Monaco a quelques certitudes

Monaco a quelques certitudes

Publié le , modifié le

Les Monégasques, qui ont prouvé face au PSG dimanche soir qu'ils restaient des prétendants crédibles au titre, affrontent un Nice inconstant ce mercredi soir en 8e de finale de la Coupe de France (20h45). Un peu plus tôt, Rennes, en grande difficulté en championnat malgré un effectif pléthorique, recevra l'AJ Auxerre (18h45).

La défaite concédée par Nice à Valenciennes samedi dernier avait profondément irrité Eric Bauthéac. Entré en cours de jeu, l'ailier niçois avait déploré la prestation particulièrement indigeste fournie par ses coéquipiers :"Ce soir, on a été zéro", s'était emporté l'ancien Dijonnais. "En première période, on n'a pas mis un pied devant l'autre. Si on est menés 5-0 à la pause, il n'y a rien à dire. On a le bonheur de revenir à 1-1 en seconde période, et après on gâche tout". 13e de Ligue 1, les Aiglons déçoivent cette saison. Capables de congédier l'OM de coupe de France en allait marquer 5 buts au Vélodrome (5-4), et de sombrer contre Reims (1-0) ou Montpellier (3-1), la saison de l'OGC Nice est ponctuée de coups d'éclats et de camouflets.

Contre Monaco, qui a tenu en échec l'ogre parisien dimanche dernier (1-1), on ne donne, en théorie, pas cher de leur peau. Car les hommes de Ranieri, toujours distancés de 5 points par le PSG, n'ont pas encore abdiqué dans la bataille pour le titre. Mieux, ils sortent de ce choc grandis, avec la certitude de pouvoir lutter dans le jeu et dans l'esprit contre l'une des formations les plus cossues du Vieux Continent. Après la rencontre, Laurent Blanc, le coach de PSG, avait assuré qu'obtenir "un nul à Monaco n'était pas un mauvais résultat". Preuve que le club de la Principauté semble définitivement entré dans une autre sphère, au moins dans l'inconscient collectif. Face aux Niçois, Claudio Ranieri devrait faire tourner. Sergio Romero, la doublure de Subasic, est annoncé titulaire dans le but monégasque, tandis que Raggi, Obbadi, Berbatov et Ferreira-Carasco pourraient faire leur entrée dans le onze de départ. Claude Puel, lui, n'aura pas de problèmes de riche. Nice est privé de Digard et Pejcinovic, blessés.  

Rennes est-il trop indulgent avec Montanier ? 

A l'aube de son 8e de finale face à Auxerre (ce mercredi à 18h45), le coach de la Real Sociedad doit faire bien des envieux. Élu meilleur entraîneur de Liga la saison passée, Philippe Montanier dispose incontestablement - outre PSG et ASM - d'un des plus beaux effectifs de Ligue 1. Avec Ntep, Alessandrini, Féret, Oliveira, Pitroipa Toivoinen et d'autres, la ligne offensive de la formation bretonne a de quoi faire frémir. Sauf que Rennes, 15e de Ligue 1, est très loin de rentabiliser les sommes dépensées cette saison. Les détracteurs de Montanier pullulent, à commencer par Frédéric Antonetti, indigné par les efforts financiers consentis par le club pour l'ancien coach de la Real Sociedad. Des sacrifices auxquels, lui, en son temps, ne semblaient pas avoir droit. 

Pourtant, les Rouges et Noirs avait plutôt bien débuté l'année 2014 : avant le week-end dernier, les Bretons restaient sur une série de six sans défaites. Le souci, c'est qu'entre temps, la lanterne rouge de Ligue 1 est passé par là. L'AC Ajaccio, qui végète dans les profondeurs du classement s'est imposé assez largement face à Rennes (3-1), une déroute inattendue catalysant la colère de Philippe Montanier :"Ce match est un véritable coup de massue, a déploré Philippe Montanier en conférence de presse. On avait à coeur d'enchaîner mais on a rien montré du tout". En cas d'élimination du club breton, l'état-major rennais pourrait se révéler de moins en moins patient. 

Résultats des 8e de finale

Cannes (CFA) - Montpellier (L1)  1 - 0 a.p.
Angers (L2) - CA Bastia (L2)  4 - 2 a.p.
Lille (L1) - Caen (L2)  3 - 3 a.p. (Lille vainqueur 6 tirs au but à 5)
   
Mercredi
(16H45) L'Ile Rousse (CFA2) - Guingamp (L1)
(18H45) Auxerre (L2) - Rennes (L1)
(19H00) Moulins (CFA) - Sète (CFA2)
(20H55) Nice (L1) - Monaco (L1)

Jeudi
(20H45) Lyon (L1) - Lens (L2)

Jean Charbon