Chasselay - Monaco
Le Monégasque Fabinho passe au-dessus d'Alexis Soudain, le défenseur de Chasselay | AFP - PHILIPPE MERLE

Monaco trop fort pour Chasselay

Publié le , modifié le

Monaco s'est facilement qualifié face aux amateurs de Chasselay (3-0) mercredi à Lyon en 16e de finale de la Coupe de France. Le miracle n'a pas eu lieu pour les coéquipiers de Ludovic Giuly, capitaine modèle, qui n'ont eu trop peu d'arguments pour répondre à une équipe monégasque sérieuse et appliquée, à défaut d'avoir été spectaculaire.

L'ASM prend ses marques

Les hommes de Ranieri ont dominé la rencontre de la tête et des épaules, techniquement, tactiquement, mais aussi physiquement, notamment en première période où ils ont pris la mesure de leurs adversaires, mettant du rythme et gagnant la plupart de leurs duels. Les déferlantes monégasques se heurtaient à une courageuse défense de Chasselay, qui colmatait les brèches et se dégageait souvent à l'emporte-pièces. Malgré tout, les joueurs du Rhône pliaient à la demie-heure de jeu après avoir à plusieurs reprises repoussé le danger devant Jaccard. Sur un centre de Moutinho, relayé de la tête par Valère Germain, Falcao était à la conclusion pour ouvrir la marque (1-0, 29e).

Chasselay fait de la résistance

Le Colombien était contré quelques minutes plus tard par Ertek, et devait quitter la pelouse, touché à une jambe. L'arbitre ne sifflait pas pénalty. Les deux équipes rentraient au vestiaire sur ce score minimal. Les Monégasques avaient aussi entre temps tiré sur le poteau et Fabinho avait été près de marquer (45e) mais avait perdu  son face à face avec Jaccard.

A l'entame de la deuxième mi-temps, les joueurs de Chasselay pointaient le bout de leur nez offensivement. Avec Ludovic Giuly à la baguette, et un superbe ciseau retournée de Mauvernay repoussé par Romero. (52e). C'était la seule grosse occasion pour l'équipe des Monts d'Or, avec deux jolis coups francs de Giuly, qui n'a rien perdu de sa patte.

Monaco enfonce le clou

Pour le reste, les Monégasques passaient la surmultipliée. Ils doublaient la mise d'abord par Rivière, héritant d'un centre de Moutinho, et profitant d'une sortie manquée de Jaccard pour pousser le ballon dans le but vide (63e). Ce même Rivière enfonçait le clou reprenant à bout portant un bon centre de Dirar (3-0, 72e). Ferreira-Carrasco, qui avaient déjà beaucoup raté, avait l'occasion de corser l'addition mais il échouait face au but vide, en envoyant son ballon au- dessus.

L'ASM se contentait donc de cette sortie réussie, sans grosse passion ni gros suspense, faisant respecter la logique sans trop puiser dans ses réserves. L'aventure pour Chasselay s'arrête là. Mais il n'était pas possible à cette équipe, au vu de la physionomie de la rencontre de créer la surprise. Elle n'avait pas les armes pour cela.

Christian Grégoire