Nice sort l'OM (5-4)

Nice sort l'OM (5-4)

Publié le , modifié le

L'OGC Nice s'est qualifié pour les 8e de finale de la Coupe de France en gagnant (5-4) au stade Vélodrome face à l'Olympique de Marseille. Les Azuréens ont profité des largesses de la défense olympienne pour prendre le score à la pause (3-2) et ne plus le lâcher. Les Aiglons rejoignent les autres qualifiés du jour: Rennes, Guingamp, Lille, Caen, Lens, Angers, le CA Bastia et Sète (CFA2). Quatre clubs de Ligue 1 sont passés à la trappe: Bastia, Sochaux, Ajaccio et donc l'OM.

Marseille ne sauvera pas sa saison par un titre. Impuissants en Ligue des champions (aucune victoire, éliminés à Lyon en quart de finale de la Coupe de la Ligue mercredi dernier et largués en championnat, les Phocéens ont subi ce mardi soir la loi de Niçois sans complexe dès les 16e de finale de la Coupe de France. 

Tout avait pourtant si bien commencé. L’OM ouvrait le score dès la 3e minute : sur une petite déviation de Thauvin consécutive à une balle en profondeur de Alaixys Romao, Gignac trompait Ospina d’un tir légèrement dévié qui finissait sa course à ras du poteau de Hassen, impuissant (1-0). Un nouveau but dans les coupes nationales pour l’ancien Toulousain, le 4e en 4 rencontres. Nice égalisait dans la foulée : sur un corner de Brüls, la tête de Luigi Bruins était détournée par Mandanda, mais Alexy Bosetti –tout seul- concluait à bout portant (1-1, 5e).

Du tac au tac

Le match était animé, Gignac manquant de redonner l’avantage aux siens (7e). Puis l’attaquant international était signalé hors jeu alors qu’il filait au but, à tort (10e). Marseille dominait et campait dans le camp adverse, mais les Aiglons déployaient leurs ailes en contre-attaque. Sur l’une d’elles, les hommes de Claude Puel concrétisaient avec réussite : Neal Maupay, lancé dans la surface par Amavi, venait contrer involontairement le dégagement de Diawara. Le jeune attaquant azuréen en profitait pour glisser le cuir sous Mandanda pour donner l’avantage aux Rouge et Noir (1-2, 18e).

Les Phocéens réagissaient sur un tir précis de Valbuena bien sorti par le vigilant Hassen (23e). Ils revenaient à la marque dans la minute suivante sur un coup-franc excentré de Thauvin de 30 mètres dont le centre tir à la trajectoire fuyante venait se loger dans le petit filet intérieur de Hassen, fautif sur ce coup-là (2-2). A la 30e, l’ancien Bastiais voyait sa tentative du gauche passer de très peu à côté.

Nice prend les devants

Hassen sauvait ensuite l’OGCN sur un tir du gauche de Thauvin après un beau mouvement marseillais (excellent débordement de Mendy et jeu sans ballon de Imbula). Les Niçois étaient complètement asphyxiés mais ils parvenaient à atteindre la pause avec un but d’avance : parti du milieu de terrain, Grégoire Puel mystifiait Mendy d’un grand pont avant de crocheter Diawara à l’entrée de la surface pour placer un tir nettement dévié par l’infortuné défenseur qui prenait ainsi à contre-pied Mandanda (2-3, score à la pause).

La seconde période repartait sur les mêmes bases avec un bon tir de Gignac obligeant Hassen à une parade délicate (48e). Trois minutes plus tard, Nice profitait d’une contre-attaque rondement menée pour porter le score à 4-2 : une faute dans la surface de Romao sur Maupay était logiquement sanctionnée d’un penalty (et d’un carton jaune pour l’Olympien qui méritait peut-être le rouge). Brüls transformait l’offrande d’un tir précis dans la lucarne du pauvre Mandanda, abandonné par sa défense ce soir.

Abriel crucifie l'OM

L’Om n’abdiquait pas malgré le peu d’encouragements des quelques milliers de supporters présents (10 000 personnes à tout casser). Et Gignac redonnait espoir aux locaux en réussissant une merveille de ciseau sur un centre de Abdallah (3-4, 58e). José Anigo tentait le tout pour le tout en faisant entrer Khalifa puis Fanni dans la foulée pour le dernier quart d’heure. Puis Payet remplaçait Thauvin pour les ultimes minutes. Mais les Marseillais, fatigués, peinaient à se créer des occasions.

Et c’est Nice qui tuait le suspense en toute fin de partie sur un contre conclu par Abriel d’une frappe croisée sèche (4-5, 89e), malgré un dernier but de Diawara dans les arrêts de jeu. Dix jours après son succès à Nantes (1-0) en 32e de finale, l’OGCN s’est offert une seconde performance de choix dans cette Coupe de France en s’imposant donc au Vélodrome sur ce score prolifique (5-3). De quoi donner des idées à un club qui n’a pas soulevé ce trophée depuis 1997 (contre Guingamp lors de la dernière finale disputée au Parc des Princes).

Grégory Jouin @GregoryJouin