté l'OM - avec Lassana Diarra - sur ses larges épaules. Il a brillé, tenu la baraque et a fait front dans la tempête.

En zone mixte, il a manié l'euphémisme ("on aurait aimé bien finir pour le club qui n'a pas vécu une année facile") et mea-culpa. "J'aurai dû briller, j'en prends quatre, a-t-il souri, j'aurai aimé être décisif. Je savais que pour qu'on gagne ce soir (samedi, ndlr), je devais l'être". Au Stade de France, l'amertume et la tristesse étaient trop grandes pour faire un véritable bilan de son histoire à l'OM. "C'est difficile de parler de souvenirs, a-t-il avoué, j'ai vécu de grands moments, de beaux moments, d'autres plus compliqués, mais c'était incroyable. Neuf saisons ici, c'était quelque chose de grand, mais ce soir ce n'est pas vraiment ce que j'ai envie de retenir". Désireux de découvrir un autre championnat, courtisé par Monaco à une époque, Sunderland ou Besiktas plus récemment, Mandanda n'a rien dit de plus sur son futur. Son avenir proche passe par l'Euro. Après? On verra. Puis, il s'est éclipsé, et comme avec Ibra pour Paris, c'est un chapitre de l'OM qui s'est tourné.