OM-PSG : Blaise Matuidi "on rentre encore dans l'histoire"

OM-PSG : Blaise Matuidi "on rentre encore dans l'histoire"

Publié le , modifié le

Autre grand bonhomme de cette finale, Blaise Matuidi a tiré le bilan de cette saison "fabuleuse" pour le PSG. L'infatigable milieu de terrain a couvert d'éloges Ibrahimovic et salué la force d'un groupe qui ne se lasse jamais de gagner. Avant de se plonger dans l'Euro, Matuidi voulait profiter de ce succès et de nouveau quadruplé.

Après la fête sur la pelouse, le tour d'honneur, la communion avec les supporters, les journalistes espéraient aussi profiter de la bonne ambiance en zone mixte. Le héros du soir, Zlatan Ibrahimovic, était évidemment attendu, mais le Suédois n'a jamais pointé le bout de son nez, qu'il a grand pourtant. Marquinhos, Edinson Cavani, Angel Di Maria, les trois Sud-Américains concernés par la Copa America sont passés rapidement. Finalement, Blaise Matuidi, comme souvent, a été le seul à s'arrêter. Lui, l'autre héros du soir avec un but (l'ouverture du score), une passe décisive sur le deuxième but d'Ibrahimovic et le penalty obtenu, était heureux. Simplement heureux. "C'est génial, c'est un super moment. On rentre encore dans l'histoire, c'est juste fabuleux", a-t-il lancé. Ce succès 4-2 en coupe de France contre le rival avait une saveur particulière pour celui qui a grandi en région parisienne. "Moi qui suis parisien, marquer lors d'une finale contre Marseille, ça restera un souvenir, a-t-il raconté, c'est le premier maillot que j'ai fait signer et que je vais garder". Devant sa famille, lui et ses partenaires ont mis un point d'honneur à remporter cette deuxième coupe de France d'affilée, la dixième du club parisien pour clore une "super saison", couronnée de quatre titres. Quatre, comme la saison dernière. Une performance qu'il a tenu à rappeler.

"Il faut en être conscient"

La domination du PSG sur cette finale reflète bien celle qui dure désormais depuis deux saisons. Les Parisiens ont remporté les huit derniers trophées distribués sur la scène hexagonale. Une razzia historique qui ne trouve pas beaucoup d'échos dans l'histoire. Blaise Matuidi a voulu insisté là-dessus, quand certains - les médias, les supporters - ont tendance à "normaliser" ces succès en raison de l'ultrapuissance financière du PSG version QSI. "Vous (les journalistes, ndlr) avez été durs avec nous, parfois à juste titre. Mais au bout du compte, cela fait quand même huit trophées. Peu d'équipes ont réussi à faire ça. Peut-être le Barca s'il fallait en trouver une. Max (Maxwell, ndlr) m'a dit qu'en deux ans et demi là-bas, il avait gagné 10 titres, il vient ici, il en gagne 8 (sourire)... On a fait un truc fabuleux, il faut en être conscient". Restera toujours la tâche de la Ligue des champions où lui et ses partenaires "auraient aimé faire mieux, mais on ne va se répéter". Ce samedi soir, Matuidi voulait juste "savourer".

La force du groupe

Si l'argent ne fait pas tout dans le football, quelle est la recette de ce PSG qui écrase tout en France? Le milieu de terrain français a bien tenté d'expliquer, avançant la mentalité de ces joueurs, "des grands professionnels" qui pour certains d'entre eux ont joué dans les plus grands clubs du monde (Barcelone, Milan, Real Madrid, Inter Milan, Chelsea), leur sérieux ("on fait le 'taf' au quotidien"), leur motivation et leur esprit de compétition ("on a toujours envie de gagner"). Il a évoqué aussi quelque chose que l'argent permet d'acheter cette fois, la profondeur de banc. Samedi soir, Trapp, le gardien titulaire, David Luiz, un défenseur à 50 millions d'euros, Thiago Motta et Marco Verratti, les piliers du milieu, ou encore Javier Pastore étaient remplaçants ou carrément absents de la feuille de match. "On a un groupe étoffé. Ce soir (samedi, ndlr), il manquait pas mal de joueurs et malgré ces absences, on n'a pas vu de grandes différences... C'est notre force, c'est génial d'être dans une équipe comme ça et franchement c'est un "kif" de toujours gagner".  

Zlatan et l'Euro

Matuidi aurait aussi pu ajouter que le PSG comptait dans ses rangs un joueur de classe mondiale. Zlatan est parti par la grande porte avec un doublé et une passe décisive pour son dernier match au PSG. Le gaucher a voulu rendre hommage au Suédois. "On est heureux d'avoir tous jouer avec lui, il y avait un peu plus d'émotion la semaine dernière (pour le dernier match en Ligue 1, ndlr)", avoue-t-il. S'il l'a loué devant les micros, Matuidi a été un parfait serviteur durant la rencontre avec une offrande permettant au Suédois d'inscrire son 156e but en 180 matches sous les couleurs parisiennes. "On est très fier, en tout cas, moi je le suis, d'avoir évoluer avec un tel joueur. Il mérite que l'histoire se termine ainsi. C'est un grand champion". Qu'il pourrait recroiser dans quelques semaines à l'Euro. Une compétition que Matuidi attend. "J'espère être prêt. Maintenant, il faut bien se préparer, c'est quelque chose de génial que l'on va vivre et on a envie d'en profiter à fond". Profiter, encore. C'était vraiment le mot d'ordre ce samedi.

Benoit Jourdain @BenJourd1