Valère Germain, AS Monaco, Coupe de la Ligue
Valère Germain, le capitaine de l'AS Monaco | AFP - FRANCK FIFE

Monaco-Lille : l'ASM doit oublier la finale de la Coupe de la Ligue, le PSG et se reconcentrer

Publié le , modifié le

Etrillé par le PSG en finale de la Coupe de Ligue (4-1), l'AS Monaco n'a pas le temps de tergiverser. Dès ce mardi, le club de la Principauté affronte le Losc en quarts de finale de Coupe de France. Les Monégasques doivent se remobiliser pour ne pas tout perdre et Leonardo Jardim va devoir faire aussi tourner un effectif qui va être soumis à une grosse cadence dans les semaines à venir.

"On n'a pas le temps de penser à ça", éclaire Valère Germain samedi soir. "Ça"? La défaite en finale de coupe de la Ligue face au PSG. Une défaite large (4-1), inattendue. Une claque sur la forme (le résultat) et le fond (le jeu) à des années-lumières à ce qu'avait habitué l'ASM cette saison. Mais comme l'a dit Valère Germain, Monaco n'a pas le temps de s'apitoyer car le jeu reprend ses droits. La déception n'a pas le temps de s'installer. "D'autres échéances nous attendent", avouait-il.

Une dès ce mardi même, un quart de finale de coupe de France à domicile contre Lille. Leonardo Jardim le disait d'ailleurs peu après le coup de sifflet final samedi soir : "maintenant, nous devons penser à la Coupe de France". Deux jours après le revers, le discours a un peu changé et si Lille est bien la prochaine étape, elle n'est pas la plus importante. "Maintenant, il faut nous concentrer sur le championnat, c'est l'objectif numéro 1", a assuré Vadim Vasilyev, le vice-président de l'ASM.

Turnover obligatoire

Le dirigeant russe avait établi les priorités dès samedi soir après la défaite. La Ligue 1 avant tout, quitte à laisser quelques plumes en route. A commencer par ce quart contre les Nordistes. D'ailleurs dans leurs discours dans les travées du Parc OL, tous les Monégasques évoquaient cette fameuse dynamique cassée qui pourrait leur faire perdre pied en Ligue 1. Très peu de mots pour le match de coupe de France. "Cette défaite n'impactera pas la suite du Championnat, je pense" (Leonardo Jardim) ; "Des répercussions sur le Championnat? Non, on a toujours trois points d'avance" (Valère Germain) ; "il faudra oublier ce match et continuer à faire de bons résultats en L1" (Nabil Dirar).

On peut donc s'attendre à un turnover face au Losc pour préserver les titulaires pour la rencontre de samedi contre Angers. Mais surtout, le Portugais va faire avec les moyens du bord car, au vu des blessés (Carrillo et Boschilia), des départs au mercato d'hiver (Traoré et Jean), l'effectif ne permet plus à Jardim d'offrir deux équipes compétitives. S'il va enregistrer les retours de Fabinho et Falcao, Jardim va devoir jongler entre les états de forme de chacun et peut-être faire souffler des joueurs très sollicités qui reviennent en plus d'une coupure internationale.

Mois d'avril de folie

Le niveau de fatigue des uns et des autres est un élément essentiel de la gestion de son groupe par Jardim. Aussi, afin de ne pas avoir à déjà puiser dans les réserves de certains, il se retrouve dans l'obligation de limiter le temps de jeu des plus sollicités. Aussi Andrea Raggi, Nabil Dirar, voire le Brésilien latéral gauche Jorge ou le gardien Morgan De Sanctis pourraient débuter contre Lille. Pas pour lâcher le match. Plutôt pour continuer à concerner l'ensemble de l'effectif et gérer les fatigues. Il reste à peine huit semaines de compétitions jusqu'à la finale de la Coupe de France (sept semaines jusqu'à la 38e journée de L1), le technicien ne veut perdre personne. Et avril sera le plus important. Dans les 26 jours à venir, Monaco a sept match au programme (un de Coupe de France, deux de Ligue des champions, quatre de L1). Plus un huitième (demi-finale de Coupe de France, le 26 avril) s'il y a qualification contre Lille.

Ce sera plus que n'importe quelle équipe française durant la même période. Et cela, pour une formation qui disputera mardi son cinquantième match de la saison. A entendre Vadim Vasilyev, les quatre matches de L1 seront une priorité. Puis viennent ceux de Ligue des champions, qui pourraient certainement prendre le pas sur la compétition hexagonale dans la tête des joueurs. Et qui sont essentiels pour l'image du club. Dès lors, il est aisé d'imaginer où se situe ce Monaco-Lille. Pourtant, les joueurs alignés pour cette rencontre auront la lourde tâche de réamorcer la dynamique de victoires, qui doit permettre à Monaco de remporter le titre de champion qui lui échappe depuis 2000.

Benoit Jourdain @BenJourd1