OM-PSG : neuf chiffres à savoir avant la finale

OM-PSG : neuf chiffres à savoir avant la finale

Publié le , modifié le

L’OM face au PSG, un "Classico" en finale de coupe de France. Un duel rare à ce niveau de compétition, mais un duel historique qui possède son lot d’histoires, petites et grandes, et qui peut se résumer en chiffres.

1, un nouveau quadruplé ?

Le PSG n’est plus qu’à 90 minutes, ou plus, d’un deuxième quadruplé consécutif. L’an dernier, le club parisien s’était offert le trophée des Champions, le championnat, la coupe de la Ligue et la coupe de France. Cette saison, il a fait main basse très tôt – en mars – sur la Ligue 1, avant d'enlever la coupe de la Ligue contre Lille (2-1). Ce samedi, l’OM est le dernier obstacle avant ce deuxième quadruplé qui serait historique. Même s’il ne serait que la conséquence logique de l’ultra-domination parisienne et de l’écart qui se creuse entre le PSG et le reste du foot français, cela resterait toutefois une performance unique en Europe. De plus, le bilan de Laurent Blanc ne souffrirait pas de la comparaison par rapport à l’année précédente, alors que la place de l’entraîneur a été fragilisée par l’élimination en quarts contre Manchester City.

2, une deuxième "Classico" en finale

Si l’OM et le PSG ont trusté les finales de la "Vieille Dame" ces 30 dernières années (voir plus bas), un "Classico" en finale est plutôt rare. Ce n’est arrivé qu’une fois en 2006. Ce soir-là, les stars parisiennes s’appellent, Mario Yepes, Jérôme Rothen, Vikash Dhorasoo ou Bonaventure Kalou, côté marseillais, on trouve Habib Beye, Franck Ribéry, Fabien Barthez ou Mamadou Niang. Les rôles étaient inversés, les Marseillais – 5e de Ligue 1 cette saison-là – étaient favoris et les Parisiens "étaient les outsiders" rapporte Habib Beye dans France Football. Pourtant, les hommes de Guy Lacombe vont déjouer les pronostics et l’emporter 2-1 grâce à Kalou et Dhorasoo. Bon signe pour l’OM cette année ?

 

 

8, une finale avant l’Euro ?

Les sélectionneurs français, italien, voire belge auront sûrement un œil sur cette finale de Coupe de France. Sept joueurs sont concernés de près ou de loin par cet Euro. Parmi les Français, Steve Mandanda, Lassana Diarra, Blaise Matuidi sont dans les 23, Adrien Rabiot est réserviste. Chez les Italiens, Salvatore Sirigu et Thiago Motta ne sont pas retenus dans la préselection de 28 joueurs retenus par Antonio Conte, mais les deux hommes devraient être à l’Euro. Evidemment, leur coéquipier Zlatan Ibrahimovic sera en France pour défendre les couleurs de la Suède. Le buteur belge Michy Batshuayi est dans le groupe retenu par Marc Wilmöts pour l’Euro. Enfin, Son compère Steven Fletcher, lui, affrontera la France le 4 juin en match de préparation, mais l’Ecosse ne participera pas à l’Euro.

9, Mandanda, une des victimes préférées d’Ibra

Zlatan Ibrahimovic va disputer son 180e et dernier match avec le PSG. Le Suédois va croiser une dernière fois Steve Mandanda, un des portiers du championnat français qu’il aura le plus maltraité au cours de quatre saisons. Contre Mandanda, il a scoré neuf fois, soit son deuxième meilleur total face à un gardien de Ligue 1, derrière Stéphane Ruffier (Saint-Etienne) qui a encaissé 14 buts de la part du "Z". Pour l’anecdote, Zlatan Ibrahimovic avait supplanté Pauleta et était devenu le meilleur buteur de l’histoire du PSG un soir de "Classico" en décembre dernier en inscrivant un doublé (sur penalty). Malgré une petite alerte à un mollet, qui l'a privé des derniers entraînements, le Suédois sera bien présent sur la pelouse du Stade France. "Zlatan ne s'est pas beaucoup entraîné cette semaine, dans la mesure où il avait encore des douleurs au mollet. Mais je pense que sur un match comme ça, sur le dernier match, il peut le faire à la motivation, à l'état d'esprit. Et Dieu seul sait que ce joueur a un énorme mental", a déclaré Laurent Blanc.

11, Le Qatar a tout changé

En 2010, une saison avant l’arrivée des Qataris à Paris, l’OM remporte son 10e titre de champion de France. C’est le troisième titre de l’ère Louis-Dreyfus (feu Robert décédé en 2009 et Margarita, sa femme, qui a repris le flambeau) après la Coupe Intertoto (2005) et la coupe de la Ligue (2010). Quatre autres suivront. Dans le même temps, le PSG version QSI remportent 11 titres.

11, L’OM n’y arrive plus

L’OM ne sait plus gagner contre le PSG. Cela fait 11 matches et un succès 3-0 au Vélodrome le 27 novembre 2011 que les Marseillais n’ont plus dominé le PSG. Depuis, le bilan est sombre : 10 défaites et un nul (2-2 le 7 octobre 2012, un doublé de Zlatan répondant à un doublé de Gignac), mais surtout neuf défaites consécutives. Soit la plus longue série de revers depuis le premier duel entre les deux équipes le 12 décembre 1971.

19 coupes à deux

L’OM et le PSG sont les deux clubs les plus titrés en coupe de France. Les Phocéens comptent 10 titres (1924, 1926, 1927, 1935, 1938, 1943, 1969, 1972, 1976, 1989), un de plus que les Parisiens (1982, 1983, 1993, 1995, 1998, 2004, 2006, 2010, 2015). Lors du premier titre du PSG en 1982, les Marseillais en comptaient déjà neuf, ils n’en ont rajouté qu’un seul quand leurs rivaux accéléraient fortement la cadence (8 titres en 33 ans).

 

 

27, 29 ou 31, le nombre de titres

Le nombre de titres de l’OM, c’est comme le nombre de manifestants, personne n’est vraiment d’accord. La Ligue Professionnelle de Football en compte 27, le site de l’OM, 31, avec le titre de champion de France amateur (1929) et la coupe Charles-Drago (1957) – une coupe nationale disparue –. Pour le PSG, ce n’est pas forcément plus clair. Le club parisien compte 27 titres en s’enlevant le titre de champion de France de Ligue 2 (1971) et la coupe Intertoto (2001), pris en compte par la LFP.

99 finales de coupe de France

Samedi ce deuxième "Classico" sera la 99e finale de coupe de France. Sur ces 99 finales, 30 ont concerné le PSG ou l’OM. Près d’un tiers. Plus fort encore, depuis la première victoire du PSG dans cette compétition en 1982, les deux clubs ont été concernés par 19 des 34 finales disputées. Presque deux tiers.

 

 

Vidéo : Découvrez le reportage "en route pour la finale"

Benoit Jourdain @BenJourd1