Montpellier braque le Parc

Montpellier braque le Parc

Publié le , modifié le

Remarquables de réalisme, les Montpelliérains ont fait tomber l’ogre parisien mercredi en 16e de finale de Coupe de France (2-1). Les hommes de Laurent Blanc, globalement dominateurs mais incapables de concrétiser leurs multiples occasions, se sont fait piéger sur deux coups de pied arrêtés. Ils perdent leur premier match officiel en 2014 et quittent la compétition prématurément.

Ils voulaient jouer sur tous les fronts. Ils devront pourtant rayer la Coupe de France. Leader du championnat de France, toujours en course en Ligue des champions et en Coupe de la ligue, le PSG a perdu gros ce mercredi. Une compétition en moins, et une première défaite à domicile depuis le 17 novembre 2012 (!), que les joueurs de la capitale ne doivent qu’à un cruel manque de lucidité.

A sens unique, les 20 premières minutes avaient en effet permis aux Parisiens d’enchaîner un nombre incroyable d’occasions en passant outre le pressing très haut et agressif des Montpelliérains. Lucas (4e), Pastore (5e), Cavani (7e) et Matuidi (12e) donnaient notamment des sueurs froides aux visiteurs, qui couraient dans le vide face à la maîtrise technique de leurs adversaires… mais qui, sur leur première incursion dans la surface parisienne, et grâce à une sortie hasardeuse de Nicolas Douchez, ouvraient le score sur une tête de Damien Congré (20e) !

Signé Victor Hugo

Après quelques minutes de tergiversation, la réaction des joueurs de Laurent Blanc survenait sur un magnifique service de Javier Pastore pour Edinson Cavani (31e), qui en profitait pour marquer – déjà – son 20e but sous les couleurs du PSG. Quelques instants plus tard, l’Uruguayen ratait une occasion immanquable, comme pour symboliser l’incapacité des siens à concrétiser leur domination en première période (1-1). Sur un faux rythme, les Parisiens peinaient alors à trouver un second souffle pour relancer la machine, après avoir longtemps buté sur un Laurent Pionnier irréprochable. Moins inspirés, ils encaissaient même un deuxième but dans les airs, sur un nouveau coup de pied arrêté, grâce à la puissante tête de Victor Hugo Montano (69e).

Malgré quelques tentatives désespérées dans le money time, le PSG ne reviendra pas. Edinson Cavani, puis Zlatan Ibrahimovic - rentré après l’heure de jeu - ne trouvaient pas le cadre, offrant à Montpellier un hold-up parfait. Les visiteurs peuvent être fiers de cette opération montée de main de maître, à l’image d’un Loulou Nicollin fou de joie au micro de France TV Sport. "C’est un exploit. C’est extraordinaire, ça nous permet d’oublier un peu le début de saison, lançait le président du MHSC, très ému. C’est dur à vivre hein !". Sans doute, mais pas autant que pour ses adversaires du soir, tombés de haut. 

Vidéo : Les buts de PSG-Montpellier

Gaétan Scherrer @GaetanScherrer